Archives quotidiennes : 07/01/2013

Des sans-papiers en grève de la faim à Lille prennent à partie le PS

Le Monde, 7 janvier 2013 :

Un mouvement de grève de la faim de sans-papiers démarré il y a plus de deux mois pourrait prendre de l’ampleur : leurs soutiens ont décidé, à partir de lundi 7 janvier, de se rassembler tous les jours, à 18 heures, devant le siège du Parti socialiste, à Paris. Une mobilisation délicate à gérer pour le PS, alors que le 28 novembre 2012, le ministère de l’intérieur a publié une circulaire censée faciliter les démarches de régularisation pour les étrangers en situation irrégulière.

Le mouvement est parti de Lille, le 2 novembre 2012, quand plus d’une centaine de personnes ont décidé d’entamer une grève de la faim afin d’obtenir des papiers en occupant une église. Après avoir investi le bâtiment pendant quelques heures, les grévistes en ont été expulsés. Mais depuis, ils campent sous une grande tente sur le parvis de l’édifice religieux et refusent de quitter les lieux tant qu’ils n’auront pas obtenu gain de cause.

Pendant plusieurs semaines, la grève de la faim de ces étrangers, principalement d’origine algérienne, n’a pas mobilisé au-delà de la métropole lilloise, théâtre régulier de manifestations de ce genre. Mais au fil des jours, leur situation a suscité l’intérêt d’organisations de défense des droits des étrangers comme le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) ou le Groupe d’information et de soutien des immigrés (Gisti). Le syndicat de la fonction publique FSU leur a emboîté le pas, suivi aujourd’hui par plusieurs partis du Front de gauche.

Lire la suite

Société Générale : les syndicats se mobilisent pour l’emploi

Les Echos, 7 janvier 2013 :

Les cinq syndicats du groupe bancaire appellent à une grève nationale demain.

Les cinq syndicats représentatifs (CFDT, SNB-CGC, CGT, FO, CFTC) de la Société Générale haussent le ton. Les négociations engagées fin 2012 sur la gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GEPC) pour la période 2013-2015 ont mis le feu aux poudres et décidé les organisations syndicales à appeler à une grève nationale demain, mardi. « La direction veut définir un modèle de plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) qui puisse s’appliquer à chaque fois qu’elle a un projet de restructuration. Pour nous il n’est pas question de laisser s’installer un PSE permanent », explique Michel Marchet, délégué syndical national CGT à la Société Générale. Les syndicats espèrent avec ce mouvement de grève faire pression sur la direction du groupe bancaire pour obtenir des garanties sur l’emploi. « La maîtrise des coûts va se poursuivre pour s’adapter au contexte économique difficile mais il n’y a aucun nouveau PSE prévu », assure une porte-parole de la Société Générale.

Lire la suite

Grève des techniciens à France Inter

Radio Actu, 7 janvier 2013 :

La grève des techniciens qui perturbe les programmes de France Inter ce lundi 7 décembre pourrait se prolonger. Reconduit pour 24 heures, ce mouvement entend protester contre la suppression de 4 postes. Selon les syndicats, cette grève serait suivie par 90% des techniciens.

Les programmes de France Inter sont fortement perturbés depuis le début de la journée par une grève des techniciens de la station. À l’appel de l’intersyndicale CFDT, CFTC, CGT et Sud, ils entendent protester contre la suppression de 4 postes de techniciens d’antenne et de production sur les 34 que compte France Inter. Sur son site Internet, France Inter indique que les revendications portent « sur des modifications de tableaux de service des techniciens ». En cause : la décision de Philippe Val, qui a annoncé durant l’été 2012 la suppression à compter de la rentrée de septembre des émissions en direct la nuit.

Lire la suite

Les cuisiniers de l’hôpital de Sidi Bouzid en grève

Tuniscope, 7 janvier 2013 :

Aujourd’hui, 07 janvier, une partie des ouvriers- cuisiniers de l’hôpital régional de Sidi Bouzid, sont entrés en grève.

La principale revendication des grévistes tourne autour de la régularisation de leur situation professionnelle et qu’en cas de refus, ils ont menacé de prolonger leur grève. Quant à l’administration hospitalière, elle a rappellé l’aspect sensible du métier de cuisinier à l’hôpital et a appellé à un arrêt de la grève.

