Archives quotidiennes : 01/10/2012

Sidi Bouzid : « on attend maintenant la révolution »

RFI, 1 octobre 2012 :

Le climat social est toujours tendu dans la région de Sidi Bouzid. Après une grève générale samedi à Menzel Bouzaïane, ce lundi, ce sont les professeurs du secondaire qui seront en grève à Sidi Bouzid pour demander la libération d’autres manifestants emprisonnés. Au fil des semaines qui passent, la déception et le malaise deviennent plus grand.

Manifestation samedi à Menzel Bouzaïane

L’espoir de la révolution a laissé place au désespoir. Les sacrifices n’ont servi à rien et la situation est pire que celle qui prévalait avant, pensent de nombreux habitants de la région de Sidi Bouzid. « Ils veulent travailler. Mais ils sont déçus. On s’est révolté pour tout changer. Mais rien n’a changé. Ce qui s’est passé, c’est une révolte, et on attend maintenant la révolution », explique Mohamed Jellali Sghaïr, professeur d’arabe à Sidi Bouzid.

Lire la suite

Turquie : 69 syndicalistes devant les juges pour « actes de terrorisme »

Campagne Labourstart :

Le 4 Octobre, 69 dirigeants de KESK, le syndicat des employés du secteur public turc, vont subir un procès, accusés de terrorisme, pour leur engagement dans le mouvement syndical. Cela fait partie d’une stratégie des autorités pour mettre le syndicat à genoux. Même si le harcèlement judiciaire des syndicats, et en particulier KESK et ses affiliés, est devenue endémique en Turquie au cours de l’année écoulée, le procès contre KESK traîne depuis des années.

Le dossier d’accusation à l’encontre de celles et ceux qui vont subir ce procès est au mieux fragile : la participation à des événements et des activités syndicales (dont les photos et les vidéos sont conservées dans le dossier comme «preuves»), des manifestations ou conférences de presse, participation à des grèves, diffusion de rapports anonymes, enregistrements illégaux d’appels téléphoniques concernent uniquement des affaires syndicales, etc. Parmi les 69 dirigeants de KESK qui seront à l’audience du 4 octobre, aucun n’a jamais été impliqué dans une action employant ou entraînant des violences. La CSI, la CES, l’IE, la FSESP et d’autres organisations du mouvement syndical international sont préoccupés qu’ils soient envoyés en prison comme terroristes simplement parce qu’ils défendent les droits des travailleurs turcs du secteur public, y compris ceux appartenant à des groupes minoritaires.

Des messages de protestation peuvent être envoyés au premier ministre de Turquie à cette adresse.

Emploi, salaires : la situation à Air France

Intervention au meeting contre les licenciements en Seine Saint-Denis à Aulnay-sous-Bois le 29 septembre au nom de SUD Aérien sur la situation à Air France (5.000 suppressions d’emplois et un accord de « compétitivité » qui gèle les salaires et accroît la flexibilité) :

ArcelorMittal : Les travailleurs bloquent l’accès des bureaux à Florange

Reuters, 1 octobre 2012 :

Une quarantaine de syndicalistes d’ArcelorMittal ont bloqué lundi les accès aux locaux administratifs du site de Florange (Moselle) avant un comité central d’entreprise du groupe sidérurgique décisif pour son avenir, a constaté un photographe de Reuters sur place.

ArcelorMittal pourrait annoncer à cette occasion l’arrêt définitif des deux hauts fourneaux de Florange, à l’arrêt depuis juillet et octobre 2011, et la fin des activités de la « phase à chaud », qui emploient 550 des 2.700 salariés du site.

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a confirmé dimanche que si ArcelorMittal devait confirmer cette décision de fermeture, l’Etat lui donnerait deux mois « pour trouver une solution de reprise ».

Lire la suite

Côte d’Ivoire : Grève des agents de santé pour salaires impayés

Afriquinfos, 1 octobre 2012 :

Les agents de santé communautaire ont observé depuis plusieurs jours une grève pour réclamer des mois d’arriérés de salaire.

Selon les grévistes, les salaires non payées varient de quatre à sept mois, selon les zones d’activités.

« Après un premier arrêt de travail, quelques mois nous avaient été versés avec la promesse que nous allions percevoir l’ intégralité les jours qui suivaient. Mais depuis, plus rien, et nous faisons de nouveau face aux mêmes arriérés de salaire », a expliqué Laurent Adou, porte-parole d’un groupe d’agents mécontents.

Lire la suite