Archives quotidiennes : 11/02/2013

PSA Aulnay : Non aux poursuites contre les salariés en lutte

CGT PSA Aulnay :

Contre le licenciement et les poursuites judiciaires à l’encontre des salariés en lutte à PSA Aulnay-sous-Bois

Depuis le 16 janvier, des centaines de salariés de PSA Aulnay-sous-Bois sont en grève contre la fermeture de leur usine et pour qu’aucun d’entre eux ne se retrouve au chômage. S’inscrivant dans un vaste plan de 11 200 suppressions d’emplois, cette fermeture aurait des conséquences désastreuses pour les 3 000 salariés de l’usine d’Aulnay, pour leurs familles et, au-delà, pour la Seine-Saint-Denis, un département sinistré. Après avoir longtemps menti en niant ce plan de licenciements, la direction de PSA veut aller vite en besogne. Cette grève constitue pour elle un obstacle, qu’elle veut briser au plus vite. PSA s’est engagée dans une stratégie de la tension, renouant avec des méthodes dont Citroën et Peugeot sont coutumières depuis toujours : lock-out, vigiles aux portes de l’usine, mobilisation de cadres et agents de maîtrise d’autres sites pour intimider les grévistes, campagne de presse, etc.

Elle se lance maintenant dans la criminalisation de l’action revendicative : Najib Azahriou, Onay Bunul, Salah Keltoumi, Samir Lasri, Agathe Martin et Julien Méléard ont été convoqués pour entretien préalable au licenciement, avec mise à pied conservatoire, et donc sans salaire. Quatre d’entre eux, ainsi qu’Ahmed Berrazzel, Abelghani Gueram et Youcef Zanoune, ont été convoqués à la Sûreté territoriale sur plainte d’huissiers payés par PSA. Tous sont ouvriers à PSA Aulnay depuis des années. Tous sont des militants actifs de la grève : en les visant, c’est la résistance ouvrière que cible la direction.

Lire la suite

Publicités

La grève du 12 février suivie par 58 % des professeurs des écoles

Nous Vous Ils, 11 février 2013 :

La grève du 12 février sera sui­vie par 58 % des pro­fes­seurs des écoles, esti­mait ven­dredi le Snuipp-FSU, pre­mier syn­di­cat du pri­maire, d’après des pré­vi­sions établies à par­tir des réponses de 82 dépar­te­ments. Selon les dépar­te­ments, les taux de gré­vistes pré­vus dans le pre­mier degré varient entre 15 % (dans l’Orne et la Haute-Savoie) et 88 % (dans l’Isère).

Le minis­tère de l’Education natio­nale a quant à lui annoncé 29,6 % d’intentions de grève pour le 12 février.

Un report de la réforme à la ren­trée 2014 « nécessaire »

« Malgré les efforts des com­munes, la réforme bafouille dans sa mise en oeuvre, faute de temps, de finan­ce­ments et sou­vent de concer­ta­tion locale », a indi­qué le Snuipp, déplo­rant que « cette réforme des rythmes insuf­fi­sam­ment pré­pa­rée relègue au second plan des sujets essen­tiels pour une meilleure réus­site des élèves : révi­sion des pro­grammes, sco­la­ri­sa­tion des tout-petits, revi­ta­li­sa­tion de la mater­nelle, ave­nir des RASED, éduca­tion prio­ri­taire, direc­tion d’école ».

Lire la suite

Rythmes scolaires : 80 % des enseignants du primaire en grève mardi 12 février à Vaulx-en-Velin

L’Humanité, 11 février 2012 :

Les enseignants Vaudais se sont réunis en assemblée générale mardi 5 février à l’école Langevin pour échanger à propos de l’actualité concernant les rythmes scolaires. Il est unanime que le projet de réforme en l’état ne convient pas aux enseignants. Ils demandent le report à la rentrée 2014 et la réécriture du projet de décret.

Ils ne sont pas favorables à l’allongement de la pause méridienne et craignent un manque de moyen humain permettant un encadrement de qualité pendant les temps de prise en charge des enfants hors temps de classe.

Ils ne sont pas contre une réorganisation du temps scolaire mais pensent que le préalable à cette réforme serait de prendre le temps de se concerter entre professionnels, parents et personnels de la mairie pour penser un projet qui mettrait au cœur les besoins des enfants.

Lire la suite

Expulsions : Les chiffres de la honte

Le ministère de l’Intérieur a récemment publié son palmarès 2012 : 36.822 personnes, hommes, femmes, enfants, expulsés contre 32 912 en 2011 (soit + 11,9 %).

Comme le déclare RESF 11 : «On ne peut que ressentir de la honte à l’énoncé de tels chiffres, des dizaines de milliers d’existences brisées, des gens chassés, humiliés, spoliés, des familles écartelées entre les continents. Y a-t-il des lois en France qui autorisent à expulser un père en abandonnant ses enfants ? Ou à fabriquer délibérément des quasi-orphelins ? C’est pourtant ce qui se passe un peu partout en France en ce début d’année».

Toulouse : Comment la direction du CHU traite les travailleurs licenciés

La Dépêche, 11 février 2013 :

«Pour leur faire honte» : ce matin, à 11 h 30, Marcel Lafaure va faire la manche devant le CHU de Purpan. Brancardier contractuel depuis six ans dans cet hôpital, Marcel Lafaure, 59 ans a été licencié l’été dernier, suite à un changement de direction en avril suivi d’une politique de réduction du personnel.

Depuis octobre, Marcel Lafaure doit toucher, pendant trois ans des indemnités chômage, s’élevant à 1 050 € par mois. Seulement voilà : ces indemnités qui sont réglées par la trésorerie des hôpitaux située à l’Hôtel-Dieu à Toulouse, sont soumises à un pointage : «une info décision», certifiant que la personne n’a pas retrouvé de travail. Or, ce pointage est enregistré par une société parisienne et les informations, à l’heure d’internet, mettent un temps record pour parvenir sur le bureau de la trésorerie toulousaine. Aussi rapide que si elles arrivaient par courrier à cheval…

Lire la suite

Grève des travailleurs de l’imprimerie de la Basler Zeitung

RTS, 11 février 2013 :

Le personnel de l’imprimerie de la Basler Zeitung a décidé de se mettre en grève dimanche soir. Les employés du site bâlois – qui fermera ses portes fin mars – exigent une renégociation du plan social.

Les employés de l’imprimerie de la « Basler Zeitung », qui ferme définitivement son site d’impression le 31 mars, ont lancé une grève, dimanche soir à 23h à Bâle. Les machines sont restées à l’arrêt toute la nuit.

Sur les 96 collaborateurs, 72 perdent leur emploi, 11 bénéficieront d’une retraite anticipée et 13 sont engagés par le centre d’impression de Tamedia, à Bubenberg (ZH), avait indiqué le 28 janvier le groupe Basler Zeitung Medien (BZM).

Lire la suite

Rassemblement de soutien aux ouvriers PSA-Aulnay demain à Nîmes

Objectif Gard, 11 février 2013 :

Demain, de 12h à 14h, le syndicat Solidaires 30 organise, place de l’Horloge à Nîmes, un rassemblement de soutien aux ouvriers de PSA-Aulnay, en grève depuis le 16 janvier soit quasiment un mois.

En juillet dernier, le groupe PSA Peugeot a annoncé la suppression de 8300 emplois en France, avec la fermeture de son site historique d’Aulnay-sous-bois (3000 emplois) ainsi que le licenciement d’une partie importante des ouvriers du site de Rennes (1300 postes). Ce plan social a été suspendu par la Cour d’Appel de Paris, le mois dernier.

Lire la suite