Elle a, également, rassuré que les revendications des grévistes seront transmises au ministère de tutelle.

Côte d’Ivoire : Préavis de grève dans la santé

Abidjan, 7 janvier 2013 :

La coordination des syndicats des personnels soignants de la santé continue de mettre la pression pour faire plier le gouvernement Ouattara-Duncan. Samedi, réunie en Assemblée générale extraordinaire, à la bourse du travail à Treichville, la première de l’année 2013, la coordination a décidé «du dépôt d’un préavis de grève dès le lundi 07 janvier 2013(aujourd’hui, ndlr) en vue d’un arrêt de travail des personnels soignants sur toute l’étendue du territoire national, à compter du 04 février 2013. » Les secrétaires généraux de la coordination (forte de 14 syndicats) ont eu mandat de l’Assemblée Générale donne « pour déposer auprès du Ministre de la Fonction Publique et de la Reforme Administrative ledit préavis. »

Les syndicats de la santé exigent depuis longtemps le paiement intégral des indemnités dues au secteur de la santé acquises depuis septembre 2007 dont une partie a été déjà payée en janvier 2009; le paiement intégral des 400 points d’indice aux Cadres supérieurs de la santé et 150 points d’indice au personnel technique de la santé, accordés en septembre 2007; le paiement intégral des émoluments des praticiens hospitaliers et enseignants cadres supérieurs de la santé; le paiement intégral des 48 mois d’arriérés accumulés sur les indemnités depuis janvier 2009 ; et le paiement intégral des 67 mois d’arriérés accumulés sur les émoluments hospitaliers depuis juin 2007.

Préavis de grève dans les mines péruviennes de Southern Copper

Commodesk,7 janvier 2013 :

Après un arrêt de travail de deux jours à Noël, les mineurs péruviens de Southern Copper ont déposé un nouveau préavis de grève pour la mi-janvier. Ils réclament une revalorisation de leurs salaires de 15%, tandis que Grupo Mexico, propriétaire des mines, propose 5,5%.

Les mineurs péruviens gagnent de 34 à 54 soles par jour, 10,25 à 16,25 euros, pour 52,6 heures travaillées par semaine.

Des négociations sont prévues à partir du 7 janvier. Faute d’accord, la production pourrait s’arrêter dans les mines à ciel ouvert de Cajuone, 140.140 tonnes de cuivre extraites en 2011, et Toquepala, 120.380 tonnes, ainsi que sur le complexe métallurgique Ilo. Les trois structures comptent 2.500 employés.

Sans-papiers en lutte pour leur régularisation à Lille

20 Minutes, 7 janvier 2013 :

Côte à côte, une quarantaine de matelas accueillent des corps amaigris et fatigués. Depuis plus de deux semaines, des sans-papiers campent devant l’église Saint-Maurice, dans le centre-ville de Lille, pour réclamer la régularisation de leur situation. Ils sont encore 52 à se déclarer grévistes de la faim et voilà plus de deux mois que le bras de fer a été engagé avec la préfecture. Mercredi, une rencontre est organisée par le préfet pour faire le point sur la situation avec le comité des sans-papiers (CSP).

« J’ai perdu 20 kg »

La préfecture s’était engagée à traiter en urgence, mais au cas par cas, les dossiers de régularisation des grévistes déclarés, tout en leur demandant de « cesser ce mouvement qui met inutilement en danger leur santé et leur vie ». Selon le CSP, plusieurs grévistes souffrent de graves troubles sanitaires. « J’ai perdu 20 kg et je ne peux plus me lever », témoigne Ismahane, jeune Algérienne arrivée à Lille il y a deux ans, après des « problèmes personnels ». Elle dit être sans nouvelle d’un dossier de régularisation déposé il y a presqu’un an. Son amie, qui avait entamé aussi une grève de la faim, a préféré arrêter. « C’était trop dur, j’avais des vomissements », dit-elle. Depuis jeudi, la Croix rouge assure une visite quotidienne sous cette tente pour s’occuper du suivi sanitaire. Quinze couvertures de survie et quinze kits d’hygiène ont aussi été distribués. « Ils ne nous prennent même pas la tension », regrette Ismahane pour qui l’heure tourne plus vite que les rasades de thé à la menthe.

Lire la suite