Le syndicaliste Philippe Toulouse est sorti sans poursuites du commissariat de Grande-Synthe ce midi

Le syndicaliste ignorait pourquoi il était de nouveau convoqué au commissariat de Grande-Synthe. Il y avait déjà passé plus de 36 heures, les 14 et 15 mars derniers, dans le cadre d’une garde à vue pour escroquerie, faux et usage de faux en écritures, une affaire pour laquelle il comparaîtra devant le tribunal correctionnel le 17 mai.

Le syndicaliste de l’AAE Philippe Toulouse est ressorti sans poursuites vers midi du commissariat de Grande-Synthe, où il était convoqué ce matin. Une cinquantaine de personnes avaient bravé le froid et la pluie pour venir le soutenir.

« Je suis victime d’un acharnement judiciaire », avait-il déclaré ce matin, vers 9 h, juste avant son entrée au commissariat.

Il en est ressorti, sans poursuite, quelques heures plus tard, ayant appris que sa convocation faisait suite à deux plaintes, l’une déposée par Daniel Lemang, ancien président de l’AAE, pour violences, l’autre par André Thomas, directeur général de l’AAE, pour harcèlement moral.

Philippe Toulouse estime « payer les conséquences » de son combat syndical en tant que représentant du personnel de l’AAE, où il a « dénoncé des dysfonctionnements. Je constate que les dirigeants de l’AAE, eux, n’ont jamais été inquiétés ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s