Archives quotidiennes : 20/08/2012

Un antifasciste russe poursuivi pour « incitation à la haine contre les skinheads nationalistes »

Avtonom, 20 août 2012 :

Le Centre de Contre-Action Contre l’Extrémisme (« E-Center ») de la ville de Vladimir n’a pas aimé le film amateur « Skinheads anti-racistes russes » et a ouvert une enquête criminel contre l’auteur de ce film. Selon le « E-Center », le film inciterait à la « haine contre le groupe social des skinheads et des nationalistes ».

 

Ilya Vasyunin :« Le film a été projeté pour la première fois il y a un an. J’ai été de ceux qui ont été aux projections secrètes à Moscou. Il est dangereux de projeter publiquement de tels films, puisque de telles projections peuvent être attaquées par le « groupe social des nationalistes ».

Le film comporte des extraits de concerts de groupes anti-fascistes et des interviews de ces groupes, en Russie et dans d’autres pays de l’ex-Union Soviétique.

Lire la suite

Publicités

La grève continue à la mine de Marikana

Malgré les menaces de licenciements de la direction de Lomin et la sanglante répression policière du 16 août, la grève continue à la mine de Marikana en Afrique du Sud.

Selon les chiffres de la direction, repris par Channel 4, seuls 27,3% des salariés ont repris le travail aujourd’hui, lundi 20 août.

Les mineurs en grève, qui touchent 4.000 Rand par mois, soit moins de 400 euros, sont en grève pour obtenir le triplement de leurs salaires. Jeudi 16, les forces de répression ont ouvert le feu sans sommation sur les travailleurs en grève, tuant au moins 36 ouvriers, soit la plus sanglante répression depuis la fin de l’apartheid.

Avec ou sans apartheid, la sanglante dictature de la bourgeoisie

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Le 16 août, la police a ouvert le feu sur les mineurs en grève à Marikana, près de Rustenburg, en Afrique du Sud. Il n’y a pas de mots pour exprimer notre rage et notre colère face à ce massacre délibéré d’ouvriers en lutte pour de meilleurs salaires, les tirs à balles réelles sur des travailleurs en grève, et le terrible bilan, 36 morts selon les sources officielles et 46 morts selon des sources ouvrières, provoqué par cette sanglante répression. Nous sommes convaincus qu’en France, chaque travailleuse et chaque travailleur, partage notre horreur devant les images de la répression, notre haine face aux responsables de ce carnage que sont le gouvernement sud-africain et la direction de Lonmin (propriétaire de la mine) et notre solidarité avec les mineurs d’Afrique du Sud et leurs familles.

L’Initiative Communiste-Ouvrière adresse ses plus sincères condoléances aux familles, aux proches, aux amis et aux camarades de ceux qui sont tombés sous les balles de la répression. A des milliers de kilomètres de Marikana, nous n’avons pas connu ceux qui sont tombés, mais nous les pleurons, comme nous pleurons tous nos frères et toutes nos soeurs de classe qui, aux quatre coins du monde, tombent sous les coups de la dictature de la bourgeoisie.

Lire la suite