L’usine Electrolux de Revin en grève après l’annonce de la restructuration

L’ensemble des employés de l’usine Electrolux de Revin (Ardennes) s’est mis en grève lundi après l’annonce par le fabricant suédois d’électroménager de son intention de céder ou fermer dans les deux ans à venir cette usine de lave-linge qui emploie 419 personnes, a-t-on appris de source syndicale et auprès de la direction.

L’ensemble des employés de l’usine Electrolux de Revin (Ardennes) s’est mis en grève lundi après l’annonce par le fabricant suédois d’électroménager de son intention de céder ou fermer dans les deux ans à venir cette usine de lave-linge qui emploie 419 personnes, a-t-on appris de source syndicale et auprès de la direction.

La CFDT a exprimé sa « surprise » après cette annonce, par la voix de Lysian Fagis, représentant du syndicat à l’usine de Revin.

Les salariés de l’entreprise, qui se sont spontanément mis en grève après l’annonce, ont d’ores et déjà prévu de se rendre mercredi à Senlis, siège du groupe pour la France, afin de manifester et faire entendre leur voix en marge d’un comité central d’entreprise extraordinaire.

« C’est une surprise. On a présenté au groupe Electrolux un projet viable, qui permettait de faire perdurer notre entreprise et permettait à très court terme de gagner beaucoup d’argent », a indiqué à l’AFP Lysian Fagis.

Le projet en question consistait, selon M. Fagis, à fabriquer pour le groupe Electrolux des produits d’électroménager qui sont aujourd’hui vendus par le groupe mais pas fabriqués par lui. « Il y a dans le projet aussi des produits qui n’existent pas encore sur le marché », selon lui.

Le projet, rendu début septembre, n’a obtenu « que des louanges », selon le syndicaliste, qui ajoute que la direction a finalement signifié aux porteurs du projet que « ça ne rentre pas dans la stratégie du groupe ».

« La stratégie du groupe, c’est quoi ? C’est comme partout, fabriquer dans les pays à bas coût et vendre dans les pays émergents », a déploré le représentant.

« Ce qui se passe aujourd’hui, en France, en Europe, à un moment ça ne pourra plus tenir. A un moment, tous ces pays émergents se réveilleront, je me demande où tous ces grands groupes iront. Il arrivera un moment où ils iront sur la banquise et ils iront faire fabriquer leurs produits par les phoques. Qu’ils se dépêchent, la banquise est déjà en train de fondre! », a ajouté, désabusé, M. Fagis.

M. Fagis a souligné que l’entreprise était viable et ses personnels « ultra-compétents ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s