Archives quotidiennes : 10/12/2012

Grève des agents des espaces verts à Nantes : parcs et jardins fermés.

Ils ont fermé le Jardin des plantes et sont partis manifester dans les rues de Nantes ce lundi matin.

Les agents du Service des espaces verts de la ville de Nantes ont manifesté ce matin devant la mairie.

Les agents du Service des espaces verts de la ville de Nantes ont manifesté ce matin devant la mairie.

Une centaine d’agents du service des espaces verts de la mairie demandent une revalorisation salariale. « Nous voulons être alignés sur le même régime indemnitaire de fonction que les agents de Nantes métropole », expliquent les militants CGT. Selon la CGT et FO, les différences salariales seraient de 300 à 350 € par an. Ils sont reçus en ce moment même par le directeur général des services adjoint de la mairie. D’autres parcs et jardins de la ville sont restés fermés.

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Greve-des-agents-des-espaces-verts-a-Nantes-parcs-et-jardins-fermes_40771-2142305-pere-pdl_filDMA.Htm

ArcelorMittal : les salariés de Basse-Indre en grève jusqu’à vendredi.

Plusieurs centaines de salariés de l’usine ArcelorMittal de Basse-Indre en Loire-Atlantique protestent contre le transfert de leurs activités vers Florange en Moselle. Ils ont décidé de prolonger leur mouvement de grève jusqu’à vendredi matin.

Des salariés en grève bloquaient l'accès à l'usine d'ArcelorMittal de Basse-Indre en Loire-Atlantique, ce lundi matin.

Des salariés en grève bloquaient l’accès à l’usine d’ArcelorMittal de Basse-Indre en Loire-Atlantique, ce lundi matin.

Les syndicats CGT, FO et CFDT de l’usine avaient appelé à une grève d’une journée ce lundi. Le but : protester contre le projet de transfert d’activité vers les hauts fourneaux de Florange en Moselle. Un plan défendu par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et la direction générale du groupe ArcelorMittal, qui veulent réorganiser les activités du groupe en France et ainsi sauver des emplois. A la mi-journée lundi, tous les syndicats ont annoncé la prolongation de la grève jusqu’à vendredi matin, le CCE de présentation du projet à Paris ayant lieu jeudi.

Le mouvement avait commencé tôt le matin. Vers 7 heures, plus d’une centaine de voitures se sont garées devant l’entrée de l’usine. Un barrage de palettes interdisait l’accès aux bâtiments. Devant l’usine, des affiches avec notamment le slogan: «Full Mittal Racket» (Ndlr : jeu de mots sur le titre détourné du film de Stanley Kubrick «Full Metal Jacket»). Les syndicats craignent pour leur avenir : «On sait bien que ça risque d’être préjudiciable pour le site de Basse-Indre», a souligné Frédéric Gautier pour la CGT. «Même les cadres nous ont dit qu’ils seraient là aujourd’hui.» 

Lire la suite

Égypte : dans les « chambres de torture » des Frères musulmans

Le Point, 10 décembre 2012 :

Pendant que des milliers de partisans du président égyptien Mohamed Morsi chassaient mercredi soir ses opposants qui assiégeaient le palais présidentiel, faisant cinq morts, d’autres scènes tout aussi sanglantes se déroulaient près de cette même enceinte.

D’après le quotidien égyptien Al-Masry Al-Youm (proche de l’opposition), les manifestants arrêtés ont été envoyés dans des « salles de torture », en face du palais. Façonnée à la main grâce à des barrières de fer, la « chambre centrale de torture » se trouvait face à la mosquée Omar Ibn Abdel Aziz, sur la rue al-Merghany.

« Ces salles étaient interdites aux journalistes, raconte au Point.fr le journaliste Mohamed el-Garhi. J’ai pu m’y infiltrer, car je connaissais bien un confrère de Misr 25 TV, une chaîne appartenant aux Frères musulmans. » À l’intérieur, des policiers en uniforme, mais aussi des agents en civil, du poste de police de Nozha. Outre les forces de sécurité figurent 15 membres de la confrérie des Frères musulmans, qui répondent aux ordres de 3 individus barbus. « Ce sont eux qui décident qui doit être là ou pas », raconte Mohamed el-Garhi dans son article. Comprenez : leurs ordres surpassent ceux des forces de la sécurité centrale.

