Débrayage en soutien à un salarié chez Téléperformance

Juri Travail, 31 octobre 2012 :

Le 30 octobre, la CGT a appelé à un débrayage pour soutenir l’un des salariés de la société Téléperformance et demander l’arrêt de la procédure disciplinaire engagée à son encontre. Ce salarié, agent de maitrise dans le service informatique de la société depuis 12 ans, aurait insulté et menacé son supérieur hiérarchique, le 9 octobre.

Joël Manceron, délégué syndical SUD, estime que l’histoire de ce salarié représente la situation existante au sein de l’entreprise. Il explique que l’entreprise fait coexister une activité fliquée avec un management autoritaire où le salarié est culpabilisé dès le moindre problème.

Le 22 octobre, le salarié était allé à la rencontre de la directrice, pour exprimer son mal être, suite au conflit avec son supérieur, qui lui reprochait un arrêt maladie ou encore son mandat de délégué syndical. Suite à cet entretien infructueux, où il s’est senti humilié, le salarié s’est mutilé, en se donnant des coups de poing et se cognant la tête contre les murs.

Le lendemain, il recevait une convocation à un entretien préalable, la direction affirmant qu’elle était liée aux évènements du 9 octobre et à l’altercation qu’il avait eu avec son supérieur.

La direction a indiqué aux délégués que l’attitude de ce salarié, en s’auto mutilant devait être qualifiée de théâtralisation d’agression sur lui-même.

Pour autant, le 29 octobre, la direction a suspendu la procédure de sanction, compte tenu de l’état du salarié. Une nouvelle affectation lui est désormais recherchée.

Les syndicats énervés, ont rappelé que ce salarié travaillait à son poste depuis 12 et qu’il allait être muté sans obtenir son accord. Ils regrettent que son supérieur hiérarchique ne soit pas concerné par cette mesure.

« Info-plus » : La grève de solidarité

En principe, la grève de solidarité est déclenchée pour soutenir des revendications émises par d’autres salariés de la même entreprise ou d’une autre entreprise. Elle ne sera légitime que si elle a pour but de défendre les intérêts professionnels et collectifs des salariés.

Ainsi, a été jugé licite, une grève déclenchée pour soutenir un délégué syndical menacé de licenciement au moment où il défend des revendications salariales (Arrêt de la Chambre sociale de la Cour de cassation du 5 janvier 2011, n° 10-10685).

A l’inverse, a été jugé illicite, une grève déclenchée pour soutenir un salarié licencié pour avoir insulté des clients (Arrêt de la Chambre sociale de la Cour de cassation du 18 mars 1982, n° 80-40576).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s