Sur le chantier de la fac, deux mois sans salaire.

Ouest-France, 20/07/2012 :

Dix-huit personnes d’origine étrangère travaillent pour une société qui ne les paye plus. Elle est sous-traitante pour une entreprise en difficultés financières. 

 Nicolas Le Strat, de la CFDT, Élie Vertot, de l'Union régionale bâtiment et bois, et Gabriel Koubondika, installé à Vannes depuis huit ans.

Nicolas Le Strat, de la CFDT, Élie Vertot, de l’Union régionale bâtiment et bois, et Gabriel Koubondika, installé à Vannes depuis huit ans.

L’histoire

Quand un ami l’a appelé, Gabriel Koubondika a été heureux à l’idée de travailler sur le chantier de construction de l’Université de droit-économie-gestion et de l’Institut de formation en soins infirmiers, à Tohannic. En mars et avril, le Vannetais de 37 ans a posé des fenêtres métalliques et « tout s’est bien passé. J’ai touché mon salaire : 580 € puis 1 400 €. »

Puis les choses se sont gâtées : « En mai et juin, j’ai travaillé, mais pas de salaire. Le 1er juillet, j’ai décidé de ne pas revenir. On me dit que je vais être payé, mais rien. »

La société parisienne Fabilux (travaux de menuiserie métallique dont la solvabilité est évaluée à 1 sur 100), qui doit lui verser son salaire, confirme « un problème d’argent. Personne n’est payé depuis mai. La société qui a fait appel à nous pour sous-traiter ne nous livre plus le matériel à poser. »

Sous-traitant de sous-traitant

La société en question est basée à Honfleur. Une procédure de sauvegarde a été prononcée en juin par le tribunal de commerce de Lisieux pour la Société Honfleuraise de Menuiserie Métallique (fabrication de fenêtres en métal). Tout est bloqué, dont la créance de Fabilux, le temps de la période d’observation qui arrive à son terme en octobre. Le redressement judiciaire pourrait être alors prononcé.

La SHMM est sous-traitante pour le compte d’Eiffage Construction Morbihan, à Vannes. « On a eu les garanties de paiement et on s’est assuré que tout était en règle pour les ouvriers. Nous avons réglé nos prestataires pour leurs travaux. Ce n’est pas à nous d’activer les choses pour que les ouvriers soient payés », indique le responsable, Arnaud Bernard.

Pour Nicolas Le Strat, de la CFDT, cette situation est « intolérable. Nous luttons contre la précarité et pour des conditions de travail correctes. La crise ne doit pas être un prétexte pour profiter des difficultés des étrangers à travailler en France ».

Sur le chantier de l’université, la société Fabilux a fait appel à dix-huit personnes, dont dix Congolais. Et aussi des Brésiliens, des Colombiens… « Neuf Congolais travaillent encore là-bas, cinq ne sont toujours pas payés », affirme Gabriel Koubondika.

Désemparé, Gabriel Koubondika s’est tourné vers la CFDT pour être épaulé et obtenir gain de cause. « Si, dans quelques jours, rien n’a bougé et que la situation n’est pas clarifiée, des actions seront menées, comme aller sur le chantier et porter plainte », promet Nicolas Le Strat.

A Vannes Agglo, maître d’ouvrage délégué, le président Pierre Le Bodo dit être « attentif à la gestion sociale et financière de cette situation. L’administrateur judiciaire de SHMM fait tout ce qu’il peut ». L’agglo est « en règle. Et ce chantier a encore du travail à fournir aux ouvriers. »

Quant au calendrier de livraison du chantier, « rien n’a changé : l’emménagement se fera bien en février 2013 ».

En attendant, Gabriel Koubondika n’arrive pas à payer son loyer et ses charges. La situation des entreprises du bâtiment et de l’agroalimentaire, qui « souffrent beaucoup en ce moment », indique le syndicaliste de la CFDT, n’est pas fait pour le rassurer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s