Manifestations contre l’austérité à Lisbonne et à Madrid

BFMTV, 30 septembre 2012:

A Madrid et à Lisbonne, des milliers de manifestants sont descendus dans les rues samedi. Ils dénoncent la rigueur et les coupes budgétaires, menées par leur gouvernement respectif.

Face aux barrages policiers qui protègent le Congrès des députés espagnol, des milliers de manifestants se sont rassemblés samedi soir à Madrid aux cris de « démission », dénonçant les coupes budgétaires et réclamant le départ du gouvernement de droite.

« NON », « gouvernement démission », « démocratie », proclament les petites pancartes émergeant de la foule, jeunes ou manifestants plus âgés côte à côte, qui a répondu une fois encore à l’appel de la mouvance des « indignés ». Ou encore « ils volent, ils frappent, ils ne nous représentent pas », pour dénoncer pêle-mêle les coupes qui étranglent la population et la riposte policière lors d’une précédente manifestation mardi.

Des heurts ont éclaté en Espagne

Cette manifestation, convoquée via les réseaux sociaux sous le mot d’ordre « cerne le Congrès », « sauve la démocratie », avait dégénéré lorsque des groupes de jeunes avaient bombardé de pierres les barrages de policiers, qui avaient riposté à coups de matraques et en tirant des balles en caoutchouc.

Depuis, les manifestants ont promis de revenir cerner le Congrès.

Le Portugal « contre le vol des salaires et des pensions de retraite »

Des dizaines de milliers de Portugais se sont rassemblés eux aussi samedi à Lisbonne à l’appel des syndicats pour crier leur refus de la politique de rigueur menée par le gouvernement de centre-droit, qui s’apprête à l’accentuer afin de tenir ses engagements internationaux.

Vers 17h, les manifestants avaient rempli la Place du Commerce, située au coeur de la capitale et qui, selon les estimations de la presse, peut contenir entre 70.000 et 175.000 personnes.

Cette manifestation « contre le vol des salaires et des pensions de retraite » était organisée par la CGTP, la principale confédération syndicale portugaise. Mais elle comptait aussi sur le soutien des mouvements d’indignés et d’un groupe de citoyens qui, via les réseaux sociaux, avait mobilisé deux semaines auparavant plusieurs centaines de milliers de personnes dans une trentaine de villes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s