Le régime algérien prédateur s’attaque aux chômeurs plutôt qu’à la corruption

Déclaration du collectif algérien en France ACDA
(Agir pour le changement et la démocratie en Algérie)

Le régime algérien prédateur s’attaque aux chômeurs plutôt qu’à la corruption.
Libération immédiate de tous les militants arrêtés !
 
Au moment où des révélations de la presse nationale et internationale font état de l’ampleur de la corruption des proches du pouvoir dans le secteur des hydrocarbures – à la suite de procédures pénales entamées par les justices Italienne et canadienne dans l’affaire dite « Sonatrach 2 » –, les autorités algériennes n’ont pas trouvé mieux à faire que de s’attaquer aux jeunes chômeurs.

Solidarité avec les chômeurs
En effet, le 20 février 2013, à Alger, la police a procédé à l’arrestation et à l’expulsion manu militari de militants marocains, tunisiens et mauritaniens, membres actifs d’associations de chômeurs, venus assister au premier Forum des chômeurs et des travailleurs précaires, organisé à l’initiative du Syndicat autonome de l’administration publique (SNAPAP).
Le même jour, dans la wilaya de Laghouat, de jeunes chômeurs participant à un rassemblement pacifique devant l’Agence nationale pour l’emploi ont été réprimés ; dix-sept d’entre eux ont été arrêtés par les forces de l’ordre et présentés au parquet.
Le 22 février, une autre manifestation de jeunes chômeurs dans la même wilaya, en soutien à leurs camarades arrêtés l’avant-veille – dont certains sont toujours en détention –, a été réprimée à coup de bombes lacrymogènes et de balles en caoutchouc.
Le 23 février, c’est au tour d’un membre du comité des chômeurs (CNDDC) de la wilaya de Batna d’être arrêté au seul motif qu’il accrochait des banderoles en vue de la manifestation nationale des chômeurs prévue le lendemain, dimanche 24 février.

Solidarité des travailleurs du Maghreb
En réprimant ces manifestations pacifiques de chômeurs, au lieu de s’en prendre à la corruption qui gangrène le régime, et en s’attaquant à l’initiative de constitution de l’Union maghrébine des chômeurs et travailleurs précaires, le pouvoir tente de mettre fin à la jonction des luttes pour le droit au travail à l’échelle du Maghreb et, au-delà, à toute solidarité, constitutive et internationale afin de poursuivre à huis clos une répression ciblée.
Dans les faits, le régime révèle son véritable visage anti-démocratique, en dépit des pseudo-réformes de façade, et au mépris de la Constitution et des lois algériennes ainsi que des conventions internationales sur le droit de réunion, d’association et d’expression ratifiées par l’Algérie. Il n’y a pas d’« exception algérienne »!
L’ACDA dénonce les atteintes répétées aux droits fondamentaux de réunion, d’association et de manifestation pacifique, et exige la libération de tous les militant(e)s arrêté(e)s et la levée des poursuites judiciaires à leur encontre.

Solidarité avec tous les militant(e)s des droits humains et les syndicalistes en lutte
L´ACDA apporte son soutien au rassemblement organisé par les syndicats autonomes, des organisations des droits humains et associations des familles de disparus, qui aura lieu à Alger, le lundi 25 février 2013, pour la défense des libertés syndicales et le respect des droits humains.
 
Solidarité entre les peuples du Maghreb
L’ACDA salue la mémoire de notre camarade tunisien Chokri Belaïd, militant de la liberté lâchement assassiné par les forces obscurantistes. Les militants de l’ACDA, conscients que l’enjeu de la défense de la révolution tunisienne dépasse largement les frontières de ce seul pays, appellent à faire du forum social mondial, qui se tiendra à Tunis du 26 au 31 mars 2013, un grand moment de mobilisation maghrébine pour soutenir les forces démocratiques dans la région, pour la défense des libertés, de la démocratie et de la justice sociale.
 
Paris, le 25 février 2013.
 
Pour tout contact avec le collectif algérien en France ACDA : acda@mailfr.com
 
URGENT
Nous venons d’apprendre que le rassemblement organisé aujourd’hui, lundi 25 février, à Alger par divers syndicats autonomes, organisations des droits humains et associations des familles de disparus a été réprimé, avec tout un arsenal de policiers en civil et en tenue – du jamais vu auparavant ! –, bouclant tous les axes de circulation d’Alger, l’entrée vers le ministère du travail, les cafétérias, les abris et arrêts de bus…
Plusieurs dizaines de manifestants, dont la plupart sont des militants syndicalistes (SESS, SNAPAP, SNATNA, SNAT, syndicat autonome de SONELGAZ, CAMPAS et autres) ainsi qu’un membre de la Ligue algérienne des droits de l’homme (LADDH), ont été arrêtés et conduits dans divers commissariats d’Alger.
L’ACDA, solidaire des syndicats, organisations et associations à l’initiative de ce rassemblement, condamne avec la plus grande vigueur cette répression, et exige la libération immédiate de tous les manifestants arrêtés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s