La Guardia civil a fait couler une patera d’immigrés marocains à Lanzarote

Yabiladi, 12 mars 2013 :

Les 17 rescapés du naufrage d’une patera, survenu le 13 décembre dernier, à proximité de l’ile espagnole de Lanzarote, dans l’océan atlantique, avaient vraisemblablement raison. Le drame, qui avait coûté la vie à l’un de leur compagnon, six autres étant portés disparus, n’aurait pas été causé par une défaillance au niveau du patrouilleur de la Guardia Civil, comme l’avaient indiqué les autorités espagnoles. Une vidéo, publiée ce lundi par le site de la radio espagnole Cadena Ser, désigne la garde civile espagnole comme principal responsable des faits.

Les images en question ont été filmées depuis la côte de Lanzarote, à l’aide du Système intégré de vigilance extérieure (SIVE), un système avancé financé principalement par l’Union européenne dans le but de protéger les frontières espagnoles des éventuels arrivées d’immigrés clandestins ou de narcotrafiquants. Celles-ci commencent par montrer l’embarcation de fortune qui s’approche de la plage de Jablillo. Lorsque le conducteur de la patera s’aperçoit qu’il est poursuivi par la Guardia civil, il change de trajectoire et accélère sa vitesse pour éviter d’être intercepté. A 2h18 précisément, le patrouilleur espagnol décide de croiser la trajectoire de la patera. L’homme qui la pilotait, voyant qu’il n’avait plus d’autres issues, réduit alors la vitesse du moteur avant de l’immobiliser en mer.

Mais, le patrouilleur de la Guardia civil n’a pas fait de même. Il a, au contraire, subitement accéléré la vitesse avant d’entrer en collision directe avec la petite embarcation de fortune, qui transportait ce jour-là 25 immigrés clandestins, tous originaires de la ville de Sidi Ifni. Le choc était violent, provoquant le naufrage immédiat du bateau clandestin. Les images montrent ensuite les rescapés de l’incident essayant de s’accrocher aux restes de la patera pour survivre. Finalement, seuls 17 d’entre eux s’en sortiront vivants.

Cette nouvelle vidéo vient appuyer le témoignage des immigrés survivants. Au lendemain des faits, ces derniers assuraient que le patrouilleur espagnol les avait volontairement percutés. Mais la version expliquée par la délégation du gouvernement espagnol aux Iles Canaries est différente. Selon elle, l’incident serait, plutôt, dû à une « avarie technique dans l’un des moteurs ». Celle-ci aurait empêché l’équipage espagnol d’éviter la patera. Le gouvernement marocain, lui, n’a toujours pas réagi au drame.

Al Jazeera en parle

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s