Licenciements des malades : PSA nous déclare la guerre à tous

Tract de la CGT PSA Mulhouse :

Licenciements des malades: PSA nous déclare la guerre à tous

Le message est clair: Peugeot veut se débarrasser des plus fragiles, des malades, des handicapés, de ceux à qui l’usine a contribué à détruire la santé. Avec le plan
de 8000 suppressions d’emplois dans le groupe, dont 273 à Mulhouse, un accord de flexibilité à Sevelnord, la venue à Mulhouse du nouveau directeur, tout cela marque la volonté de la direction de se débarrasser de ceux qui ne sont plus assez productifs.

Le but de la direction est clair: faire baisser « l’absentéisme » par la répression, en
exerçant une pression terrible sur les malades et en faisant régner la peur chez
les autres.

Pour augmenter toujours plus ses profits la direction organise la baisse continue des effectifs, la politique de chasse aux « temps morts », qui entraînent des dégradations continuelles de nos conditions de travail.

Une charge de travail qui explose, des pressions et un stress qui se généralisent,
entraînent une explosion des troubles musculo-squelettiques, comme les tendinites, les syndromes du canal carpien, l’arthrose, les problèmes cardiaques, le diabète, les dépressions.

Les arrêts maladie et les accidents du travail en sont une triste conséquence.

Ces dernières semaines nous avons constaté une augmentation inquiétante de
la répression et des sanctions avec une multiplication d’avertissements, de lettres de « mises en garde » notamment pour les absences dues aux arrêts maladie, y compris à des salariés reconnus en dépression. Et maintenant ce sont ces licenciements ignobles.

L’objectif de la direction c’est de faire de nous tous des précaires et de pouvoir nous virer comme bon lui semble.

La semaine dernière en 2ème MV du système 1, un intérimaire qui travaillait sur
le poste Pare-Boue s’est fait virer pour être simplement allé à l’infirmerie et s’être mis en arrêt à la suite d’une insolation, alors que ses collègues autour attestent tous qu’il faisait bien son travail.

Dans cette guerre économique la direction n’a aucune pitié.

Récemment à l’usine PSA de Valenciennes la direction a voulu licencier une salariée qui aurait gardé dans son sac avant les congés d’été 2 raclettes pour nettoyer le sol, d’une valeur de 3,07 euros.

On est loin des déclarations récentes de membres de la famille Peugeot qui disaient que leurs usines étaient administrées avec des valeurs humanistes !

La direction déclare la guerre aux travailleurs malades, la CGT ne laissera passer aucun licenciement sans riposter, alerter, tenter de mobiliser les travailleurs et l’opinion publique.

Télécharger le tract en PDF : cgt mul

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s