Agression homophobe contre un bar gay à Lille

Nouvel Observateur, 18 avril 2013 :

Quatre hommes ont fait irruption dans l’établissement en proférant des insultes homophobes, avant d’agresser physiquement trois membres du personnel.

Trois employés d’un bar gay du centre de Lille ont été légèrement blessés mercredi 17 avril dans la soirée lors d’une agression par quatre hommes qui ont ensuite été interpellés, a-t-on appris auprès du propriétaire de l’établissement.

L’agression a eu lieu vers 22 heures, lorsque « quatre individus (…) de 25 à 35 ans, crâne rasé, tatoués » sont arrivés devant le bar, a expliqué Yohan J., le propriétaire, qui dit avoir été insulté en raison de son homosexualité.

Devant le refus du gérant de « baisser les yeux », les quatre hommes « ont pris le mobilier » installé en terrasse et « l’ont jeté dans la vitrine, selon Yohan J.

« J’ai pris une chaise en pleine tête », a expliqué Yohan J., dont le visage portait des hématomes en fin de soirée, tandis que des éclats étaient visibles sur les vitres du bar.

Quatre hommes interpellés

Selon le gérant, son associé et un serveur ont également été blessés, notamment au nez.

Arrivée sur place après une dizaine de minutes, la police a rapidement repéré les quatre agresseurs présumés dans les rues voisines, le propriétaire du bar les ayant reconnus.

Les quatre hommes ont été interpellés, selon Yohan J., qui s’est dit convaincu que l’agression était liée à la « tension » entourant le débat sur le mariage homosexuel.

« Ils m’ont clairement dit ‘ta gueule sale pédé, regarde-moi dans les yeux si t’as des couilles' », raconte le propriétaire du bar interrogé sur France Info. « C’est clairement de l’homophobie. Ils étaient vraiment venus pour casser du pédé », a-t-il ajouté. « Il y a actuellement un contexte dans lequel où tout le milieu gay est en danger. »

Bruno, l’ancien patron du bar qui était présent lors de l’agression a également donné son point de vue sur France Info : « Ils ne sont pas venus là par hasard, ils sont venus pour casser la baraque. Cette violence, c’est nouveau. Ça n’existait pas il y a encore 1 an ou 6 mois. Il y a un discours en France qui fait qu’on veut casser du pédé. »

Le propriétaire a décidé de maintenir son établissement ouvert et l’activité semblait être revenue à la normale en fin de soirée.

Jointes par l’AFP, ni la préfecture du Nord, ni la Direction départementale de la sûreté publique (DDSP) n’ont pu confirmer l’agression et les interpellations.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s