Archives quotidiennes : 16/07/2012

Mardi 17 juillet à 8h30 : Rassemblement de soutien aux salariés de la Coved Rungis

L’Union départementale CGT appelle l’ensemble des militants des syndicats Cgt du Val-de-Marne a participer au rassemblement de soutien aux salariés en lutte le mardi 17 juillet entre 8h30 et 8h45 devant la tour Semmaris (péage principal) pour se rendre ensemble à l’entreprise COVED 7 rue de Provence dans le MIN de Rungis.

Depuis le 29 juin les salariés de la COVED RUNGIS (Nettoyage des déchets au MIN) sont en lutte pour des motifs de conditions de travail et d’obtention de primes (modification des horaires de travail, mise à niveau des coefficients, embauche des intérimaires…).

Ils défendent leurs droits dans l’entreprise !

Ainsi par ces questions qui ont aussi un lien avec d’autres aspects transversaux comme l’emploi précaire ou le pouvoir d’achat ce conflit peut être relié à d’autres mobilisations du département comme à Orly ou à Sanofi. Les camarades ont donc décider de bloquer l’entreprise et d’empêcher les camions de tourner pour faire valoir leurs droits légitimes.

Lire la suite

Québec : Les mandats de grève se multiplient dans l’hôtellerie

La Presse Canadienne, 16 juillet 2012 :

Les syndiqués de quatre hôtels se sont dotés d’un mandat de journées de grève de 24 heures, afin d’accroître la pression pour accélérer le renouvellement des conventions collectives dans le secteur de l’hôtellerie au Québec.

La CSN, qui mène une négociation coordonnée dans l’hôtellerie, a fait savoir, lundi, que de tels mandats de grève avaient été obtenus au Château Cartier à Gatineau, au Reine-Élizabeth à Montréal, au Quality Hôtel sur l’avenue du Parc à Montréal et à l’Hôtel Maritime à Montréal.

Le mandat proposé est d’exercer des moyens de pression pouvant aller jusqu’à la tenue de deux journées de grève de 24 heures, au moment opportun. Jusqu’ici, les syndiqués ont exercé des moyens de pression comme le port d’un t-shirt de leur syndicat et d’un foulard orange sur les lieux de travail.

Lire la suite

Protestations au Swaziland

Le Nouvel Observateur, 16 juillet 2012 :

La police a dispersé brutalement lundi une manifestation de lycéens, alors que les chauffeurs de taxis collectifs et de bus ont rejoint une grève des fonctionnaires qui paralyse le petit royaume d’Afrique australe depuis plus d’un mois.

Un millier de lycéens selon les organisateurs, mais moins selon la police, étaient sur le point de se réunir, lorsqu’ils ont été battus avec des matraques et arrosé par des canons à eau dans la capitale Mbabane, a déclaré l’un deux à l’AFP Christopher Dlamini.

« Nous étions sur le point de nous réunir (…) pour délibérer sur la grève des enseignants lorsque les policiers se sont jetés sur nous pour nous disperser », a-t-il raconté. Les lycéens réclamaient des augmentations de salaire pour leurs enseignants.

Lire la suite

Trois sites de Fiat sur quatre pourraient être menacés de fermeture en Italie

Le Monde, 16 juillet 2012 :

Début juillet, Sergio Marchionne, le patron de Fiat, a prévenu que le groupe serait contraint de fermer une usine en Italie si le marché européen des voitures restait déprimé dans les deux à trois prochaines années. Le constructeur italien souffre de surcapacités de production dans la Péninsule et a déjà fermé en 2011 l’usine de Termini Imerese, près de Palerme (1 600 salariés).

En 2012, le groupe devrait produire en Italie 450 000 voitures au maximum, contre 650 000 en 2009. « Très loin de l’objectif de 1,4 million d’unités visé initialement à l’horizon de 2014 », rappellent Les Echos lundi. « Un site sur quatre est menacé », estime lundi 16 juillet Sergio Marchionne. Selon La Repubblica, les véhicules « pourraient sortir tranquillement d’un seul site, rendant les trois autres superflus ».

Une nouvelle grève générale en Espagne «inévitable» si le gouvernement maintient l’austérité

La Croix, 16 juillet 2012 :

Une nouvelle grève générale en Espagne «sera inévitable» si le gouvernement maintient les mesures d’austérité visant à réduire le déficit public, a affirmé lundi 16 juillet Ignacio Fernandez Toxo, secrétaire général de CCOO, l’un des deux principaux syndicats du pays. «Le gouvernement a dans les mains les moyens de l’éviter. Je ne renonce pas à la grève car la société a le droit à l’autodéfense. Si le gouvernement nous y oblige, et j’ai bien peur qu’il soit en train de le faire, il sera inévitable qu’elle se produise» , a affirmé Fernandez Toxo à la radio espagnole.

Dimanche soir, des milliers de pompiers, policiers, fonctionnaires de toutes professions sont descendus dans les rues de Madrid, répondant à des appels lancés sur les réseaux sociaux. Selon Ignacio Fernandez Toxo, ces manifestations spontanées reflètent un malaise croissant dans la société «mêlé à une indignation» .

Lire la suite

Mouvement de grève à Center parcs ‎

L’Aisne Nouvelle, 16 juillet 2012 :

LAON – Des salariés du Center Parcs en colère ! Des conditions de travail difficiles, des salaires trop bas, un manque de considération… Ils disent stop !

Vendredi, une soixantaine de salariés (sur près de 400 ) ont distribué des tracts à l’entrée du Center Parcs afin d’alerter la clientèle. Et pour faire bouger les choses. On pouvait lire ceci : « Depuis l’ouverture de ce Center Parcs, il y a cinq ans, de graves problèmes de salaires et de conditions de travail subsistent. » Le syndicat CGT et les grévistes revendiquent des salaires trop bas, un manque de personnel, une surcharge de travail, un manque de moyens et une injustice entre les dirigeants et les salariés de base.

Lire la suite

L’État a les moyens d’intervenir pour empêcher tous les licenciements dans le groupe PSA et la fermeture de l’usine d’Aulnay

Communiqué de presse de la CGT PSA Aulnay, 15/07/2012 :

Lors de son intervention télévisée de ce 14 juillet, le Président de la République, François Hollande, a reconnu que les dirigeants de PSA avaient menti. Il reconnaît donc que Peugeot avait décidé de fermer l’usine d’Aulnay depuis des années (février 2010) et que cette décision n’a rien à voir avec la prétendue baisse des ventes de PSA pour le premier semestre 2012.

Il n’y a donc aucune raison de donner encore des nouvelles aides publiques aux patrons de l’automobile. Il est même choquant que des entreprises comme PSA et Renault qui s’apprêtent à licencier puissent être encore aidés.

Les seuls qui ont besoin d’être aidés sont les salariés.

Lire la suite