Grève massive au magasin Intersport de Montbéliard

Le Pays, 21 décembre 2012 :

Nouveau mouvement de grogne dans la grande surface de la rue Abraham-Couleru, au Pied des Gouttes, hier. Soutenus par le syndicat CFDT, 15 des 20 salariés du magasin se sont mis en grève. « Et encore, on serait 17 si deux de nos collègues sous contrat à durée déterminée n’avaient pas subi des pressions de la direction », affirme Christian Boualouache, délégué syndical Intersport de Montbéliard, tandis que la directrice Isabelle Nouissier dément toute pression sur le personnel.

Après avoir installé une vaste tente à l’entrée du parking, les grévistes arborant un gilet fluo orange et brandissant des drapeaux aux couleurs de leur syndicat ont mis en place un barrage filtrant pour décourager la clientèle, espérant faire pression sur leur patron, Claude Fogarolo et l’obliger à ouvrir une négociation.

Mais, en fin d’après-midi, il restait désespérément injoignable. Une porte s’est entrouverte quand la directrice, accompagnée de M e Philippe Gabillot, avocat de la société commerciale, a reçu une délégation pour lui faire part des propositions de la direction établies d’après le cahier revendicatif du personnel réclamant la régularisation des primes, une revalorisation des coefficients et le versement d’un 13 e mois.

« Nous sommes d’accord sur les deux premiers points, mais pas sur le 13 e mois », ont fait savoir les représentants de la direction, qui ont fait une offre portant sur une prime de 650 € au lieu des 1000 € proposés par les salariés en guise de 13 e mois. « C’est une offre insatisfaisante », ont répliqué les grévistes, qui exigent de pouvoir s’entretenir avec le patron à qui ils reprochent de ne pas avoir respecté les engagements pris en sortie de conflit l’an passé, en septembre. Ainsi, ils n’ont pas eu droit aux entretiens individuels, ni à la révision de leur coefficient en fonction de leur ancienneté et de leurs compétences. « Le personnel en a marre », déplore le délégué cédétiste. « En tout cas, les clients sont très solidaires avec nous, à 80 %. Très peu franchissent les portes et encore moins achètent », relevait hier soir Anne-Laure Boegli, avec l’espoir de convaincre « Monsieur Fogarolo à venir bien vite s’asseoir à la table des négociations », sous peine de voir le mouvement perdurer aujourd’hui.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s