Archives quotidiennes : 21/07/2012

Espagne: des milliers de chômeurs manifestent à Madrid contre les coupes budgétaires.

dépêche AFP, 21/07/2012 :

Des milliers de chômeurs espagnols ont manifesté samedi soir à Madrid, dernier épisode d’une vague de manifestations de colère contre la politique de rigueur du gouvernement, alors que l’inquiétude monte concernant la stabilité financière du pays et la survie de l’euro.

Le cortège a parcouru sans incidents le centre de la capitale espagnole au lendemain d’une journée noire pour la situation économique et financière de l’Espagne : le gouvernement a prévenu que la récession se poursuivrait jusqu’en 2013 et que les taux d’intérêt des obligations espagnoles grimperaient à des niveaux dangereux.

Jeudi déjà, des centaines de milliers d’Espagnols –notamment des pompiers, des policiers, des infirmières et des enseignants– avaient battu le pavé de plusieurs villes du pays.

Des milliers de chômeurs venus de toute l’Espagne ont cette fois convergé sur la capitale, certains après avoir fait du stop sur des centaines de kilomètres, et ont marché durant l’après-midi pour se rendre sur la place de la Puerta del Sol, le centre névralgique des revendications sociales en Espagne.

Lire la suite

Liban : sit-in et manifestation des fonctionnaires le 24 juillet.

L’Orient Le Jour.com, 21/07/2012 :

Le Comité de coordination des syndicats a décidé de tenir mardi des sit-in devant les différents ministères et de manifester le jour suivant pour protester contre l’échec du gouvernement libanais à adopter la nouvelle grille des salaires, a rapporté le quotidien as-Safir samedi.

Ces sit-in concerneront tous les ministères et les administrations publiques à Beyrouth et dans plusieurs régions du pays. La manifestation prévue mercredi prendra son départ de la région de Barbir vers le Grand Sérail.

Les fonctionnaires du public avaient observé un sit-in mardi dernier pour les mêmes raisons.

PSA: les syndicats d’Aulnay appellent au rassemblement devant le siège le 25 juillet.

La Parisien le 20/07/2012 :

Plusieurs syndicats du site PSA à Aulnay (CGT-SIA-CFDT-CFTC-Sud), où la production doit s’arrêter d’ici 2014, appellent à un rassemblement le 25 juillet devant le siège du groupe à Paris à l’occasion d’un CCE sur le plan de suppressions de 8.000 postes en France, a-t-on appris vendredi de sources syndicales.

Ces syndicats invitent aussi les salariés des autres sites de production, notamment celui de Rennes qui doit perdre 1.400 postes, à les rejoindre.

Il y a un appel à la grève à Aulnay, mais pas sur les autres sites du groupe, ont indiqué les syndicats CGT et CFTC.
« Nous appelons les salariés d’Aulnay à un rassemblement devant le siège et nous appelons les salariés des autres sites à les rejoindre car l’attaque de PSA contre l’emploi concerne tous les sites du groupe », a déclaré Jean-Pierre Mercier, délégué CGT, à l’AFP.
« Il faut construire un front uni des salariés face à la direction », a-t-il ajouté.

A la CFTC, Franck Don a confirmé cet appel. « Nous avions dit depuis le 12 juillet (date de l’annonce du plan) que nous serions mobilisés le 25 juillet », a déclaré à l’AFP ce responsable syndical.

Lire la suite

Quimper. Appel à la grève et blocage du site Père Dodu.

Ouest-France, 20/07/2012 :

Les organisations syndicales du site Père dodu de Quimper (Finistère) appel à la grève et au blocage de leur usine, lundi prochain.

L’usine quimpéroise du groupe Doux sera bloquée dès 6 h du matin par les salariés, lundi prochain. Jean-Luc Guillart, délégué CFDT, déclare« vouloir sauver les emplois de tous les salariés. » Des élus devraient être présents sur le site, entre autre le député PS, Jean-Jacques Urvoas.

Le site de Kergonan aussi

Les employés de l’usine seront installés à l’entrée de l’usine et devraient occuper par la suite le rond-point du Petit guélen, précédent l’accès à la voie express. Le même jour, un appel à la grève est lancé sur le site de Kergonan, situé à quelques kilomètres du site de Quimper. Ces deux usines sont menacées de fermeture, ce qui occasionnerait la perte d’environ 270 emplois, selon les syndicats.

Inquiétude sur le site Sofedit-Gestamp du Theil-sur-Huisne (Orne).

Ouest-France, 21/07/2012 :

L’inquiétude grandit sur le site Sofedit-Gestamp du Theil-sur-Huisne (Orne), sous-traitant automobile.

Après le coup de massue du plan social de PSA (Peugeot-Citroën), jeudi 12 juillet, le syndicat CFDT de Sofedit s’inquiète des répercussions sur l’emploi dans le site ornais, après la perte du marché avec Ford.

Le comité central d’entreprise Sofedit a usé de son droit d’alerte, après la perte de son marché avec Ford. Le site de Gouzeaucourt, dans le Nord, est directement impacté : un investissement de 20 millions d’euros est remis en cause, ainsi qu’une cinquantaine d’emplois. Ce qui a des conséquences sur le site du Theil, dans l’Orne.
« Les réponses de la direction sont inexistantes, indique Johny Favre, délégué CFDT. Nous avons peu de marché supplémentaire, nous sommes très inquiets. » Le syndicat a mandaté un expert pour avoir accès aux documents de l’entreprise. « Nous attendons des réponses. Comme pour PSA, qui détient des actions de l’entreprise à travers le fond de modernisation des équipements automobiles (FMEA) ».

Le site du Theil-sur-Huisne emploie 900 personnes.

Trois heures pour le patronat, zéro minute pour les syndicats !

Le Quotidien.re, 21/07/2012 :

Le nouveau ministre des Outre-mer n’a pas trouvé, durant son séjour à La Réunion, une seule minute à consacrer aux syndicats de salariés pour entendre leur analyse de la situation et les revendications des travailleurs. Il a préféré les renvoyer à ses « collaborateurs et collaboratrices ».

Et voilà pas que la presse révèle (19 juillet) que le ministre a reçu, à Paris, une représentation des patrons de l’outre-mer pendant… trois heures ! Trois heures pour le patronat, zéro minute pour les syndicats de salariés, les associations de travailleurs privés d’emploi, les représentants de la jeunesse à La Réunion ! Il n’y a pas à dire, « le changement, c’est maintenant » est en marche !… A reculons !

On apprend également qu’une heure, et pas moins, a été consacrée à l’organisation d’une « conférence économique et sociale » de l’outre- mer. A Paris, bien sur !

Une sorte d’états généraux de l’outre-mer ou de Conseil interministériel de l’outre-mer bis. Alors que le ministre lui-même, dans une interviewe parue dans la presse la veille de son arrivée à La Réunion, n’avait pas de mots assez durs pour ces deux initiatives de l’ancienne majorité et de Sarkozy : « Il ne s’agit pas, disait-il, d’organiser d’énièmes états généraux, ni de refaire un nouveau Conseil interministériel de l’outre-mer, ce fameux Ciom dont très peu de mesures concrètes ont finalement vu le jour ».

Lire la suite