Archives quotidiennes : 26/07/2012

Zimbabwe. La présidente syndicale du Zewu parmi les 135 travailleurs suspendus chez ZESA.

Industri all, 25/07/2012 :

Des travailleurs et travailleuses de l’entreprise d’État, ZESA, au Zimbabwe ont été suspendus le 10 juillet 2012 après une menace de grève.

La présidente du syndicat des travailleurs de l’énergie du Zimbabwe (ZEWU), Angelina Chitambo, se trouve parmi les personnes suspendues avec deux responsables élus du syndicat, Tariro Shumba et Dennis Mukote.

Les membres du syndicat étaient légitimement mécontents du fait que ZESA n’a tenu aucun compte de la convention collective conclue en janvier de cette année. L’accord, qui donne droit aux travailleurs et travailleuses gagnant le moins à une augmentation de salaire qui passe de 190 à 275 USD, a été confirmé par un arbitrage. Cependant, la direction prétend maintenant être dans l’incapacité d’accorder la hausse salariale. 

Jyki Raina, secrétaire général de IndustriALL Global Union,  a envoyé une lettre à ZESA, dans laquelle il dit : “IndustriALL Global Union soutient la revendication de son affilié ZEWU, portant sur la réintégration par ZESA de tous les travailleurs et travailleuses suspendus, notamment les responsables syndicaux, et la mise en application de la convention collective”.   

La présidente du ZEWU, Angelina Chitambo, qui est également membre du Comité exécutif de IndustriALL, a été particulièrement visée pour ses déclarations dans la presse. Elle a été accusée avec deux autres dirigeants syndicaux d’inciter les gens à protester chez ZESA, ce qui est clairement un cas de représailles contre ces syndicalistes à qui l’on reproche d’accomplir leurs obligations syndicales.

 

Publicités

Les salariés du petit train d’Artouste sont en grève.

Sud-Ouest, 26/07/2012 :

Les salariés d’Altiservice, le gestionnaire de la station, se mettent en grève pour des revendications salariales. Difficile de prévoir l’impact sur les excursions du petit train.

A 7 heures ce matin, au moment d’embaucher, les salariés des remontées mécaniques d’Artouste vont entamer un mouvement de grève de 24 heures reconductibles. L’ampleur de la mobilisation des 90 salariés d’Altiservice – la société toulousaine gestionnaire du site en vertu d’une délégation de service public depuis l’hiver 2005-2006 – déterminera l’état du trafic du célèbre petit train. En cette haute saison, il effectue une vingtaine de rotations quotidiennes. Depuis le dépôt d’un préavis de grève, jeudi dernier, ce mouvement planait au-dessus du principal site touristique de la vallée d’Ossau.

Dialogue de sourds ?

Ce sont des revendications salariales qui cristallisent les tensions. Le week-end dernier, Ludovic Paris, le délégué syndical de Force ouvrière (le seul syndicat présent dans l’établissement) avait expliqué que les salaires moyens étaient situés dans une fourchette de « 1 100 à 1 200 euros ». La récente hausse du Smic de 2 % avait « rattrapé » les plus faibles revenus. Les réclamations portent également sur l’obtention d’une prime de transport pour les salariés habitant majoritairement dans la vallée d’Ossau et dans le piémont ainsi que sur le doublement du panier-repas (de 5 à 10 euros).

Lire la suite

Honduras – Fin de la grève des infirmiers après 29 jours d’agitation.

Agenzia Fides , le 26 juillet 2012 :

Environ 2.600 infirmiers honduriens ont repris le travail après 29 jours d’une grève qui a angoissé le pays.

La protestation nationale des personnels infirmiers s’est conclue après que les parties soient parvenues à un accord avec les autorités responsables du Ministère de la Santé selon les informations officielles diffusées par les agences de presse.

La signature de l’accord met fin à la grève qui avait angoissé tout un chacun, provoquant des souffrances dans le pays .

A la base de la contestation se trouvait la création de 250 nouveaux postes d’infirmier et le paiement d’un certain nombre d’avantages pour un total de quelques 450 millions de lempiras (soit environ 23 millions de dollars américains).
« Les négociations ont été caractérisées par la courtoisie et la sincérité mais également par des moments difficiles et je suis reconnaissant dans le fait que les parties soient parvenues à un accord » a déclaré Mgr Emiliani, qui s’était transféré à Tegucigalpa depuis deux semaines afin de pouvoir jouer un rôle de médiateur dans ce conflit syndical.

L’accord a été atteint voici deux jours, mais la population vit encore dans la gêne dans la mesure où les médecins locaux ont entamé une grève de deux jours mais aussi et surtout à cause des fortes carences du service sanitaire national.

Tunisie – Grève de 3 jours pour les agents du port commercial de Sfax.

