Berlin : La police confisque les couvertures et matelas des réfugiés

Venus à pied depuis Wurtzbourg à Berlin pour faire connaître leurs revendications (abrogation de l’obligation de résidence collective, le droit au choix du lieu d’habitation, droit de travailler, etc.), demandeurs d’asile et militants anti-racistes se sont installés devant la porte de Brandebourg.

Berlin, devant la porte de Brandebourg le 24 octobre

Le 24 octobre, alors que réfugiés et militants avaient organisés un campement et comptaient y organiser une grève de la faim pour une réforme du droit d’asile en Allemagne, la police est intervenus pour évacuer les tentes. C’est d’importantes forces policières, dont la police criminelles, qui ont été mobilisées pour faire face à cinquante militantes et militants et démonter les tentes.

Dans la nuit du 27 au 28 octobre, la police est allée encore plus loin. Alors que les températures sont descendues en dessous de zéro, la police est intervenues pour confisquer couvertures et matelas isothermes des demandeurs d’asile et militants anti-racistes… ce qui ne les a pas empêché à continuer à occuper la place pour populariser leurs revendications.

Devant la porte de Brandebourg le 28 octobre

Voir plus d’information en allemand sur le site de der Spiegel

Une réponse à “Berlin : La police confisque les couvertures et matelas des réfugiés

  1. Pingback: Allemagne : l’info que vous avez ratée en 2012 | l'Entonnoir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s