Manifestations étudiantes en Hongrie

Média Etudiant, 27 décembre 2012 :

Ce sont différentes réformes qui seront mises en place dès la rentrée 2013 qui indignent les étudiants hongrois. Diminution du nombre de bourse, des places dans les universités d’Etat et une augmentation des frais de scolarité sont envisagés. Mais le gouvernement commence à céder.

Manifestation étudiante à Budapest le 10 décembre 2012

Un mouvement étudiant et lycéen

C’est le 10 décembre dernier qu’ont commencé les manifestations étudiantes en Hongrie. Ils n’étaient que 800 à Budapest, la capitale, mais, au fur et à mesure, le mouvement a pris de l’ampleur. Depuis 2 semaines donc, la révolte gronde et s’est étendue aux lycéens. Les réformes contre lesquelles ils se battent sont :
– L’augmentation des frais d’inscription universitaires : à partir de 2013, les étudiants sont sensés payer 1 150 euros par semestre de cours.
– La réduction des places dans les universités financées par l’Etat, donc gratuites, elles passent de 27 150 à 10 480, la sélection se faisant déjà sur concours.
– La réduction drastique du nombre de bourses.
– La mise en place d’un « contrat étudiant » obligeant les jeunes diplômés hongrois à travailler un certain nombre d’années, équivalent au double des années d’étude, en Hongrie. Cela concerne les jeunes dont les études ont été subventionnées par l’Etat.

Dans un pays où le salaire moyen est de 450 euros, ces réformes passent mal.

Depuis 2010 et l’arrivée au pouvoir de Viktor Orban, le pays s’enfonce de plus en plus dans une crise économique et sociale. Ainsi, face à l’absence de perspective d’emploi et face à une monnaie qui se dévalue tous les jours, nombreux sont les jeunes à préférer partir.

Le gouvernement commence à reculer

Face à l’intensité des manifestations, le gouvernement hongrois fait finalement quelques pas en arrière. Le porte-parole du gouvernement a promis que le nombre de places subventionnées ne serait pas inférieur à 55 000. Le chef de l’Etat, Viktor Orban, a lui-même annoncé qu’il garantissait la gratuité de l’éducation supérieure.

Mais les étudiants ne font plus confiance à ceux qui les gouvernent. Ils veulent savoir comment seront financées toutes ses promesses et, surtout, ils veulent l’annulation du fameux « contrat étudiant » qui serait, selon eux, une atteinte à la liberté.

Les manifestations ne sont en tous cas pas annulées pour le moment.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s