Cameroun. Grève des enseignants du supérieur: La paralysie s’intensifie à l’université de Douala.

Après une première journée de grève au cours de laquelle les enseignants n’ont pas complètement déserté les salles de cours, la seconde a démontré que certains réticents se sont ralliés au mouvement du SYNES.

Amphi vide

Aux campus universitaires de Douala ce jeudi 17 janvier 2013, les enseignants se font rares.
Beaucoup de ceux qui y sont, évitent délibérément les salles de classes « voilà notre enseignant. Il est là depuis, mais refuse de venir enseigner » souligne un étudiant de la faculté des sciences économiques et de gestion. Comme cet enseignant, plusieurs autres rodent autour du campus. En petits groupes, ils parlent de tout. Sauf d’une. L’éventualité de reprendre les enseignements avant samedi tant que l’ordre ne vient pas des cadres du SYNES.
«Le SYNES se bat pour une cause noble et qui concerne l’ensemble des enseignants. On attend leur mot», fait savoir un de ces enseignants.
Même si nous avons surpris les étudiants de Droit 2 en plein cours ainsi que certains de la faculté de médecine et des sciences pharmaceutiques en pleine séance de TD, il reste vrai que la paralysie était plus perceptible ce jeudi à l’université de douala « nous avons eu un problème de communication. Il y a des enseignants qui ne savaient que la grève allait vraiment commencer. Puisqu’ils se sont aperçus qu’elle est réelle, il ont rejoint notre combat » commente Pr Alexis Téguia, secrétaire  général du SYNES. Ce dernier estime à plus de 80 le pourcentage des enseignants grévistes, qui se situait autour de 70 mercredi.
C’est en effet ce jour là que le syndicat national des enseignants du supérieur sont passés à l’acte après avoir épuisés les moyens légaux de recourt dans la revendication de la quatrième tranche de «l’Allocation spéciale pour la modernisation de la recherche aux enseignants dans les universités d’Etat.»
En cas de non satisfaction après cette première grève d’avertissement qui s’achève samedi, les enseignants du supérieur espèrent revenir en force le 28 Janvier. Car jusqu’ici le communiqué du ministre de l’enseignement supérieur publié dans l’après midi de mercredi ne convainc pas les cadres du SYNES à l’instar du professeur Téguia pour qui, «ce communiqué ne fait que des promesses. Et les promesse n’engagent que ceux qui les croient» .
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s