Caterpillar : « Le problème, c’est la soif insatiable des actionnaires pour le profit »

RTL, 3 mars 2013 :

Ce dimanche midi, l’émission Controverse revenait sur le licenciement de 1400 travailleurs au sein de Caterpillar à Gosselies.Le débat de Controverse s’est penché ce dimanche midi sur l’annonce du licenciement de 1400 travailleurs chez Caterpillar à Gosselies.



« Je pense dans mon for intérieur que si on parle de diminuer l’emploi de 1.400 personnes, c’est qu’il n’y a pas d’autres alternatives », a expliqué Pierre Cuisinier, ancien directeur de Caterpillar Gosselies.

« Vous armer pour pouvoir contrecarrer des choses comme celles-ci »

Mais cette affirmation n’a pas réussi à convaincre les travailleurs présents sur le plateau. « À un moment donné il va peut-être falloir du côté des politiques, vous armer pour pouvoir contrecarrer des choses comme celles-ci. On est devant un groupe qui fait des ultras-bénéfices, qui a bénéficié de toute une série d’aide à l’emploi, de déductions fiscales, d’intérêts notionnels, un package énorme. Et qui aujourd’hui pour pouvoir faire plus de bénéfices et assurer un return énorme à ses actionnaires, on va licencier 1.400 personnes. Et vous êtes dans l’incapacité de vous mettre devant », s’est énervé Lucas, un ouvrier dont toute la famille travaille chez Caterpillar Gosselies.

« On a essayé de faire épargner à notre entreprise de l’argent pour essayer de sortir du lot »

Francesco, un autre ouvrier, a fait toute sa carrière chez Caterpillar Gosselies, où il est entré en 1978. Il a connu deux restructurations et estime que les ouvriers ont tout donné pour que l’entreprise poursuive ses activités et continue à « sortir du lot ». « On n’arrive pas à comprendre aujourd’hui comment est-ce possible qu’on annonce une catastrophe de 1400 personnes d’un coup. Nous, on a fait le nécessaire jusqu’à maintenant au niveau du chômage économique, on a essayé de faire épargner à notre entreprise de l’argent pour essayer de sortir du lot par rapport à d’autres entreprises qui ne s’en sortent pas. On a tout fait de ce côté-là. On ne peut pas dire que les ouvriers de Caterpillar, aujourd’hui, ont profité, ou ont été laxistes au niveau de l’entreprise, pour la faire couler. Non, on s’est mis en avant, on a essayé de travailler ensemble, c’est ce qu’on a fait pendant des années, on s’est privé, on a eu beaucoup de privations, parce que vous devez savoir que durant plusieurs années il y a eu un blocage interne d’augmentation de salaire et qu’il y a des personnes qui, pendant 25 ans, n’ont jamais pris un centime à Caterpillar ».

« C’est un groupe qui n’est pas en difficulté »

Lucas a tenu à ajouter : « C’est un groupe qui n’est pas en difficulté, ni même la filiale belge n’est pas en difficulté. Le problème, je pense, c’est la soif insatiable des actionnaires pour le profit. On veut maximiser le profit, maximiser le profit, peu importe si on doit licencier 1400 personnes, c’est un détail. C’est vraiment là où le bât blesse, parce que comme l’expliquait Francesco, on a déjà fait beaucoup de concessions, on est au top au niveau de l’industrie du génie civil. Je ne comprends pas, si ce n’est cette soif insatiable de profit ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s