Auvergne : grève spontanée après le viol d’une contrôleuse de la SNCF.

D’après Metro, 17/08/2012 :

En signe de solidarité avec une collègue victime d’une agression sexuelle à bord d’un TER dans la Loire, le personnel régional de la SNCF a décidé d’exercer son droit de retrait.

Le trafic ferroviaire a été fortement perturbé ce vendredi 17 août en Auvergne, et devrait l’être encore au moins jusqu’à samedi midi, après le viol ou du moins l’agression sexuelle, dont a été victime une contrôleuse de la SNCF à bord d’un TER assurant la liaison entre Le Puy-en-Velay et Saint-Etienne.

Les faits se sont produits hier soir vers 18h au niveau de Firminy, dans la Loire, a d’abord révélé le quotidien La Montagne. « Sans raison apparente », un voyageur, qui selon la SNCF avait présenté sa carte d’abonné à la contrôleuse sans faire d’histoire l’a donc agressée.

D’après le déroulement des faits, la qualification de viol n’est pas exagérée. Toujours selon la chaine, qui cite des sources judiciaires, la victime et son agresseur étaient seuls dans le wagon. Après s’être prêté sans difficulté au contrôle de son titre de transport, l’individu aurait demandé à la contrôleuse de lui faire une fellation, puis, cette dernière refusant de s’exécuter, il se serait montré violent.

Un suspect en garde à vue…

Très choquée, la jeune femme de 24 ans a rapidement été prise en charge, quant à l’agresseur présumé, il a pu être identifié grâce aux images du système de vidéosurveillance à bord du train et a été interpellé ce vendredi en début d’après-midi.

Agé de 54 ans, inconnu de la justice et des services de police, l’homme est actuellement en garde à vue à Saint-Etienne. Il devrait être déféré sous 48 heures au parquet et mis en examen pour viol dans la foulée, a-t-on appris de source judiciaire.

Dès hier soir, sitôt qu’ils ont appris que l’une de leurs collègues avait été agressée durant son service, les contrôleurs de la région ont spontanément cessé le travail en signe de solidarité. Vendredi, le mouvement de grève a pris un tour plus formel, le personnel de la SNCF faisant valoir son droit de retrait.

Une table ronde devait avoir lieu dans l’après-midi entre des représentants de la direction et des syndicats. En théorie, les contrôleurs devraient reprendre le travail samedi matin. D’ici là, alors que l’on enregistre des retards sur les lignes TER auvergnates et que certains trains ont été annulés, la SNCF indique avoir mis en place des cars de substitution, mais invitait tout de même les voyageurs à repousser leur déplacement dans la mesure du possible.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s