Archives quotidiennes : 27/01/2013

Une classe réservée aux enfants Roms… dans un poste de police

Mediapart, 26 janvier 2013 :

Ils sont une vingtaine, ils ont entre 6 et 12 ans et se rendent au poste de police. C’est un policier en uniforme qui leur ouvre la porte. Il s’agit d’une convocation ? Non. Ils vont en classe. Ce sont tous des enfants Roms.

La ville de Saint-Fons s’est fait connaître pour le traitement policier qu’on inflige aux Roms qui jettent des cailloux: saccage des baraques, casse des voitures et gaz lacrymogène (1). Aujourd’hui, c’est au tour de la municipalité de se distinguer particulièrement pour le traitement qu’elle réserve aux enfants Roms.

Après avoir refusé catégoriquement de scolariser les enfants du bidonville sous prétexte de classes saturées, la sénatrice-maire socialiste, a trouvé une idée extraordinaire pour appliquer la politique d’exclusion prônée par Hollande et Valls: la classe réservée exclusivement aux Roms dans le bâtiment de la police municipale.

Lire la suite

Publicités

Mahalla : Deux ans après la révolution

Deutsche Welle, 25 janvier 2013 :

Deux ans après la révolution qui a chassé du pouvoir l’ancien président Hosni Moubarak, les Égyptiens dressent un constat morose de la situation. L’insécurité et la crise économique dominent leur quotidien.

À la sortie de l’usine de textile Ghazl el Mahalla, la plus importante de la ville de Mahalla, le poumon industriel du pays où ont débuté les manifestations anti-Moubarak avant la révolution, les mines sont fatiguées. La plupart des ouvriers gagnent entre 50 et 200 euros par mois, des salaires qui leur permettent difficilement de vivre, mais la révolution n’a rien changé.

Lire la suite

Manifestation d’enseignants à Lisbonne

Reuters, 26 janvier 2013 :

Plusieurs milliers d’enseignants ont défilé samedi à Lisbonne pour protester contre les coupes budgétaires dans l’éducation et réclamer la démission de leur ministre de tutelle.

Le syndicat Fenprof, qui dénonce la réduction des revenus et la dégradation des conditions de travail, a évalué à 30.000 le nombre de manifestants.

Lire la suite

PSA : La violence c’est celle de Varin et de la famille Peugeot !

Article publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Depuis le 16 janvier, les ouvriers de l’usine PSA Aulnay sont en grève contre le plan de licenciement. Dans un contexte où, dans toutes les branches d’activité, les travailleurs vivent dans la crainte d’un licenciement, où le patronat comme chez Renault utilise les menaces de licenciements pour imposer de nouvelles attaques contre les droits des ouvriers, la grève à l’usine PSA Aulnay est à la fois un symbole et un exemple pour toute la classe ouvrière. Elle montre que, face au rouleau compresseur du patronat et de ses attaques, on peut relever la tête. En allant à la rencontre des ouvriers de PSA Saint-Ouen, de Renault Flins ou à la Gare du Nord, les grévistes d’Aulnay montrent aussi que c’est tous ensemble, qu’on travaille à PSA, Renault ou dans la sous-traitance, dans l’automobile, le commerce ou l’agroalimentaire, dans le privé ou le public, qu’on soit menacé de licenciement ou qu’on pointe déjà à Pôle Emploi, qu’il faut y aller !

Pour casser cette grève, pour éviter son extension, la direction de PSA et ses alliés utilisent tous les moyens. Vendredi 18 janvier, les ouvriers en grève de PSA Aulnay sont allés rendre visite à leurs camarades et collègues de l’usine PSA de Saint-Ouen, la direction a alors appelé le ministère de l’intérieur qui a très rapidement fait intervenir les CRS pour faire évacuer les grévistes. Et de crainte d’une visite des ouvriers d’Aulnay le samedi, ce ne sont pas moins de 15 cars de CRS qui encerclaient l’usine de Poissy ! Lorsque nos gosses ont besoin d’enseignants ou que le manque de personnel est trop criant dans les hôpitaux, on ne voit jamais le gouvernement réagir aussi vite pour trouver du personnel… mais que PSA ait besoin de professionnels de la matraque contre les ouvriers et on lui sert sur un plateau dans l’heure.

Lire la suite

Les femmes égyptiennes dans la rue contre Morsi

Par RFI, 25 janvier 2013 :

Les manifestations, parties de différents quartiers, continuent de déferler sur la place Tahrir au Caire. Les slogans sont les mêmes que pendant la révolution de janvier 2011. Les femmes sont très présentes, elles aussi. Voilées ou non, elles sont descendues dans la rue pour dénoncer la gestion du pays par le président islamiste Mohamed Morsi.

2012-12-22T094022Z_664681281_GM1E8CM1D2001_RTRMADP_3_EGYPT-POLITICS_0Dans le groupe de femmes qui arrivent sur la place Tahrir, Iman, la trentaine, hurle les slogans de la révolution. Elle porte le voile intégral. Elle est très remontée contre le gouvernement de Mohamed Morsi.

« Nous sommes dans cette manifestation car aucune demande du peuple n’a été réalisée, dit-elle. On ne vit que dans la peine et la haine, on ne trouve ni pain, ni justice, ni liberté, et la Constitution qu’ils viennent d’adopter ne soutient pas les droits des femmes ni les droits de nos enfants, et on n’a pas encore obtenu justice pour les victimes de la révolution ».

Lire la suite