Archives quotidiennes : 22/03/2013

Montebourg chahuté à Belfort

AFP, 22 mars 2013 :

Une cinquantaine de syndicalistes ont exprimé vendredi leurs revendications au ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, devant la gare de Belfort, à l’occasion de l’inauguration du Train de l’industrie, que des salariés de PSA Aulnay avaient empêchée mardi à Paris.

Les syndicalistes, qui agitaient majoritairement des drapeaux de la CGT et dont quelques-uns arboraient des logos de Lutte ouvrière, attendaient le ministre devant la gare en scandant des slogans comme « le train-train du baratin, il n’y en a pas besoin » ou « aucune usine ne doit fermer ».

A son arrivée, M. Montebourg, qui venait de se réunir avec une délégation de la CGT loin des caméras, est allé directement à leur rencontre et a écouté pendant plusieurs minutes leurs revendications, notamment de la part d’un représentant de la Fédération des cheminots.

Lire la suite

Nouvelle manifestation des ouvriers de Goodyear à Rueil-Malmaison

Le Parisien, 22 mars 2013 :

Après la manifestation du 7 mars, qui avait fait 19 blessés légers dans les rangs de la police et 6 parmi les manifestants, le siège de Goodyear, à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), accueille ce vendredi un nouveau comité central d’entreprise extraordinaire sur le projet de fermeture de l’usine d’Amiens-Nord (Somme).

Ce CCE, qui a débuté peu avant 10 heures, doit poursuivre la procédure d’information sur le projet d’arrêt de la production de l’activité de pneumatiques tourisme et agricoles sur ce site industriel avec, à l’ordre à l’ordre du jour, les conditions de mise en oeuvre du congé reclassement ou des licenciements. Dans le projet annoncé le 31 janvier, 1 173 postes salariés sur 1 175 vont disparaître. Le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) est basé uniquement sur des départs contraints, à des conditions moins favorables que celles proposées dans le plan de départs de 2012. La direction chiffre à 123 millions d’euros le coût de ce PSE, selon le rapport d’experts Secafi mandaté par le CCE.

Lire la suite

Arras : la communauté urbaine valide le soutien à l’entreprise Fraisnor

Jeudi soir, les élus de la communauté urbaine d’Arras ont entériné à l’unanimité le rachat du bâtiment de l’entreprise Fraisnor.

Placée en redressement judiciaire le 6 mars après les effets de la crise de la viande de cheval, l’entreprise basée à Feuchy est à l’arrêt, faute de trésorerie pour acheter la matière première afin de relancer la production de lasagnes fraîches et de plats préparés.

Le 15 mars, lors d’une réunion de la « dernière chance », le président de la CUA avait proposé le rachat du bâtiment industriel, pour un montant fixé finalement à 2,5 millions d’euros.

L’entreprise devrait percevoir une première somme de 300 000 euros sous huit jours. Cela devrait permettre de relancer l’activité et de payer les 110 salariés, dont les représentants ont applaudi jeudi soir la décision des élus.

Nouveau rassemblement des ouvriers de Goodyear devant le siège

Rueil-Malmaison, 22/03/2013

Un nouveau comité d’entreprise extraordinaire de Goodyear sur le projet de fermeture d’Amiens-Nord s’est ouvert vendredi au siège social  à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine).

Environ 300 salariés (selon AFP) ont fait le déplacement pour manifester une nouvelle fois leur opposition au projet de fermeture de leur usine. De nouveau, de nombreuses forces de répression étaient présentes aux abords du siège, dont l’accès étaient bloqué par des grilles.

goodyear9

Lire la suite

Grève « illimitée » des travailleurs d’une mine d’uranium chinoise au Niger

A7, 22/03/2013

Plus de 600 travailleurs nigériens de la mine d’uranium d’Azelik (nord du Niger), exploitée par la compagnie chinoise CNNC, ont entamé jeudi une « grève illimitée » pour exiger de meilleures conditions de travail, a-t-on appris auprès des grévistes.

greve_niger_mineurs

Lire la suite

Tunisie : Menaces des réactionnaires contre Amina

Kapitalis, 19 mars 2013 :

Adel Almi, président d’Al-Jamia al-Wassatia Li-Tawia Wal-Islah (Association centriste de sensibilisation et de réforme), a appelé à donner 80 à 100 coups de fouet à Amina, la jeune fille qui a posé nue sur les réseaux sociaux. Voire à la lapider jusqu’à ce que mort s’en suive.

Selon ce prédicateur salafiste wahhabite, cité par »AssabahNews » la jeune dame doit être punie, selon la charia, avec 80 à 100 coups de fouet, mais pour la gravité de l’acte qu’elle a commis, elle mérite d’être lapidée jusqu’à la mort.

