Archives quotidiennes : 24/03/2013

Tunisie : Libérez Amina

Free Amina ! حرية لامينة Libérez Amina ! 24 mars 2013 :

Le 24 mars 2013 à 12h, 10305 courriers ont été envoyés. 115 personnes se sont portées volontaires pour ne pas abandonner Amina. Nous continuerons jusqu’à ce que nous soyons rassurés sur son sort.

Depuis jeudi 21 mars, Amina, activiste Femen a disparu.

Elle avait reçu des menaces notamment de Imam Adel Almi qui a souhaité sa mort par lapidation.Nous savons maintenant qu’elle a été enlevée par des membres de sa famille, avec la complicité de la police tunisienne. Pour avoir posté une photo sur Facebook.

Lire la suite

Paris : Grève dans l’éducation demain

Métro, 24 mars 2013 :

Les enseignants mobilisent à nouveau lundi contre la réforme des rythmes scolaires annoncée pour la rentrée 2013 par Bertrand Delanoë. Dans la matinée, la réforme sera soumise au débat et au vote du conseil de Paris.

La réforme des rythmes scolaires revient sur le devant de la scène. Alors que les élus parisiens doivent, en principe, entériner la mesure lundi matin au conseil de Paris, les enseignants espèrent encore stopper le projet que le maire de Paris souhaite lancer dès septembre 2013 dans 662 écoles maternelles et élémentaires. La mesure consiste à instaurer les cours le mercredi matin et à introduire 1h30 d’activités périscolaires le mardi et le vendredi à 15 heures.

Près de 40% d’entre eux, selon la Ville, et 55% selon le syndicat SNUipp-FSU seront en grève ce lundi. Selon les prévisions données ce week-end, pas moins de 357 écoles – plus de la moitié des établissements de la capitale – seront concernées par le service minimum d’accueil, mis en œuvre lorsque le taux de grévistes dépasse les 25%. Une centaine d’écoles seront totalement en grève et le service minimum ne pourra être assuré « que dans 59 écoles », précise la Ville. Les autres resteront donc portes closes.

Lire la suite

85% des travailleurs communaux en grève à Alger

Le Temps d’Algérie, 24 mars 2013 :

Les travailleurs communaux de la wilaya d’Alger ont entamé, hier, une grève de huit jours pour revendiquer des droits socioprofessionnels. Après plusieurs mouvements de protestation, revoilà les employés communaux qui, à leur tour, veulent se faire entendre en paralysant les communes.

Ce mouvement de protestation, à l’appel de la coordination des sections syndicales des communes d’Alger, affiliée à l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), tend à satisfaire la plateforme des revendications, notamment la revalorisation salariale.

Lire la suite

Tous contre l’ANI, Tous à Harfleur-Beaulieu !

UL CGT Le Havre :

Dans le cadre des actions contre l’ANI, nous vous appelons à une manifestation durant le rendez-vous avec la députée Mme Troallic, à sa permanence au Centre Administratif d’Harfleur/Beaulieu.

LUNDI 25 MARS à 14h15

Place JEAN MERMOZ à Harfleur/Beaulieu

VENEZ NOMBREUX !

Il faut nous faire entendre et nous montrer avec du bruit et de la couleur ROUGE !

Besançon : La manifestation antifasciste dans la presse locale

L’Est Républicain, 24 mars 2013 :

Sans tomber dans la dramatisation, beaucoup craignaient le terme de la manifestation antifasciste, hier rue Rivotte ; là où a eu lieu le gazage d’une dizaine de clients d’un bar en février dernier.

Finalement hier, c’est à hauteur de la rue de la bibliothèque le cortège est monté en pression lorsqu’une dizaine d’individus, encagoulés pour certains, sont venus se livrer à des actes de provocation qui auraient pu vite dégénérer si la police n’était intervenue très rapidement pour cloisonner les deux camps et disperser les éléments perturbateurs. Par sécurité, des renforts ont d’ailleurs aussitôt été demandés. Et c’est accompagnés de policiers solidement casqués et harnachés que les manifestants partis de la place de la Révolution ont pu terminer leur parcours porte Rivotte après être passés par la place Saint-Pierre, la place des Droits de l’homme et la place Grandvelle.

Lire la suite

Chypre: Manifestation des employés de banques

Belga, 24 mars 2013 :

Des centaines d’employés de banques ont manifesté à Nicosie et menacé de se mettre en grève si les autorités, engagées dans une course contre la montre pour sauver les banques et le pays de la faillite, ne garantissaient pas leur avenir.

Parti du siège de l’Union chypriote des employés de banques (Etyk), le cortège de manifestants s’est rendu devant le palais présidentiel puis devant le Parlement, avant de commencer à se disperser dans le calme, même si la colère était palpable.

«Si vous ne garantissez pas nos fonds de pension, nous nous mettrons en grève à partir de mardi», date prévue de la réouverture des banques fermées depuis le 16 mars, a lancé Loizos Hadgicostis, président d’Etyk.

Lire la suite