Chambres improvisées

D’après le journaliste, il existait plusieurs « chambres » de ce type. « Les chambres étaient improvisées, et il n’était pas évident de déterminer leur nombre », explique Mohamed el-Garhi dans son reportage. « Lorsqu’un individu était arrêté, une chambre était édifiée près du bâtiment. » Une dizaine de manifestants est jetée dans la pièce où se trouve le reporter. Ils viennent d’être arrêtés lors du rassemblement de mercredi réclamant l’abrogation du décret présidentiel du 22 novembre, ainsi que l’annulation du référendum sur la nouvelle Constitution.

Lire la suite

Allemagne : Débrayage des travailleurs de la sécurité aéroportuaire

Easy Voyage, 10 décembre 2012 :

Le personnel de sécurité de plusieurs aéroports allemands est appelé à faire grève ce lundi matin, en raison du blocage des négociations sur une convention collective, a annoncé dans un communiqué le syndicat des services Verdi. Les aéroports concernés sont ceux de Baden-Baden/Karlsruhe, Berlin Tegel, Berlin Schönefeld, Brême, Düsseldorf, Francfort, Hambourg, Hanovre, Cologne-Bonn et Stuttgart.

A Francfort, le plus grand aéroport d’Allemagne et le troisième d’Europe, la grève n’avait pour l’instant pas causé de perturbations, a indiqué à l’agence de presse allemande DPA un porte-parole du gestionnaire d’aéroport, Fraport.

Lire la suite

Tchad : Les fonctionnaires entament leur douzième semaine de grève

PressAfrik, 10 décembre 2012 :

Au Tchad, les travailleurs du secteur public revendiquent depuis le mois de juillet l’application d’un accord portant sur les augmentations de salaires. L’accord diversement interprété par le gouvernement et les syndicats a été annulé il y a une semaine par le ministre de la Fonction publique, face à ce qu’il appelle «l’intransigeance de l’Union des syndicats du Tchad». Du coup, d’autres centrales menacent de rejoindre le mouvement.

La confédération libre des travailleurs du Tchad, qui n’avait, jusque là, pas appelé à la grève, menace de rejoindre l’Union des syndicats du Tchad. Elle n’accepte pas que les avantages acquis par les travailleurs soient remis en cause par le gouvernement de façon unilatérale.

Lire la suite

Grève sur le chantier du métro d’Alger

France BTP, 10 décembre 2012 :

Les 300 travailleurs du chantier d’extension du métro d’Alger sont en grève. Ils dénoncent des conditions de travail invivables.

Selon le Quotidien d’Oran, les quelque 300 travailleurs œuvrant sur le chantier d’extension du métro d’Alger ont décidé à l’unanimité de faire grève. Amara Mokhtar, membre du syndicat (UGTA) dénonce des conditions de travail invivables pour les ouvriers. « Les travailleurs du chantier d’extension du métro d’Alger travaillent 12h par jour, à raison de deux équipes, de 7h à 19h et de 19h à 7h (…) Nous travaillons sur un chantier accéléré. Nous n’avons comme seul jour de repos que le vendredi, et nous sommes obligés de travailler le samedi. Celui qui refuse risque de se voir signifier la fin de son contrat de travail », explique-t-il. En outre, il dénonce des pratiques illégales de la part des entreprises Andrade Guttierez ,Zagope et Texeira qui ne paient « que 50% de plus pour chaque heure supplémentaire travaillée, alors que la loi prévoit davantage ». Le porte-parole exige que le samedi « soit payé dans le régime des heures supplémentaires ou bien qu’on ne nous oblige plus à travailler durant cette journée ». Car le cumul des quelque 118 heures supplémentaires mensuelles est à l’origine de « problèmes de santé graves » chez certains ouvriers.

Grève très suivie à l’usine ArcelorMittal de Basse-Indre

Presse Océan, 10 décembre 2012 :

En grève ce lundi à l’appel de l’intersyndicale FO, CGT, CFDT, nombre de salariés de l’usine ArcelorMittal de Basse-Indre étaient dès 5h30 du matin devant l’entrée du site proche de Nantes.



Près de 500 salariés devant le site

Partagés entre colère et inquiétude, les centaines de salariés présents ont installés un barrage filtrant sur le rond-point des Forges avec des pallettes et force fumigènes. Ils s’opposent au transfert annoncé des activités de décapage et de laminage vers Florange.

Lire la suite