Archives quotidiennes : 06/12/2012

Un millier de fonctionnaires genevois descendent dans la rue

ATS, 6 décembre 2012 :

A Genève, une partie de la fonction publique s’est mise en grève jeudi pour protester contre les mesures d’économies prévues dans le projet de budget 2013. Un millier de fonctionnaires, selon la police, ont ensuite défilé au centre-ville pour défendre les services publics.

« Notre lutte est aussi celle de la population », a lancé devant la foule Jocelyne Haller, membre de la commission du personnel de l’Hospice général. Le Cartel intersyndical du personnel de l’Etat qui avait appelé à la mobilisation se réjouit du succès de la manifestation. Il estime le nombre de participants à 2000.

La lutte va continuer. L’assemblée du personnel de l’Etat qui s’était réunie dans l’après-midi a très largement voté une résolution pour maintenir la manifestation prévue jeudi prochain devant le Grand Conseil. Certains proposaient d’y renoncer car le débat sur le budget a été repoussé à janvier ou février.

Lire la suite

Publicités

Nouvelles de la révolte en Egypte

Nouvelles d’Egypte envoyées par un lecteur, 6 décembre 2012 ; à noter qu’une dépêche indique que le 5 décembre la population a attaqué des locaux des Frères Musulmans à Suez et Ismailia :

La nuit d’affrontements hier devant le palais présidentiel à Héliopolis
(banlieue du Caire) a fait 5 morts et 600 blessés. Nombreux locaux des
Frères Musulmans attaqués, saccagés ou brûlés dans tout le pays. Des
rats quittent le navire, quatre conseillers présidentiels, le juge nommé
par Morsi à la tête du comité pour le référendum du 15 décembre, le
responsable de la TV Egyptienne et l’opposition appelle à une nouvelle
manifestation vendredi 7 décembre « carton rouge » pour Morsi.

Local des Frères Musulmans en feu à Ismailia, 5 décembre

Les Frères Musulmans dirigent le pays comme le pilote du Titanic dirigeait le
bateau avant qu’il ne coule. Si le gouvernement des Frères Musulmans
tombe, on peut imaginer les répercussions en Tunisie, Arabie Saoudite,
Algérie, etc… et jusqu’ici dans les milieux immigrés.

ArcelorMittal : En lutte contre les licenciements de Florange à Fos-sur-Mer

Huffington Post, 6 décembre 2012 :

Des métallos de Florange (Moselle) vont occuper les hauts fourneaux du site sidérurgique lorrain, a annoncé jeudi 6 décembre le syndicaliste CFDT Edouard Martin devant la presse. « A partir d’aujourd’hui, on prend possession de l’usine, on va dans les hauts fourneaux », a déclaré le leader syndical, visiblement ému, entouré d’une quinzaine de militants. « Il n’y en a pas un qui touchera aux vannes de gaz », qui permettent de maintenir les installations en veille, a-t-il ajouté.

Un appel à la grève pour lundi prochain a été lancé sur le site de Basse-Indre (Loire-Atlantique). Des salariés d’une usine ArcelorMittal de Fos-sur-Mer (sud) bloquent par ailleurs l’entrée des camions approvisionnant le site, en solidarité avec leurs collègues de Florange.

Lire la suite

Tunisie : La classe ouvrière riposte aux violences des milices salafistes

Il n’est pas nouveau que la bourgeoisie utilise, pour tenter de museler la classe ouvrière et terroriser les travailleurs, des bandes de voyous armés : chemises noires dans l’Italie des années 1920, SA dans l’Allemagne des années 1930, hezbolli dans l’Iran d’après 1979 ou salafistes comme aujourd’hui en Tunisie. Mardi 4 décembre, une bande de salafistes, envoyés par le parti Ennahdha au pouvoir, a attaqué le siège de l’UGTT, la principale organisation syndicale. En attaquant l’UGTT, s’est, au delà des militants syndicalistes et des travailleurs syndiqués, toute la classe ouvrière qui était visée, en particulier son droit qu’elle a arraché dans la lutte contre la dictature de Ben Ali, à s’organiser et à revendiquer par la grève, cette arme naturelle de tous les travailleurs du monde.

