Archives quotidiennes : 26/08/2012

La Rochelle: Manifestation lors de l’université d’été du PS contre une expulsion

Reuters, 26 août 2012 :

Des militants socialistes, membres du Réseau éducation sans frontières (RESF), ont donné de la voix ce dimanche à l’université d’été du PS à La Rochelle pour empêcher l’expulsion imminente de France d’un père de famille indien.

«Il ne reste plus qu’une heure pour empêcher l’expulsion, il reste une heure pour que l’avion décolle», ont scandé les militants, brandissant des pancartes à l’arrivée de plusieurs dirigeants et ministres socialistes. Interpellé à son tour, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, a promis de s’occuper du cas de ce père de deux enfants de 36 ans, en France depuis 16 ans et peintre en bâtiment. «On est en train d’examiner le dossier», a-t-il indiqué un peu plus tard à Reuters.

Lire la suite

Matériel pour les actions de solidarité face à la répression en Afrique du Sud

Un peu de matériel pour les actions de solidarité face à la répression en Afrique du Sud.

En France, des actions sont en cours de préparation dans différentes villes (comme Lyon, Paris, Besançon ou Lille) pour le samedi 8 septembre en mémoire des mineurs sud-africains tombés sous les balles de la répression, pour dénoncer ce crime contre la classe ouvrière et en solidarité avec la lutte de nos sœurs et frères de classe en Afrique du Sud.

N’hésitez pas à nous contacter pour participer à l’organisation de cette journée : contact@communisme-ouvrier.info ou sur la page facebook “Solidarité avec les travailleurs d’Afrique du Sud“.

Lire la suite

Rassemblement devant le consulat sud-africain à Francfort

Le vendredi 24 août, à l’appel de militant(e)s du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran en exil, un rassemblement à été organisé devant le consulat de l’Afrique du Sud à Francfort (Main) en Allemagne. Il s’agissait de dénoncer le massacre des ouvriers de la mine de Marikana le 16 août dernier et d’affirmer la solidarité avec les luttes des mineurs sud-africains pour des hausses de salaires.

Lire la suite

La FGTB condamne le massacre en Afrique du Sud

Communiqué de la FGTB, 24 août 2012 :

La FGTB condamne vigoureusement l’assassinat de près de 40 travailleurs sur le site minier de Marikana en Afrique du Sud.

Les conditions de travail sur le site minier de Lonmin en Afrique du Sud sont déplorables : des milliers de travailleurs descendent chaque jour dans les mines au péril de leur santé et parfois de leur vie pour un salaire très bas. Les conditions de vie de ces mineurs sont extrêmement précaires ce qui a exacerbé les tensions sociales sur le site ces dernières semaines.

3.000 travailleurs sont entrés en grève pour négocier de meilleurs salaires, entrainant un climat très tendu entre les mineurs et avec la direction. Le 16 août dernier, la répression des manifestations a atteint son paroxysme: la police a tiré à bout portant sur les grévistes et tué 36 travailleurs.

Lire la suite

Etats-Unis. Siemens doit respecter sa parole.

Action de soutien LabourStart :

Siemens, le géant mondial de l’ingénierie, se vante d’être une entreprise socialement responsable. Le groupe vient de signer un accord cadre avec les organisations syndicales s’engageant à respecter le droit social partout dans le monde. Que fait Siemens quelques jours après la signature de cet accord? Dans le Maryland, il loue les services, très chers, d’un cabinet de consultants patronaux afin d’empêcher ses employés de se syndiquer par tous les moyens : intimidation, surveillance, menaces de licenciement, allant jusqu’à interdire aux employés de parler de ces démarches au syndicat. Les ouvriers Siemens du Maryland ripostent. Ils cherchent à organiser avec le Syndicat des Métallurgistes unis et se tournent vers les syndicalistes du monde entier pour leur soutien.

Etats-Unis. Siemens doit respecter sa parole

Siemens envisagerait de supprimer des milliers d’emplois

La chasse au carré rouge fait des victimes.

Le Devoir.com, 23 août 2012 :

La chasse au carré rouge semble vouloir se poursuivre auprès des employés de la fonction publique.

Six correctrices employées par le ministère de l’Éducation, dans ses bureaux montréalais de la rue Fullum, ont été suspendues après avoir porté le symbole lié au mouvement étudiant contre la hausse des droits de scolarité, a appris Le Devoir.

Mercredi, deux correctrices ont été averties par la division des ressources humaines qu’elles ne pouvaient plus revenir travailler si elles portaient le carré rouge. Le lendemain, jeudi, quatre autres correctrices qui l’ont porté par solidarité ont connu le même sort.

L’une d’entre elle, Michèle Tremblay, se dit médusée par ce qui lui arrive. Selon elle, ce sont des employés d’un autre département du ministère de l’Éducation (MELS) qui l’ont dénoncée, elle et ses collègues.

Lire la suite