Adel Almi ajoute que «la jeune fille, par son acte, pourrait porter malheur au en y provoquant des épidémies et des catastrophes» (sic !). Pire encore : «Son acte pourrait être contagieux et donner des idées à d’autres femmes. Il faut donc l’isoler. Je lui souhaite en tout cas la guérison», a dit Adel Almi.

Lire la suite

Grève dans l’éducation en Côte d’Ivoire

Abidjan.net, 22 mars 2013 :

« A situation exceptionnelle, grève exceptionnelle ». Cette phrase lâchée un jour par Pr Koudou Kessié, alors secrétaire général du Synares, pour justifier un arrêt de travail brusque et inattendu dans les universités, reflète bien la situation qui prévaut depuis hier, dans les lycées et collèges publics de Côte d’Ivoire. Ces établissements où justement les enseignants de façon spontanée, marquent un arrêt de travail. Pour protester contre les ponctions faites sur leur salaire du mois de mars pour fait de grève.

« Aujourd’hui, les conseils de classe au lycée Pierre Gadié de Yopougon ont été arrêtés. Les examens sont suspendus. Au Lycée classique d’Abidjan, les enseignants se sont déjà mis en congé de Pâques, au lieu d’attendre le 28 mars prochain. C’est pareil dans les collèges modernes Harris d’Adjamé, de Cocody. A l’intérieur du pays, la situation est la même », explique un enseignant exerçant au Lycée classique d’Abidjan, interrogé hier, en début d’après-midi par téléphone. Comme cet enseignant des lettres modernes, bien d’autres professeurs de ce même établissement interrogés ont confirmé l’information, tout en se disant être outrés par la mesure gouvernementale.

Lire la suite

Liban : Manifestation historique des syndicats sur la route du palais présidentiel

L’Orient le Jour, 22 mars 2013 :

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées hier à Baabda devant la bifurcation menant au palais présidentiel, quelques heures avant la tenue du Conseil des ministres.

Les membres du comité de coordination syndical ont voulu poursuivre ainsi leur mouvement de protestation appelant le gouvernement à soumettre la nouvelle échelle des salaires, entièrement et sans aucune modification, au Parlement. C’est le plus important meeting que le comité de coordination organise depuis le début de son mouvement de revendication.

Prenant la parole, le président du comité, Hanna Gharib, a souligné : « Quand nous appelons à ce que la nouvelle échelle des salaires soit soumise au Parlement, nous nous adressons à tous les responsables, notamment au président de la République Michel Sleiman, au président de la Chambre Nabih Berry et au Premier ministre Nagib Mikati. Nous leurs disons donc : voici le peuple libanais, soyez vraiment responsables de lui et acceptez ses revendications. »

Lire la suite

Strasbourg : Mobilisation des agents de la CUS

L’Alsace, 22 mars 2013 :

Forte d’une mobilisation de 1 500 agents de la Communauté urbaine de Strasbourg en grève hier, l’intersyndicale réclame une nouvelle réunion avec l’administration. Mais celle-ci refuse de négocier sur les bases des neuf syndicats.La manifestation qui a rassemblé plus de 1 500 fonctionnaires sur le parvis du centre administratif de la Communauté urbaine de Strasbourg (Cus) porte un message clair pour ses organisateurs. « Nous sommes déçus, les élus auraient dû nous défendre, dire que ce qu’on dit de nos agents n’est pas la réalité. Car faire passer l’idée que les 8 300 agents seraient des nantis, des privilégiés qui gagnent 3 300 € par mois, qui sont absents tout le temps et bénéficient d’acquis sociaux colossaux les a profondément marqués » , estime Bertrand Blindauer, le syndicaliste CGT et porte-parole de l’intersyndicale* qui a lancé cet appel à la grève entre 12 et 15 h hier, avec un rassemblement de deux heures devant la Cus. Trois piscines et neuf crèches ont été fermées durant cette période, d’après l’exécutif de la Cus.

Des feuilles de paie d’égoutiers indiquant 1 362 € pour 12 ans de service collées sur des panneaux, des slogans tels que « A eux les sous, à nous les clous » et une large banderole « Tous unis à la Cus » : c’est un nouvel épisode tiré du sévère rapport de la Chambre régionale des Comptes (CRC). Remis aux élus en août 2012 mais rendu public en février, il a ouvert la boîte de Pandore. L’absentéisme record, le grand nombre de jours de congé et l’emploi de 928 contractuels par Strasbourg-Cus ont été épinglés.

Lire la suite