Meurtre raciste en Grèce

L’Express, 12 août 2012 :

Des dizaines d’agressions visant les immigrés sont régulièrement perpétrées dans les quartiers défavorisés d’Athènes, sur fond de percée de l’activisme néo-nazi et de profonde crise sociale et économique.

Travailleurs immigrés victimes de violences racistes de la part des néo-nazis de « l’Aube Dorée »

Un jeune Irakien a été poignardé à mort dans la nuit de samedi à dimanche à Athènes par cinq motards chassant les étrangers, a annoncé la police, alors que le pays est accusé d’incurie face à la banalisation de la violence xénophobe.

Le jeune homme, dont l’âge n’a pas été précisé, a succombé à l’hôpital où il avait été transféré avec « de nombreuses blessures provoquées par un objet tranchant », selon un communiqué de la police. La police recherche ses attaquants, « cinq personnes à bord de quatre motos qui avaient auparavant tenté dans la même zone d’agresser un Roumain et un Marocain », a ajouté le communiqué.

Le modus operandi est le même que celui de dizaines d’agressions visant immigrés, réfugiés ou Grecs d’origine étrangère, désormais régulièrement perpétrées dans les quartiers défavorisés d’Athènes et d’autres centres urbains, sur fond de percée de l’activisme néonazi et de profonde crise sociale et économique.

Dans une rare réaction officielle, le ministre de l’Ordre public, Nikos Dendias, a exprimé sa « profonde tristesse » pour ce meurtre, affichant la détermination de l’Etat à punir de tels actes, « quel que soit le soi-disant prétexte que ses auteurs y trouvent ».

Le pays est actuellement dans le collimateur des organisations et ONG internationales, dont le Conseil de l’Europe et Human Rights Watch, pour son incurie face à la violence xénophobe et l’impunité de fait jusque là garantie à ses auteurs, dont beaucoup présumés proches du parti néonazi Aube Dorée, propulsé au parlement avec 7% des voix en juin.

La réthorique anti-migrants alimentée par les dirigeants politiques

La réthorique anti-migrants des dirigeants politiques a aussi été dénoncé cette semaine par Amnesty International, après que Nikos Dentias eut estimé que le pays devait faire face à une « invasion d’immigrants » sans précédent depuis celle des Doriens au IVe siècle avant notre ère.

Le meurtre du jeune Irakien intervient après le lancement par la police d’une opération visant à chasser des centres urbains les sans-papiers.

Une réponse à “Meurtre raciste en Grèce

  1. Pingback: A Athènes, un bureau du parti néonazi Aube Dorée ravagé par un incendie | Solidarité Ouvrière

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s