Manifestation le 5 décembre de l’UGTT « Milicien dégage ! »

Face à cette agression, dès le 5 décembre, des manifestations ont eu lieu comme à Tunis, Sousse, Sfax, Menzel Bouzayène ou Mahdia pour défendre les libertés arrachées par la révolution de 2011 et menacées par les réactionnaires islamistes. Les cheminots de région de Tunis ont observé une heure de grève ce 5 décembre. Le 6, ce sont quatre régions, Gafsa, Sidi Bousid, Kassenine et Sfax, qui sont en grève générale avec des taux de grévistes allant jusqu’à 95% comme à Gafsa. Une grève générale est prévue pour le 7 décembre dans la région de Gabès avant une grève nationale le 13 décembre.

Lire la suite

Tunisie : Grève générale dans quatre régions

AFP, 6 décembre 2012 :

Quatre régions de Tunisie dont Sidi Bouzid, berceau de la révolution, sont en grève jeudi, alors qu’un bras de fer entre islamistes au pouvoir et syndicalistes doit culminer avec un débrayage national le 13 décembre dans un contexte de crise politico-sociale.

Manifestation à Tunis pour protester contre l’attaque orchestrée mardi contre le siège de la centrale syndicale UGTT, le 5 décembre 2012

Outre Sidi Bouzid (centre-ouest), sa voisine Kasserine observe le débrayage, tout comme Gafsa, une région minière qui est le théâtre de conflits sociaux récurrents, et Sfax (sud), dont la capitale éponyme est la deuxième ville du pays.

Ces gouvernorats sont réputés instables, notamment ceux du centre-ouest marginalisés économiquement. Les affrontements y ont été particulièrement intenses durant la révolution qui avait débuté le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid avec l’immolation d’un vendeur ambulant excédé par la misère et les brimades policières.

Lire la suite

Grève quasi-totale et mobilisation de masse à Gafsa

Tunisie Numérique, 6 décembre 2012 :

Des milliers d’habitants ont manifesté aujourd’hui 6 décembre dans les principales artères de la ville de Gafsa.

Le correspondant de Tunisie Numérique nous a indiqué que le cortège est parti du siège de l’UGTT et a afflué vers le gouvernorat de Gafsa. Des slogans tel que “vive l’UGTT” ont été scandés.

Notre correspondant présent sur place nous a précisé que des manifestants ont réclamé de manifester devant le siège d’Ennahdha mais que des leaders de l’UGTT ont refusé.

Par ailleurs, le respect de la grève a été quasi total.

Mittal et le gouvernement se mettent d’accord pour arracher le cœur de l’établissement de Basse-Indre.

UL CGT de Nantes, 5 décembre 2012 :

La direction du groupe a décidé d’externaliser dès 2013 les deux premières étapes de notre process (le décapage et le laminage). Ces deux étapes seraient réalisées à Sérémange (Florange). Pour Basse-Indre, cela veut dire qu’une cinquantaine de personnes selon la direction seraient concernées par ces suppressions de postes. Pour la CGT, c’est bien plus, si on intègre la production, les fonctions supports, le montage cylindre, rectifs… Les bobines seraient donc livrées à BI par trains. Selon la direction, ce projet permettrait d’augmenter la charge du train à chaud et à froid de Florange et donc leur rentabilité. Pour ce qui est de Basse-Indre, la direction annonce que nos commerciaux vont mener une politique de prix des plus agressives afin de récupérer du tonnage, cela même au détriment des marges. La direction espère récupérer 200 000 Tonnes de commandes supplémentaires (50 000 T pour Florange, 50 000 T pour Liège et 100 000 T pour BI). Cela chargerait notre RCC et nos lignes de revêtement pratiquement au maxi. La direction assure que dans ce projet, l’effectif inscrit actuellement, restera constant et permettra de constituer par glissement la 5ème équipe.

Pour la CGT, se sont bien les tractations entre le gouvernement et M. Mittal qui ont défini ce projet. Ce qui est certain, c’est qu’une nouvelle fois la rentabilité financière prime sur l’aspect industriel.

En effet, pour la CGT, ce projet n’est en rien réaliste et met en péril notre site tout entier.

Lire la suite