Chômeur immolé à Nantes : le cri d’alarme des associations

Après le suicide d’un chômeur en fin de droits, plusieurs associations se rassemblent ce vendredi devant le siège de Pôle Emploi à Paris. Le ministre du Travail, Michel Sapin, doit les recevoir le 15 mars prochain.

Un homme prend part à un rassemblement, le 14 février 2013, à Nantes, pour rendre hommage au chômeur qui s'est immolé la veille.

Un homme prend part à un rassemblement, le 14 février 2013, à Nantes, pour rendre hommage au chômeur qui s’est immolé la veille.

Le drame qui s’est produit à Nantes ce mercredi a suscité de nombreuses réactions au sein des associations de chômeurs et précaires. Pour se faire entendre, elles multiplient les opérations coups de poing depuis deux jours. Après avoir occupé des agences Pôle Emploi à Paris, Nantes et Clermont-Ferrand, plusieurs collectifs se rassemblent aujourd’hui devant le siège de Pôle Emploi dans le XXe arrondissement, en souvenir du chômeur de Nantes qui s’est immolé.

Derrière ce drame, les associations soulèvent le problème de l’accompagnement des chômeurs et d’un système d’indemnisation complexe, régi par des règles «abusives». Dans un communiqué, le Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP) demande un «arrêt des radiations illégales et abusives, la simplification du système d’indemnisation et l’augmentation urgente et significative de 250 euros des minima sociaux (RSA et ASS)».

L’association demande également la création d’un observatoire «des morts du chômage», un phénomène social «hors statistique». «Les suicides spectaculaires, on en parle mais tous ceux qui ont lieu dans le silence, jamais», dénonce Virginie Gorson-Tanguy, porte-parole du MNCP. Seul le psychiatre et spécialiste du suicide, Michel Debout, peut avancer un chiffre : 750 suicides, entre 2009 et 2011, seraient liés à «l’effet chômage», représentant 3,4% des personnes qui se suicident chaque année.

Une réunion «exceptionnelle» le 15 mars avec le ministre

Le MNCP, qui demandait un rendez-vous urgent avec le ministre du Travail, Michel Sapin, s’est vu proposer une «réunion exceptionnelle» du comité national de liaison le 15 mars prochain, un mois après le drame de Nantes. «Nous ne sommes pas totalement satisfaits, commente la porte-parole du MNCP. Quand on trouve de la viande de cheval dans des lasagnes, les associations de consommateurs sont reçues par le gouvernement. Par contre, quand un chômeur se suicide, ce n’est pas possible de rencontrer directement le ministre», déplore Virginie Gorson-Tanguy.

«N’instrumentalisons pas une situation dramatique», a dit le ministre à la presse en marge d’un déplacement hier dans une agence parisienne du XIIe arrondissement, pendant que des militants du MNCP, rejoints par l’Apeis* et la fédération syndicale Sud Pôle Emploi, occupaient les locaux d’une autre agence parisienne. «Dans quelques mois, peut-être en septembre, une nouvelle négociation s’ouvrira», a avancé le ministre.

* L’Association pour l’emploi, l’information et la solidarité des chômeurs et travailleurs précaires

LIRE AUSSI:

» Nantes: immolation mortelle d’un chômeur en fin de droits

» Chômeur immolé: Pôle Emploi se défend

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s