Archives quotidiennes : 23/03/2013

Un an après le « printemps érable », une manifestation interdite à Montréal

France 24, 23 mars 2013 :

Un an après le début du soulèvement des étudiants québécois, une manifestation a été interdite et s’est soldée par l’interpellation de 200 personnes. Le comportement de la police est de plus en plus pointé du doigt.

C’était il y un an. Plusieurs dizaines de milliers de personnes défilaient dans les rues de Montréal pour protester contre de la hausse relativement importante des droits de scolarité, que voulait imposer le précédent gouvernement du libéral Jean Charest. Ce mouvement étudiant, « baptisé le printemps érable » avait été marqué par de nombreuses manifestations de masse et quelques violences ponctuelles. La mesure avait été tout bonnement annulée.

À l’occasion du premier anniversaire de cet événement qui avait retenu l’attention des médias du monde entier, une marche a été organisée vendredi 22 mars en fin de journée, durant laquelle près de 200 manifestants ont été interpellés par la police anti-émeutes de Montréal.

Lire la suite

Publicités

Manifestation contre la venue de Le Pen à Saint-Etienne

Zoom d’Ici, 23 mars 2013 :

Le président d’honneur du Front National, Jean-Marie Le Pen, était dans la Loire ce samedi 23 mars. Une manifestation contre sa venue a été organisée le jour même dans les rues de Saint-Etienne.

Ils étaient des centaines à défiler dans la Grand’rue. Le rendez-vous a été donné à 15h place Jean Jaurès. Les manifestants ont ensuite rejoint l’hôtel de ville puis la place du Peuple.

Besançon : Manifestation contre les agressions racistes et néo-nazies

Ce samedi 23 mars, environ 400 personnes ont manifesté dans les rues de Besançon pour dénoncer les récentes agressions racistes et fascistes commises par des néo-nazis au centre de la ville.

100_7668

Appelée entre autres par le Collectif Antifasciste de Besançon, la CNT, l’AMEB, l’Initiative Communiste-Ouvrière et SOS Racisme ainsi que par de nombreuses personnes non-organisées et révoltées par les agissements de nostalgiques de la terreur fasciste, la manifestation est partie place de la Révolution. Après avoir traversé les rues du centre-ville, la manifestation s’est dirigée vers la Porte Rivotte où des agressions ont récemment eu lieu.

Lire la suite

Vidéo : Colère en Egypte

Le 22 mars, environ 3.000 personnes ont manifesté devant le bureau central des Frères Musulmans au Caire où ils se sont affrontés avec quelques centaines de réactionnaires partisans de Morsi et des forces de répression.

Reportage d’Euronews (en anglais) :

Egypte : Les locaux des Frères Musulmans en feu

Radio Canada, 23 mars 2013 :

La fronde contre les Frères musulmans en Égypte a connu un nouvel épisode violent vendredi. Des affrontements entre manifestants de l’opposition et des partisans des Frères musulmans au Caire ont fait plus de 120 blessés.

Les affrontements ont eu lieu près du siège de la confrérie dans la banlieue de la capitale, fortement protégé par les forces de l’ordre.

Dans la journée, des manifestants avaient arrêté et battu trois sympathisants islamistes, dont deux ont été dévêtus. Ils ont aussi arrêté une ambulance qui transportait un membre des Frères musulmans blessé et l’ont détenu.

Lire la suite

Côte d’Ivoire : Les agents municipaux en grève pour arriérés de salaire

Abidjan.net, 23 mars 2013 :

Selon des informations en notre possession, les agents municipaux sont en grève depuis près de deux mois. Cette grève concerne les villes de l’Ouest, du Nord et du Centre. La raison de cet arrêt de travail, plusieurs mois d’arriérés de salaire impayés et les difficultés qu’ont les maires pour régler les salaires actuels des agents.

Pour se faire entendre, ils ont entamé une grève illimitée depuis près de deux mois. Les maires, selon notre source, seraient eux-mêmes partie prenante à cette grève, car ils ne savent plus à quel saint se vouer. Une situation qui crée d’énormes désagréments aux populations dans l’établissement des documents administratifs. Le plus révoltant pour les agents et les populations, c’est le mutisme des autorités face à cette situation qu’ils qualifient de suicidaire. «Les produits, anacarde, mais, coton, sont très mal payés ici ; si nos enfants, époux et amis qui sont dans les mairies ne sont pas payés, c’est à croire que cette guerre a été faite contre nous, et non dans notre intérêt comme on nous l’a fait croire», a indiqué D. Inza, ressortissant de Mankono. C’est seulement, le jeudi 21 mars 2013, que des émissaires du gouvernement ont rencontré les agents en grève et les maires des zones concernées pour voir comment résoudre le problème.