8 mars : La véritable égalité reste à conquérir !

Tract de l’Initiative Communiste-Ouvrière pour le 8 mars 2013 :

Dans le monde entier, le 8 mars est la journée mondiale des femmes. Ce n’est pas une fête, mais une journée de lutte pour l’égalité. Dans certains pays, les droits les plus élémentaires des femmes ne sont pas respectés et c’est une date très importante des luttes féministes.

En France, l’égalité entre les femmes et les hommes est inscrite dans la loi. Mais elle est loin d’être inscrite dans la réalité de tous les jours. Les inégalités de salaires, les inégalités face aux retraites, les inégalités face aux temps de travail, les inégalités faces aux violences, au harcèlement, au viol, il reste à en finir avec tout ça, pour une véritable et complète égalité.

Officiellement, il est interdit de payer une femme moins qu’un homme pour le même travail. Mais dans la réalité, la différence est en moyenne de 20%, parce que les femmes se voient plus souvent proposer des emplois précaires ou peu qualifiés que les hommes, et ce sont les premières victimes du temps partiel imposé. Et loin de combattre le temps, et le salaire, partiel, l’intégration dans la loi de l’accord signé entre le MEDEF et certains syndicats permettra aux patrons de modifier jusqu’à huit fois par ans les contrats de travail à temps partiel, permettant ainsi aux employeurs de ne plus majorer les heures complémentaires. Les patrons savent très bien mettre à profit le sexisme de la société quand ça leur rapporte des profits.

Pareil pour les retraites, les femmes ont souvent de plus petites retraites, parce qu’elles ont des salaires plus bas et qu’elles ont cotisé moins longtemps. La plupart n’arrive pas à obtenir toutes les annuités nécessaires pour une retraite complète. La réforme de Sarkozy en 2010 a encore aggravé la situation. Dès le 1er juillet 2014, la pension de réversion baissera de 60% à 56% et l’âge minimum pour la toucher augmentera de 56 à 60 ans. Il en est de même avec les nouvelles attaques qui se préparent contre les retraites, comme celles aujourd’hui du MEDEF dans le cadre des retraites complémentaires ARRCO-AGIRC. Les femmes sont les premières victimes de la crise économique provoquée par les capitalistes, parce que leur situation économique est plus fragile.

Au boulot, tout le monde peut être harcelé, mais c’est presque toujours les femmes qui subissent le harcèlement sexuel, les remarques déplacées, le sexisme ambiant, la dévalorisation et le mépris. On demande aux femmes de faire des enfants et de les élever, mais c’est pour leur reprocher ensuite dans le boulot, par les discriminations à l’embauche, le non-respect des dispositions concernant la protection des femmes enceintes, par les reproches et les tracasseries en tout genre, par l’absence de places en crèches. Et sortie du travail, une deuxième journée de boulot commence…

Face aux violences conjugales, la loi est censée protéger les femmes. Mais combien de places dans les foyers d’accueil d’urgence ? Quels moyens pour les aider ? Quels budgets pour lutter vraiment contre les violences ? Ils peuvent toujours voter des lois, s’il ne donnent pas les moyens pour les appliquer. C’est pire encore pour les femmes immigrées, qui risquent l’expulsion quand elles quittent le « foyer conjugal » parce qu’elles sont battues ou privées de leur liberté. C’est une double violence instituée par l’État.

Quelques mesures communistes d’urgence pour l’égalité  :

  •  Imposer la création de crèches totalement gratuites dans toutes les entreprises, les quartiers et les villages, au frais des patrons.
  •  Transformer tous les emplois précaires en emplois stables, les CDD en CDI dans le privé et les contractuels en fonctionnaires dans le public, pour en finir avec la précarité.
  •  Garantir une retraite au moins égale au SMIC quelque soit la durée de carrière, pour en finir avec les discriminations contre les carrière incomplètes.
  • Donner de véritables moyens pour les foyers, les organismes et les associations qui luttent contre les violences faites aux femmes.
  • Donner une véritable protection aux femmes victimes de violences, quelque soit leur nationalité.

 Télécharger le tract en PDF

 

Une réponse à “8 mars : La véritable égalité reste à conquérir !

  1. Pingback: Internationaler Frauentag – zum 8. März 2013: Gegen Patriarchat und Kapitalismus « Entdinglichung

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s