Archives quotidiennes : 16/01/2013

Maroc : 2nde tentative de suicide d’une jeune bonne suite à une accumulation de sévices, maltraitances, dont un viol.

L’association Insaaf de soutien aux mères célibataires et aux petites bonnes a retrouvé la jeune femme qui s’est jetée du 5° étage d’un immeuble de Bourgogne, à Casablanca, mercredi dernier. Hospitalisée, elle a raconté son histoire : une vie faite de misère et d’exploitation quotidienne depuis ses 14 ans. Violée en 2010, elle n’aurait reçu aucun soutien de sa famille. Au désespoir, elle en était, mercredi, à sa deuxième tentative de suicide.

050483684b0863c011b93b1d94f3f2b8350

Il aura fallu qu’elle tente de se suicider deux fois pour enfin être entendue. « Il semblerait qu’elle parle aisément de sa vie, elle a sans doute besoin d’évacuer tout ça », rapporte, aujourd’hui, mardi 15 janvier, Omar El Kindi, membre de l’association Insaf (Insitut National de Solidarité avec les Femmes en Détresse), à Casablanca. N.N, la jeune femme de 19 ans qui a sauté par la fenêtre de l’appartement où elle travaillait comme domestique, mercredi 9 janvier, a été retrouvée, il y a quelques jours à peine, dans un hôpital de Casablanca par l’association Insaf qui aide les mères célibataires et les petites bonnes.

Il semble que les jours de la jeune femme ne soient pas en danger. Le jeune homme qui s’est placé en dessous d’elle, lors de sa chute, pour la récupérer, lui a sauvé la vie en perdant la sienne. « D’après ce que m’ont rapporté les assistantes sociales qui se sont rendues à son chevet, elle compte plusieurs fractures aux bras, elle a du mal à voir parce que son visage et ses yeux sont tuméfiés. Elle a aussi un problème à l’épaule qui pourrait nécessiter une opération », explique Omar El Kindi.

Lire la suite

Publicités

Débrayages chez Renault contre les 7500 suppressions de postes

L’Expansion, 16 janvier 2013 :

Les usines Renault de Cléon et de Sandouville connaissaient de courts débrayages ce mercredi matin au lendemain de l’annonce par la direction de sa volonté de supprimer de 7500 postes. Des actions sont également prévues au Mans et à Lardy.

Des salariés des usines Renault ont procédé à des débrayages sur deux sites mercredi, à Cléon et à Sandouville, à l’appel de la CGT pour protester contre l’annonce de la suppression de 7.500 postes d’ici 2016, selon les chiffres fournis par la direction.

Lire la suite

Images de la grève générale à Marivan

Le 12 janvier 2013, la population de Marivan, au Kurdistan d’Iran, a suivi un appel à la grève de 15 à 17 heures pour protester contre la condamnation à mort des deux prisonniers politiques Zanyar et Loghman Moradi.

Images de la grève générale du 12 janvier à Marivan transmises par le Comité du Kurdistan du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran :

Lire la suite

Grève surprise cette nuit chez Presstalis

France 3 Limousin, 16 janvier 2013 :

De nombreux titres ont paru mais n’ont pas pu être distribués ce matin par la plate-forme située à l’entrée de Limoges.

En effet, seules trois sites en France ne sont pas en grève. Sur tous les autres sites Presstalis un débrayage s’est produit à 1 h ce mercredi matin. Les titres suivants ne sont donc pas acheminés ce matin: les Echos, l’Equipe, l’Humanité, le Monde, Aujourd’hui, le Canard Enchaîné, Libération, Loto Foot et toute la presse hippique.

Il faut savoir qu’un plan de suppression de 1 250 emplois touche le groupe Presstalis, dont le site de Limoges.

Les mines sud-africaines de nouveau en grève

Le Monde, 16 janvier 2013 :

L’onde de choc de la nouvelle n’a pas tardé à provoquer des répliques. Après l’annonce de la suppression de 14 000 emplois par Anglo American Platinum (Amplats), mardi 15 janvier, une partie des mineurs a décidé dans la soirée de cesser le travail dans la région de Rustenburg, au cœur de la ceinture de platine sud-africaine, au nord-ouest de Johannesburg.

1783078_3_a665_les-mineurs-d-anglo-american-platinium-du-site_a83988085f47171063c63e4ed37e0574

« Avec plusieurs de mes camarades, nous avons refusé de descendre sous terre ce matin, expliquait Mac Donald Motsaathebe, mineur chez Amplats depuis douze ans, joint au téléphone mercredi matin. Nous allons tous nous mobiliser, ils ne peuvent pas nous mettre dehors de cette manière ! »

L’ampleur du plan de restructuration d’Amplats, filiale à 80 % du conglomérat britannique minier Anglo American, pourrait déclencher une grève générale dans toutes les mines du numéro un mondial du platine. Presque un quart des salariés est concerné.

Lire la suite

7500 emplois en moins chez Renault : « acceptable » selon Montebourg

L’Humanité, 16 janvier 2013 :

Que Renault détruise 17 % de ses emplois en France ne pose pas de problème fondamental au ministre du Redressement Productif, puisqu’il n’y a « ni licenciement ni fermeture de site ». L’Etat étant le premier actionnaire du constructeur, une telle déclaration n’augure rien de bon pour les salariés.

Carlos Ghosn, PDG de Renault, s’est augmenté de 38% l’an passé et a touché 13,3 millions d’euros.

« Il n’y a pas pour nous un certain nombre de lignes rouges qui ont été franchies » explique Arnaud Montebourg en une déclaration syntaxiquement alambiquée, à la sortie du Conseil des ministres. Mais il explicite : « Première ligne rouge, pas de plan social, pas de licenciement, la première ligne rouge est respectée. Deuxième ligne rouge, pas de fermeture d’usines, pas de fermetures de sites, la deuxième ligne rouge est respectée. » La suppression de 7500 postes devient donc acceptable pour Montebourg.

Le ministre du Redressement Productif s’était pourtant montré plus ferme, en paroles, avec PSA qui envisage une saignée dans ses effectifs tout aussi violente, avec 8000 suppressions d’emplois. Mais Peugeot envisage de fermer son site d’Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis. « C’est mieux que de se retrouver avec des plans sociaux, des fermetures d’usines brutales qui font beaucoup de mal au moral des entreprises », a expliqué le ministre.

Lire la suite

Mali : Une nouvelle bataille dans la guerre entre les deux pôles du terrorisme

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Depuis samedi 12 janvier, l’armée française intervient directement au Mali. Déjà, les premières dépêches font état de nombreuses victimes civiles dans ce qui est un nouveau front dans la guerre entre les deux principaux pôles du terrorisme, l’islamisme politique d’un côté, avec ici les bandes armées d’Al Quaida au Maghreb Islamique (AQMI), et le militarisme occidental de l’autre, représenté ici par l’armée française.

Le gouvernement français parle de « guerre contre le terrorisme », mais que ce soit en Afghanistan, en Irak, dans la Bande de Gaza comme aujourd’hui au Mali, aucune des interventions militaires occidentales n’a permis de faire reculer les fanatiques religieux, bien au contraire.

Lire la suite