Archives quotidiennes : 23/12/2012

Référendum en Egypte : Les Frères Musulmans désavoués

Egypte : En se basant sur les chiffres officiels pour  un référendum bourré d’irrégularités,  on en arrive à ce chiffre : à peine un électeur sur cinq a approuvé le projet de constitution des Frères Musulmans et de leurs alliés salafistes.

Les Frères Musulmans au pouvoir ont organisé les 15 et 22 décembre 2012 un référendum pour tenter de trouver une légitimation à la constitution réactionnaire, liberticide et anti-ouvrière qu’ils cherchent à imposer au pays.

Manifestants anti-Morsi le 22 décembre au Caire

Basée sur la Charia comme source du droit, donnant de larges pouvoirs à l’armée  qui peut traduire des civils devant la cour militaire pour  « crimes de nature à nuire aux forces armées », cette constitution remet en cause la liberté d’expression et les libertés syndicales. Il s’agit très clairement d’une constitution visant, par le sabre et le goupillon, à écraser les luttes de la classe ouvrière et les acquis de la révolution de 2011.

Ce 23 décembre, les réactionnaires des Frères Musulmans hurlent qu’ils ont gagné ce référendum et que leur constitution serait légitime. Mais quelle légitimité ?

Lire la suite

Publicités

Inde : La police tire sur les manifestantes contre le viol

24 Heures, 23 décembre 2012 :

Un journaliste de télévision a été tué par balle dimanche, après que la police a ouvert le feu sur des manifestants venus soutenir une actrice victime de violences sexuelles.

New Dehli, 22 décembre

Le journaliste de 36 ans travaillait pour la chaîne Doordarshan et a été tué à Imphal, capitale de l’Etat du Manipur, a indiqué un porte-parole de la police A. Singh.

Cette mort survient alors que la capitale du pays est le théâtre depuis plusieurs jours de manifestations à la suite du viol collectif d’une jeune étudiante.

Lire la suite

Grève illimitée à la radio Africa N°1

La Nouvelle Tribune, 23 décembre 2012 :

Gabon – Le personnel librevillois d’Africa N°1, la radio panafricaine, émettant depuis le Gabon, n’en peut plus. Il est depuis ce mardi 18 décembre en grève illimitée pour plusieurs rasions, a-t-on appris ce jeudi de sources sur place à Libreville. Ces raisons sont liées notamment à ses conditions de travail et de vie.

Les agents s’insurgent contre 5 mois d’arriérés salariales et exigent la fin du redressement judiciaire. Ils réclament aussi le versement des cotisations à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), le paiement des impôts et taxes, ainsi que des factures d’eau et d’électricité qui s’accumulent depuis des mois.

Lire la suite