Plus d’un tiers des instituteurs de Seine-Saint-Denis en grève.

Plus d’un tiers des enseignants des écoles maternelles et élémentaires de Seine-Saint-Denis, soit 36,26 % selon le rectorat et 40 à 45 % selon les syndicats, étaient en grève jeudi pour dénoncer la pénurie d’instituteurs qui touche ce département francilen jeune et populaire.

Dans la matinée, plusieurs centaines d’instituteurs et des parents d’élèves se sont rassemblés près du ministère de l’éducation nationale à Paris « pour obtenir des conditions d’enseignement convenables dans le département« , a indiqué Fabienne Chabert, responsable départementale de la CGT Educ’action.

« NOUS NE POUVONS PLUS REMPLIR NOTRE MISSION »

« Nous n’avons pas été reçus par le cabinet du ministre, a précisé Nathalie Steinfeld, secrétaire départementale adjointe du SE-UNSA 93. On est déçus car on attendait vraiment un signe fort du ministre. » « On a des problèmes récurrents de recrutement sur le département, qui cumule toutes les difficultés, a-t-elle expliqué. Nous ne pouvons plus remplir notre mission, à savoir la réussite de tous. On demande une négociation sur le long terme pour que les problèmes de réussite et de formation des enseignants soient pris en compte de manière spécifique sur le département. »

La direction d’académie a estimé le taux de grévistes dans la matinée à 36,26 %, tandis que l’intersyndicale SNUIPP-FSU, SE-UNSA, CGT Educ’action fait état d’une participation de 40 à 45 %, selon Mme Chabert. « La situation s’améliore de manière effective actuellement. [La pénurie d’enseignants] va se résorber dans les semaines à venir », selon l’entourage du directeur académique. Vendredi soir, 87 nouveaux remplaçants vacataires, recrutés parmi des étudiants en master 2 qui préparent ou viennent de passer le concours, étaient en poste.

« Les recrutements se poursuivent », a-t-on ajouté. Actuellement, la direction d’académie estime qu’en moyenne une quarantaine de classes se retrouvent chaque jour sans instituteur dans le département, un chiffre qui inclut les congés très courts. Début octobre, cela concernait en moyenne 50 classes par jour. Les syndicats estiment qu’il faudrait recruter 250 professeurs des écoles. La Seine-Saint-Denis, le plus jeune département de France, compte 803 écoles et quelque 10 000 maîtres et maîtresses.

http://www.lemonde.fr/education/article/2012/10/11/plus-d-un-tiers-des-instituteurs-de-seine-saint-denis-en-greve_1773938_1473685.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s