Argentine : Victoire ouvrière à l’usine Lear

Mail d’Argentine transmis par un camarade le 25 avril :

Salut camarades,

Je vous écris pour vous transmettre une bonne nouvelle depuis l’autre côté de l’Atlantique. C’est celle de la victoire des ouvriers de l’usine de Lear en Argentine à Buenos Aires contre 16 licenciements « disciplinaires ». J’avais vu que les ouvriers de PSA Aulnay étaient allés à l’usine de Lear à Saint-Ouen-l’Aumône pendant leur grève contre un PSE. Il s’agit bien d’une usine du même groupe.

Le 10 avril quelques 400 ouvriers de l’usine ont tenu une AG pour exiger à la direction une prime annuelle que la direction a décidé arbitrairement de supprimer. La réponse de la direction a été de licencier 16 militants pour « abandon de poste », alors qu’en fait ils participaient à l’AG ! Le jour suivant, une centaine d’ouvriers bloquaient l’autoroute, puis lundi 15 ils bloquaient l’usine.
La direction du syndicat a tout d’abord été du côté du patron et a même dénoncé les actions commises par les salariés. Pourtant, ils se sont vus dans l’obligation de soutenir la lutte, au risque de se mettre à dos plusieurs centaines de salariés.

Entre temps, à Ford, pour qui Lear fabrique des pièces, la production commençait à se voir affectée. On a pu même voir des cadres de Ford aux portes de l’usine Lear essayant de convaincre les travailleurs de laisser sortir la production ! Tout naturellement, les salariés ont refusé…

Les négociations entre la direction et la direction du syndicat ont laissé entendre qu’il n’y aurait pas de réintégration des ouvriers licenciés. Mais l’assemblée a décidé que les actions cesseraient à condition de réintégrer les salariés licenciés.

Finalement, le 17 avril les salariés licenciés se sont présentés aux portes de l’usine avec des délégations d’une bonne dizaine de boîtes et d’étudiants solidaires de l’Université de Buenos Aires. Quand les portes se sont ouvertes tous les salariés sont entrés ensemble, puis ils ont tous repris leur boulot sous des applaudissements et le chant : « Je le vois, je le vois, à Lear ce sont les ouvriers qui commandent ! » Comme quoi, malgré l’avis de la direction du syndicat, malgré le rôle néfaste du ministère du travail (qui voulait imposer des négociations laissant dans le carreau les licenciés) et un patron très déterminé, les salariés de Lear, ont gagné une bataille importante.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s