Business News, 26/07/2012 :

Les lamaneurs et gardiens de bateaux au Port commercial de Sfax ont entamé, aujourd’hui 26 juillet 2012, une grève de trois jours pour réclamer la mise en application de l’accord convenu, en mars dernier, avec le ministère du Transport.

Selon l’agence TAP, le secrétaire général du syndicat de base des lamaneurs et gardiens de bateaux au Port commercial de Sfax, Mohamed Ali Belhaj Hmida, a déclaré que cette grève est menée pour réclamer l’annulation de la sous-traitance et l’application du PV de la réunion signé, en mars dernier, avec le ministère du Transport. 
Le PV stipule la création d’une société publique en charge des lamaneurs et gardiens de bateaux, dans tous les ports tunisiens, de Bizerte à Zarzis. Ces derniers sont, actuellement, au nombre de 204 ouvriers

Tizi Ouzou : Débrayage à la Laiterie de Draâ Ben Khedd

El Watan.com, 26/07/2012 :

Les travailleurs de la Laiterie de Draâ Ben Khedda (10 km à l’ouest de Tizi Ouzou) se sont mis en grève ce jeudi 26 juillet pour, dit-on, «soutenir et se solidariser» avec un de leurs collègues, à la suite de sa convocation au commissariat de police de ce centre urbain, a-t-on appris de sources locales.

Cette convocation est intervenue, précisent nos sources, après un dépôt de plainte par le patron de la Laiterie contre un de ses employés qui l’aurait traité vertement au sortir de son bureau.

Aussitôt convoqué par les services de police, le mis en cause informe ses collègues qui auraient ensuite invité les équipes devant préparer les quantités de lait à livrer jeudi matin «à ne pas toucher à leurs machines de production», selon des travailleurs.

Avec cette énième grève à la Laiterie de Draâ Ben Khedda, dont on ignore le temps qu’elle prendrait encore, c’est assurément un coup dur pour la bourse des chefs de familles dans la région qui vont devoir s’approvisionner en ce produit, vital pendant le ramadhan, auprès d’autres producteurs venant hors de la commune.

Ces autres producteurs ne manqueront pas de sauter sur l’aubaine pour écouler leur surplus de lait en ce chef-lieu de daïra de près de 40 000 habitants à raison de 35 DA le litre, voire plus et avec une qualité moindre, comme ce fut le cas tout au long des 5 mois de débrayage ayant paralysé cette entreprise du début octobre 2011 à fin février 2012.

Liban. Les fonctionnaires du secteur public dans la rue.

L’Orient Le Jour, 26/07/2012 :

Parallèlement à une journée de grève générale observée pour la seconde journée consécutive, les fonctionnaires du secteur public ont organisé une manifestation à Beyrouth, qui a démarré à la place Barbir pour arriver au Grand Sérail où se tenait un Conseil des ministres présidé par le chef du gouvernement Nagib Mikati.
Les fonctionnaires protestent contre le retard mis dans la promulgation d’une nouvelle échelle des traitements et salaires dans le secteur public.

Prenant part au rassemblement sur la place Riad el-Solh, le président du comité de coordination intersyndical Hanna Gharib a assuré que cette démarche « prouve notre détermination à revendiquer nos droits ».

Le responsable du comité intersyndical et président du syndicat des enseignants du privé, Nehmé Mahfouz, a indiqué de son côté que le gouvernement « a 10 jours pour promulguer la nouvelle échelle des traitements et salaires, sinon il devrait démissionner ».

Parallèlement, les fonctionnaires des différentes institutions de Nabatiyé (Liban-Sud) ont également observé une grève et fermé les portes des établissements publics pour la seconde journée consécutive. 

Mobilisation des syndicats italiens pour « les sacrifiés de la retraite ».

AFP, 26/07/2012 :

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté jeudi devant le Panthéon à Rome, à l’appel des trois grands syndicats italiens, pour défendre les dizaines de milliers de salariés qui se retrouveront sans pension en raison de la réforme des retraites du gouvernement deMario Monti.

« 60 ans, 38 ans de cotisation, sans travail, sans cotisation, c’est ça l’égalité? », pouvait-on lire sur une pancarte brandie par une manifestante.

Les syndicats –CGIL, CISL, UIL– défendent les Italiens ayant signé un accord de licenciement leur permettant de toucher le chômage avant d’avoir droit à leur retraite, mais qui vont se retrouver sans revenu lorsque leurs droits au chômage seront épuisés, en raison du relèvement de l’âge de départ à la retraite introduit par la réforme.

Selon eux, 350.000 personnes sont concernées.

De son côté, le gouvernement assure qu’elles ne sont que 65.000 et qu’elles ne se retrouveront pas sans revenu, les sommes nécessaires ayant déjà été mises de côté par l’Etat.

Lire la suite