Archives quotidiennes : 04/01/2013

Débrayages à Goodyear Amiens

L’Expansion, 4 janvier 2013 :

Après l’invalidation à plusieurs reprises d’un plan social, la CGT de l’usine Goodyear d’Amiens-Nord redoute des suppressions d’emplois. Un préavis de grève a été déposé pour vendredi et samedi.

Dans la crainte de supressions d’emplois, le syndicat CGT de l’usine Goodyear d’Amiens-Nord a déposé un préavis de grève vendredi et samedi pour « évoquer avec l’ensemble des salariés les nouvelles actions judiciaires en cours » contre la direction, d’après un délégué syndical. Après la fermeture de l’usine Continental de Clairoix en 2009, la menace d’un plan social se profile.

Des débrayages sont prévus vendredi entre 13H00 et 15H00 et samedi entre 17H00 et 19H00 pour expliquer ces actions aux 1.300 salariés, a indiqué Mickaël Wamen, délégué CGT de l’usine. « Trois actions sont prévues pour maintenir l’activité sur le site et défendre les emplois », dans le cadre « de la bataille menée depuis 2007 » contre la direction de Goodyear, a-t-il ajouté.

Lire la suite

Publicités

Après l’Inde, les manifestations contre les viols se propagent au Népal

France 24, 4 janvier 2013 :

Toujours mobilisés après le viol d’une étudiante en médecine, les Indiens ne sont pas les seuls à manifester : des centaines de Népalais ont eux aussi sorti les pancartes pour dénoncer le viol d’une femme de ménage par des représentants de l’Etat. Un cas parmi tant d’autres dans ce pays voisin de l’Inde.

Manifestation à Katmandou le 3 janvier

Sita Rai – pseudonyme de la femme de ménage victime du viol – a expliqué avoir été dépossédée de son argent et violée par des membres du ministère de l’Immigration lorsqu’elle était sur le point de prendre l’avion vers l’Arabie saoudite à l’aéroport de Katmandou. Le gouvernement lui aurait alors donné 1 700 dollars en compensation, soit 700 dollars de moins que ce qu’on lui avait dérobé.

Lorsque l’information a filtré il y a une semaine, des citoyens en colère ont commencé à manifester devant la résidence du Premier ministre Baburam Bhattarai, dans la riche banlieue de Baluwatar à Katmandou. Le hashtag #OccupyBaluwatar, créé pour l’occasion, a commencé à buzzer. Et la mobilisation continue, même si le gouvernement a depuis procédé à des arrestations.

Lire la suite

Aide alimentaire – le baromètre de la pauvreté

Editorial de Communisme-Ouvrier n°28, bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

« Aujourd’hui, on n’a plus le droit, ni d’avoir faim, ni d’avoir froid … » Cela fait 28 ans que l’on entend le même refrain. Cependant, depuis la création des Restos du Cœur, il y a 28 ans, celles et ceux, qui ne devraient avoir ni faim ni froid, sont 13 fois plus nombreux-ses. Et leur nombre n’arrête pas d’accroitre d’année en année.

L’année dernière, seuls les Restos du Cœur sans compter les autres associations de l’aide alimentaire et les épiceries solidaires, ont distribué plus de 115 millions de repas à 870 000 de personnes inscrites, soit une augmentation de 30 % sur les cinq dernières années. La demande de l’aide alimentaire est à l’image de la croissance du chômage et de la précarité. Mais pas seulement. L’analyse de ces chiffres est alarmante. 40% de demandes sont faites par des familles monoparentales, notamment les femmes seules avec les enfants. 32000 enfants de moins de 12 mois ont été accueillis en 2011. Le nombre de séniors ainsi que de jeunes 18-25 ans augmente chaque année. Et depuis quelques années, cette association, s’adressant à l’origine à des couches les plus précaires et sans emploi, est de plus en plus sollicitée par les personnes ayant un emploi. En 2011, plus de 7 millions de repas ont été distribués à des travailleuses et travailleurs en activité dont les revenus, constamment en baisse par rapport à des prix qui augmentent, ne permettent plus de satisfaire les besoins les plus élémentaires. Ce n’est pas que les Restos du Cœur ont élargi leur champs d’actions, c’est surtout que les travailleuses et les travailleurs n’arrivent plus à vivre décemment même quand ils/elles ont un emploi et des revenus « stables ».

Lire la suite

Guinée-Bissau : Grève du personnel soignant des hôpitaux

Afri Scoop, 4 janvier 2013 :

Le personnel soignant des hôpitaux de la Guinée-Bissau a déclenché ce jeudi une grève d’une durée de 20 jours, du 3 au 23 janvier, a annoncé à la presse le président de leur syndicat, Domingos Samy.

Selon lui, le mouvement de grève a été déclenché parce que « le gouvernement de transition n’a pas respecté ses engagements après la dernière grève du 12 décembre qui a duré huit jours ».

« L’Etat nous doit cinq mois d’arriérés de salaires et de primes d’heures supplémentaires. Ce qui veut dire que nous n’avons perçu qu’un seul des six mois de salaire que nous réclamons depuis décembre dernier », a-t-il précisé.