Archives quotidiennes : 16/08/2012

Aux pilotes de l’Armée de l’air des forces de défense d’Israël

Plus de 500 israélien(ne)s, dont les professeurs Menachem Mautner et Chaim Gans de l’Université de droit de Tel Aviv ont signé cette pétition adressée aux pilotes de l’armée israélienne (traduction depuis l’anglais J.J.)

Aux pilotes de l’Armée de l’air des forces de défense d’Israël

Salut à vous,

Nous vous adressons cet appel, profondément concernés et angoissés par la situation actuelle de notre pays. A travers le peu que nous savons par les médias, et bien d’autres choses se passent dans les coulisses, que nous ne pourrons savoir que quand il sera trop tard. Nous ne connaissons pas vos noms, vos situations de famille, vos vues et vos opinions, mais nous savons une chose : à ce moment de notre destinée, notre futur est grandement entre vos mains.

Dans un futur proche, sans doute dans quelques semaines, on risque de vous donner l’ordre fatal de monter dans vos avions et de mener à bien la mission de bombarder l’Iran. Vous aurez, bien sûr, la possibilité d’obéir aux ordres, en acceptant les arguments et les certitudes de ceux qui les donnent sans vous poser de questions, et de brûler de réaliser la mission avec toute votre compétence professionnelle. Cela tiendra à ceci : accepter que bombarder les installations nucléaires iraniennes est capital pour la défense de l’état d’Israël, et, dès lors, accepter aussi de tirer les premiers feux d’une guerre dont les résultats peuvent être catastrophiques pour nous tous.

Mais ce n’est pas le seul choix qui s’offre à vous. Vous avez aussi l’option de dire « non ». Ce n’est certes pas simple. Cela implique des dilemmes professionnels et moraux, le risque de ruiner une carrière à laquelle vous tenez et celui d’une poursuite en justice. Néanmoins, c’est votre devoir de considérer avec attention et sérieux la possibilité qu’en disant ce petit mot « non », le service que vous rendrez à l’état d’Israël et à tous ceux qui y vivent sera important et vital. Ce service pourra être infiniment plus important que l’obéissance aveugle à l’ordre donné.

Lire la suite

Publicités

Les « Sanofi » maintiennent la pression pour sauver leur emploi

TF1, 16 août 2012 :

Le personnel toulousain du groupe pharmaceutique a manifesté jeudi pour montrer sa détermination à poursuivre, même en plein été, la lutte contre le projet de restructuration qui menace le site.

Depuis qu’ils ont appris en juillet les dangers pesant sur leur site, qui emploie quelque 640 personnes, et sur celui de Montpellier, qui en emploie environ 200, les salariés de Sanofi à Toulouse observent toutes les semaines ce qu’ils appellent des « jeudis de la colère ». En ce 16 août, une centaine d’entre eux, en blouse blanche, ont procédé à un lâcher de ballons et à une distribution de tracts aux automobilistes sur le rond-point proche de leur entreprise. A chaque ballon était accroché un message sensibilisant au risque pour l’emploi, mais aussi pour la santé si Sanofi cesse son activité de recherche.

La direction du groupe français, qui emploie environ 28.000 personnes en France, a annoncé le 5 juillet sans plus de détails une réorganisation dans la recherche, la production de vaccins et les fonctions support. Les syndicats estiment que 1200 à 2500 postes sont menacés dans l’Hexagone, tout particulièrement dans la recherche à Toulouse et Montpellier.

Lire la suite

Iraniens et Israéliens refusent d’être ennemis

Une fois encore, le bruit des bottes résonne au Moyen-Orient avec, une fois encore, la menace d’une guerre entre Israël et l’Iran. Dans les états-majors des deux pays et à la tête des gouvernements, on ressort les vieux discours nationalistes, bellicistes et militaristes, parfois teintés de religion. Mais, tant en Israël qu’en Iran, la population, les gens, ne veulent pas mourir pour les intérêts des puissants.

Comme au mois  de mars, des dizaines de milliers d’habitant(e)s d’Iran et d’Israël utilisent les réseaux sociaux, comme les pages Iran-loves-Israel et Israel-loves-Iran, pour échanger, au-delà des appels à la guerre des chefs d’Etats, et dénoncer les menaces de guerre.

Lire la suite

Sanglante répression policière contre les mineurs en grève

Le 16 août, les forces de répression ont ouvert le feu sur les travailleurs en grève de la mine de platine de Marikana en Afrique du Sud. On compte au minimum sept morts.

Reportage d’Al Jazeera (en anglais), avec des images montrant les flics ouvrir le feu sur les ouvriers en grève :

Lire la suite

Afrique du Sud : La police tire sur les mineurs en grève

BBC Afrique, 16 août 2012 :

La police en Afrique du Sud a ouvert le feu sur grévistes de la mine de platine de Marikana, près de Rustenburg, faisant au moins 7 morts, selon des témoins.

Le bilan pourrait être plus lourd, car 18 corps gisent inanimés.

La police a tiré sur la foule après que des mineurs armés de machettes ont refusé un ordre de déposer les armes.

La mine, propriété du groupe Lonmin, est au centre d’une violente dispute industrielle entre syndicats.

Lire la suite

Protestations contre les menaces de guerre à Tel Aviv

Dans un communiqué publié le 14 août, le Parti Communiste d’Israël indique que chaque soir des centaines de personnes se rassemblent devant la résidence du ministre de la défense Ehoud Barak pour protester contre les menaces de guerre contre l’Iran. Les manifestants scandent des slogans comme « Non à la guerre » et brandissent des pancartes comme « Bibi, tu as ruiné nos vies, n’y met pas fin ».

Rassemblement contre la guerre à Haïfa le 10 août

Des manifestations auront lieu tous les soirs. Jeudi 16 août est organisé une manifestation de masse contre la guerre à 20 heures devant le siège du Likoud (Metzudat Zeev), à côté de Gan Meir, rue King George Street, en direction du ministère de la défense à Tel Aviv.

Plus d’informations sur la manifestation du 16 août (en hébreux) sur facebook

Pussy Riot: manifestation de soutien à Bruxelles vendredi

RTL Infos, 16 août 2012 :

Une manifestation de soutien aux « Pussy Riot » aura lieu à Bruxelles vendredi à 12h30, devant la Délégation de Russie auprès de l’Union européenne. Amnesty International a appelé à ce rassemblement ainsi que plusieurs personnalités, dont l’ancien échevin bruxellois Henri Simons.

Une journée mondiale de soutien aux trois membres de ce groupe punk jugées depuis la fin du mois de juillet à Moscou doit avoir lieu le 17 août, date à laquelle le tribunal Khamovnitcheski prononcera son jugement. Les trois jeunes femmes avaient chanté le 21 février, encagoulées, avec guitares et sonorisation, une « prière punk » contre le président russe Vladimir Poutine, dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou. Elles sont détenues depuis 5 mois et ont reçu le soutien de nombreux chanteurs et musiciens – Sting, Madonna, Björk, Peaches, les membres des Red Hot Chili Peppers -, intellectuels, écrivains ou personnalités politiques. La manifestation se déroulera devant le bâtiment de la Délégation de Russie, rue des Arts, 25 à Bruxelles.