Archives quotidiennes : 15/01/2013

Inde: Une fillette de 7 ans violée dans les toilettes de son école choque à nouveau le pays.

Des femmes manifestent contre les viols en Inde, le 15 janvier 2013 à New Delhi SAJJAD HUSSAIN AFP.COM

Des femmes manifestent contre les viols en Inde, le 15 janvier 2013 à New Delhi SAJJAD HUSSAIN AFP.COM

Une Indienne de sept ans a été violée dans les toilettes d’une école dans l’Etat touristique de Goa, provoquant des manifestations d’ampleur et l’arrestation de la directrice de l’établissement, a-t-on appris ce mardi de source policière.

Le viol, qui s’est produit dans la ville de Vasco da Gama, a déclenché une vaste chasse à l’homme pour mettre la main sur l’accusé, présenté comme un jeune d’à peine 20 ans s’étant introduit dans l’enceinte de l’école lundi matin.

Des milliers de manifestants autour de l’école

le-mardi-15-janvier-des-manifestations-se-poursuivent-a-new-delhi-10840438kgzqg_1713

«La fillette a été violée dans les toilettes de l’école pendant la récréation», a indiqué à l’AFP une source policière sous le couvert de l’anonymat. Les toilettes étaient situées près du bureau de la directrice du lycée Deepvihar, qui comporte une section réservée à l’école primaire. Des milliers d’habitants ont afflué autour de l’école lundi soir pour demander l’arrestation de la directrice et l’auteur du viol, toujours recherché par la police.

Lire la suite

Publicités

Comment Areva laisse mourir ses travailleurs au Niger.

Les Français s’éclairent et se chauffent grâce à leur travail : ces centaines de mineurs nigériens qui ont passé 20 ou 30 années de leur vie à extraire de l’uranium pour Areva. De l’uranium qui, importé en France, alimente ensuite nos 58 réacteurs nucléaires. Souvent victimes des effets des radiations, ils souffrent et meurent aujourd’hui dans l’indifférence. Pas question de reconnaître leurs maladies professionnelles. Combien de temps le leader français du nucléaire continuera-t-il à les mépriser ?

1

L’extraction minière d’uranium au Niger serait-elle l’une des activité les plus sûres au monde ? Areva y exploite deux mines depuis le début des années 1970, et emploie aujourd’hui 2 600 personnes. Or, en un demi-siècle, seuls sept dossiers de maladies professionnelles d’employés travaillant dans les mines d’uranium d’Arlit et Akokan, dans le Nord-Niger, ont été validés par la sécurité sociale nigérienne. Et sur les sept travailleurs victimes de pathologies professionnelles, cinq sont des expatriés français, indique Ousmane Zakary, du Centre de sécurité sociale de Niamey. Seuls deux mineurs nigériens sont concernés, alors que le personnel nigérien constitue 98% des employés d’Areva sur place. Une performance sanitaire !

Lire la suite

New York : les chauffeurs de bus scolaire annoncent une grève pour mercredi

AFP, 15 janvier 2013 :

Le syndicat des chauffeurs de bus scolaire de New York a annoncé lundi une grève pour mercredi, qui pourrait affecter quelque 152.000 enfants utilisant chaque jour les célèbres bus jaunes pour aller à l’école.

La menace durait depuis plusieurs semaines, pour des raisons de protection de l’emploi des chauffeurs et de leur ancienneté, dans le cadre de nouveaux contrats.

Si cette grève, qui concerne également les surveillants de bus, a bien lieu, elle sera la première depuis 1979.

Un salarié de Sanofi tente de se suicider dans son laboratoire.

Un salarié d’une quarantaine d’années a tenté de se suicider, jeudi, dans un laboratoire du groupe pharmaceutique Sanofi, à Neuville-sur-Saône (Rhône). Il a avalé du cyanure et se trouvait toujours dans un état critique samedi, a-t-on appris auprès de plusieurs sources confirmant une information du quotidien Le Progrès. «Il se retrouve en soin intensif et maintenu dans un coma artificiel» à l’hôpital de la Croix-Rousse de Lyon.

2304147_photo-1352393272295-3-0_640x280

Selon une source syndicale, «jeudi, cette personne a avalé une cuillère de cyanure dans son laboratoire. Elle a tout de suite réagi en prévenant ses camarades et a été prise en charge, et le Samu est intervenu rapidement». La gendarmerie chargée de l’enquête, a précisé que le drame s’est produit après l’heure du déjeuner. Elle a confirmé que le salarié a prévenu ses collègues une fois son geste accompli, avant de s’affaisser.

«Une équipe médico-sociale de Sanofi apporte son soutien à la famille et une cellule d’accompagnement psychologique pour les collaborateurs du site est opérationnelle, ainsi qu’un numéro vert 24h/24», a déclaré un porte-parole de chez Sanofi, samedi. Ce dernier explique qu’ «une enquête de gendarmerie est en cours et déterminera les circonstances du drame. Il est trop tôt pour en dire davantage pour l’instant.»
Lire la suite