Archives quotidiennes : 17/08/2012

Venezuela : Des « responsables du contrôle ouvrier » contre les ouvriers

Venezuela : Les responsables du soi-disant « contrôle ouvrier » dénoncent aujourd’hui le « terrorisme syndical impulsé par Ruben Gonzalez et son groupe » qui « sabote la production » à Ferrominera Orinoco: il faudrait que le plan de production soit réalisé pour la « Grande Mission » de « notre commandant président Hugo Chavez » (qui est comme par hasard en campagne pour sa réélection). Pas de bol pour ces bureaucrates : Gonzalez a gagné les récentes élections syndicales à Ferrominera Orinoco. Si le syndicat sabote la production, le « contrôle ouvrier » sabote la lutte de classe.

Publicités

Solidarité internationale avec les Pussy Riot face à la répression

Alors qu’à Moscou, les trois membres du groupe punk féministe Pussy Riot ont été condamnées aujourd’hui à deux ans de camp pour « hooliganisme« , des protestations ont eu lieu en Russie comme à travers le monde pour manifester la solidarité avec les trois femmes condamnées par le régime de Poutine.

Quelques images de manifestations à travers le monde :

Moscou (Russie) : Les forces de répression sont intervenues et plusieurs manifestant(e)s ont été arrêtés devant le tribunal où se tenait le procès.

Lire la suite

Le racisme se banalise dans le Gard

Le Monde, 16 août 2012 :

Voilà près de deux semaines que William Vidal et Monique Guindon, 44 ans tous deux, sont en prison. Dans la nuit du 4 au 5 août à Aigues-Mortes (Gard), ils s’en sont pris à une dizaine de jeunes qui bavardaient devant l’épicerie Viva, à l’angle des rues du Vieux-Bourgidou et Jeanne-Demessieux, quartier du Bosquet, un endroit ni beau ni moche, situé un peu à l’extérieur de la cité fortifiée. Cette nuit-là, entre minuit et demi et 1 heure, alors qu’ils circulaient à bord de leur Citroën Xsara, William et Monique ont voulu « se faire des Arabes ». Une ratonnade à eux tout seuls.

Lui était un peu alcoolisé – 1,8 gramme dans le sang – et elle, à jeun. Ils se sont arrêtés une première fois à la hauteur du groupe de jeunes gens. Lorsque l’un d’eux s’est approché pour demander s’ils voulaient un renseignement, ils ont démarré. Ils sont revenus dix minutes plus tard, armés d’un fusil de chasse. Ils se sont de nouveau arrêtés au même endroit et, sans sortir de sa voiture, William s’est écrié : « C’est pas un Arabe qui va me donner un renseignement ! » Puis il a tiré une première fois en l’air.

Effrayés, les jeunes se sont enfuis, les uns à gauche vers le terrain de basket, les autres à droite dans un lotissement. William et Monique ont alors entamé la poursuite – « la chasse à l’homme », dira le procureur. Fenêtres de la voiture grandes ouvertes, William brandissait son fusil tandis que Monique criait : « On est en France ici. On est chez nous ! »

Lire la suite

Au moins 34 mineurs tués par la police en Afrique du Sud

Le Parisien, 17 août 2012 :

L’Afrique du Sud est sous le choc du pire massacre survenu dans une opération policière depuis la chute de l’apartheid en 1994. Au moins 34 mineurs grévistes ont été tués, jeudi, lors d’un assaut de la police, à la mine de platine Lonmin de Marikana, dans le nord-ouest du pays. Le syndicat des mines NUM avance même le bilan de 36 victimes.

Vendredi matin, le lieu du drame était quadrillé par des véhicules blindés de la police, survolés par des hélicoptères. A 500 mètres de là, environ 2.000 hommes étaient rassemblés, dans un calme tendu.

«Le nombre total des morts est de 34, avec plus de 78 blessés. 259 personnes ont été arrêtés, pour différents motifs, violence publique, meurtre, tentative de meurtre, rassemblement illégal, possession d’armes dangereuses (…)», a déclaré la chef de la police nationale, Riah Phiyega.

Deux ans de camp pour les Pussy Riot

Europe 1, 17 août 2012 :

Les trois jeunes femmes ont été condamnées par un tribunal de Moscou pour « hooliganisme ».

Il n’y a pas eu vraiment de surprise vendredi à Moscou à l’annonce du jugement du procès des Pussy Riot. Les trois jeunes femmes membres du groupe de punk russe Pussy Riot ont été reconnues « coupables de hooliganisme », a déclaré vendredi la présidente du tribunal Khamovnitcheski à Moscou. Les chanteuses ont été condamnées chacune à deux ans de camp. La peine maximum pour « hooliganisme » est de sept ans de camp.

C’est une honte »

La magistrate Marina Syrova a en grande partie repris les arguments du procureur qui avait requis trois ans de camp à l’encontre de Nadejda Tolokonnikova, 22 ans, d’Ekaterina Samoutsevitch, 30 ans, et de Maria Alekhina, 24 ans, pour « hooliganisme » et « incitation à la haine religieuse ». Les trois militantes avaient chanté, encagoulées, une prière punk anti-Poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou le 21 février dernier. La juge a souligné qu’il n’y avait pas eu de « repentir » des accusées et qu’elles avaient « violé l’ordre public » et « offensé les sentiments (religieux) des croyants ».

Lire la suite