Lacmé : la direction convoquée devant la justice

Ouest-France, 8 février 2013 :

La Flèche : Mercredi, les salariés grévistes de Lacmé avaient défilé dans les rues fléchoises. Ils revendiquent entre autres de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail. Quelque 60 salariés ouvriers de l’entreprise fléchoise Lacmé (compresseurs, clôtures électriques…) sont en grève depuis lundi 4 février.

Vendredi matin, une inspectrice du travail est venue constater que deux intérimaires travaillaient à la place des grévistes : une infraction au code du travail que la CGT et la CFDT portent en justice. Ils ont décidé de déposer plainte en référé au tribunal de grande instance du Mans contre leur direction. Les délégués syndicaux et leur direction ont rendez-vous lundi 11 février, à 11 h 30, au TGI. Les grévistes ont reconduit leur mouvement pour lundi 11 février.

Ouest-France Entreprises :

Une soixantaine de salariés de l’entreprise fléchoise Lacmé (production de compresseurs, chargeurs de batteries…) sont en grève depuis lundi après-midi (1). Les grévistes sont ouvriers.

Leurs principales revendications : « Une hausse générale des salaires de 5 %, du chauffage pour travailler dans de bonnes conditions, la création d’un 13e mois, une complémentaire santé aux mêmes conditions que celle des cadres de l’entreprise, la régularisation des heures supplémentaires (rattrapage ancienneté), la hausse des budgets du comité d’entreprise… » énumèrent les délégués syndicaux, Armando Teixeira (CGT) et Stéphane Le Guillou (CFDT).

Mardi, la direction leur a donné rendez-vous mardi 19 février pour la négociation annuelle obligatoire (NAO). Non, ont répondu les délégués syndicaux : « On demande une ouverture immédiate des négociations ». Mercredi, la direction a dit oui, à condition que les salariés grévistes se remettent au travail. Refus des grévistes. Hier matin, les salariés ont redemandé à négocier. En vain.

La CGT a fini par saisir un huissier de justice dans le cadre d’une sommation interpellative. Il a posé une question aux membres de la direction : « Êtes-vous disposés à ouvrir immédiatement des négociations ? » Refus de la direction.

« Trois jours et demi de grève sans négociations, embaucher des intérimaires pour remplacer les grévistes, ce n’est pas normal. La direction laisse pourrir le conflit. C’est inacceptable et scandaleux ! » dénonce Dominique Piron, secrétaire général départemental de la CGT.

Préfet et sous-préfet ont été alertés de la situation. Jeudi après-midi, délégués syndicaux et quelques salariés se sont rendus à la sous-préfecture. « On a rencontré le secrétaire du sous-préfet, on a expliqué la situation, indique Stéphane Le Guillou. On a demandé l’intervention de l’Inspection du travail et que le sous-préfet organise une rencontre avec la direction de Lacmé et les représentants des salariés, pour commencer à négocier. »

Hier soir, ils attendaient toujours une réponse. Les grévistes ont reconduit leur mouvement.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s