Archives quotidiennes : 05/08/2012

Mobilisation contre la marche néo-nazie à Bad Nenndorf

Le 4 août, une manifestation nazie intitulée « Marche de l’Honneur » (en fait une commémoration de la mort du dirigeant nazi Rudolf Hess) était organisée à Bad Nenndorf. Face à cette nouvelle provocation des néo-nazis, syndicats, organisations anti-fascistes, partis de gauche et groupes d’extrême-gauche, mais aussi de nombreuses et nombreux habitant(e)s de la ville se sont mobilisés.

Habitant(e)s de Bad Nenndorf contre les fachos : « Gardez votre ville propre »

Un groupe d’antifascistes enchainés sur le quai de la gare de Bad Nenndorf pour bloquer la marche néo-nazie.

L’objectif de l’initiative « “Kein Naziaufmarsch in Bad Nenndorf” (Pas de marche nazie à Bad Nenndorf) était de bloquer le défilé nazi. Si la marche a finalement eu lieu, elle a commencé, grâce à de nombreux blocages de rues, du blocage de la voix ferrée obligeant les fachos à venir à pied ou en bus, manifestations et autres actions, avec quatre heures et demi de retard. En effet, alors que la marche des néo-nazis devait commencer à midi, elle n’a pu démarrer qu’à 16 heures 30.

Lire la suite

Publicités

Les communistes à la Gay Pride de Jérusalem

Parti Communiste d’Israël, 4 août 2012 :

Jérusalem était repeint des couleurs de l’arc-en-ciel jeudi pour célébrer la gay pride annuelle dans la ville. Cinq mille personnes ont manifesté à l’occasion de la 10ème Gay Pride dans la capitale, brandissant des drapeaux aux couleurs de l’arc-en-ciel de toute taille lors d’une protestation non-violente. Parmi les manifestant(e)s, des militant(e)s de Hadash et du Parti Communiste d’Israël, membres du « Mouvement LGTB Rouge-Rose », ont manifesté avec des drapeaux rouges et des banderoles contre les discriminations, l’occupation et le capitalisme. Contrairement aux autres années, il n’y a pas eu d’ultra-orthodoxes (haredim) qui ont protesté le long du parcours.

Pour la première fois depuis 2005, la parade a pu prendre sa route d’origine à travers les rues King George et Keren HaYesod, où elle s’est arrêtée un momet en mémoire des trois manifestants poignardés en 2005 par un extrémiste religieux haredi.

Lire la suite

Le point sur la situation sociale en Irak

Solidarité Irak, 4 août 2012 :

Notes à partir d’une conférence téléphonique le 26 juillet 2012 avec Falah Alwan, traduites en français par Renaud.

Le principal problème auquel font face les travailleurs irakiens en ce moment est la tentative du gouvernement d’imposer un nouveau code du travail. Depuis la chute du régime baathiste, les prolétaires irakiens ont travaillé sans code du travail officiel. En réalité, les gens ont travaillé sur la base de conventions et pratiques établies plutôt que sur celle d’un code légal. Il y a eu un premier jet de la loi en 2004, mais selon nous, il était pire que la loi de 1936 établie par la monarchie !

Le nouveau projet inclus 156 articles et nous avons de sérieuses objections sur 140 d’entre eux. Le code a été rédigé par le ministère du travail, donc il a été rédigé entièrement par des représentants du capitalisme. Il y a eu de soi-disant consultations avec des « représentants des travailleurs » – deux personnes issues de syndicats soutenus par le gouvernement ont été impliquées – mais il n’y a pas eue de réelle participation des organisations ouvrières indépendantes pour établir le code. Le nouveau code donne le droit de rejoindre un syndicat, mais seulement les syndicat soutenus ou reconnus officiellement par le gouvernement.

Lire la suite