Espagne: violentes manifestations à Madrid contre la mort de la mine.

L’Express Monde, 11/07/2012

MADRID (ESPAGNE) – Des affrontements ont éclaté ce mercredi à Madrid entre mineurs et policiers, faisant au moins deux blessés. Les mineurs dénoncent depuis près de trois mois la réduction drastique des aides publiques dans le pays. 25.000 à 30.000 emplois seraient en péril dans l’industrie minière.

afp.com/Dominique Faget

Les mineurs en grève ont manifesté à Madrid contre la réduction des aides publiques décidée par le gouvernement de droite. Mais face à l’obstination des deux parties, le mouvement prend une tournure de plus en plus radicale. 

A coups de jets de pierres contre les policiers, des manifestants ont crié leur colère ce mercredi à Madrid lors d’un défilé. Des dizaines de milliers de personnes étaient rassemblées pour la survie des bassins miniers d’Espagne

Alors que la foule s’était rassemblée devant le ministère de l’Industrie, un groupe de jeunes manifestants a commencé à bombarder les policiers casqués de divers projectiles, pétards, bouteilles en verre et pierres. Protégés par leurs boucliers, ils ont riposté en chargeant. 

Deux personnes au moins ont été blessées, un photographe et une manifestante qui a affirmé avoir été touchée par une balle en caoutchouc, a rapporté une journaliste. Cinq personnes ont été interpellées selon la police. 

63% des aides au secteur coupées

Ils sont au total quelque 400 mineurs arrivés la veille à Madrid des bassins de charbon des Asturies, de Castille et Leon et d’Aragon. A la lumière de leurs lampes frontales, ils ont ensuite défilé jusqu’à la symbolique Puerta del Sol, au coeur de la capitale, soutenus par des dizaines de milliers de manifestants.  

Portant des tee-shirts noirs où était écrit « nous soutenons la lutte des mineurs », « SOS mineurs en danger d’extinction », les mineurs, accompagnés par leurs familles, des syndicalistes et d’autres associations ont défilé jusqu’au ministère de l’Industrie. « C’est la mort de la mine, des bassins miniers et de tous les villages » qui vivent du métier, affirme Rafael Blanco, pré-retraité de 43 ans de Faedo, dans la région des Asturies, dénonçant la décision du gouvernement de couper 63% des aides au secteur. 

Nouveau tour de vis de 65 milliards d’euros

Jusqu’ici le gouvernement de droite de Mariano Rajoy a affirmé qu’il n’entendait pas revenir sur sa décision de réduire de 301 millions d’euros en 2011, à 111 millions cette année, les subventions aux mines de charbon. D’autant qu’il vient d’annoncer ce mercredi un nouveau tour de vis de 65 milliards d’euros jusqu’à fin 2014. 

« Les coupes budgétaire que l’on nous a appliquées n’ont pas de sens. Un plan avait été signé jusqu’en 2012 et il n’a pas été appliqué, ils n’ont pas rempli leurs engagements. C’est simplement cela que l’on demande, ce qui a été signé », plaide Ivan Collazo, un mineur de 30 ans. Comme lui,Andres Fernandez, 35 ans, veut croire que cette « marche noire » aura servi à quelque chose. « Nous sommes ici, prêts à lutter pour conserver nos postes de travail », dit-il. 

30 000 emplois générés par les mines, selon les syndicats

Estimés à 8000, les mineurs protestent depuis le mois de mai contre la réduction drastique des aides publiques dans le pays. Grève, manifestations, confrontations avec la police, incidents… Le conflit prend une tournure de plus en plus radicale au fil des semaines. Certains miniers s’étaient même enfermés pour une durée indéterminée dans une mine de Léon. Subventionné par l’Etat, le charbon espagnol, plus cher que le charbon importé, représente 6% de la production énergétique du pays, selon le CCOO. 

La baisse des aides aux bassins miniers porte le coup de grâce, selon les syndicats, à un secteur déjà en déclin: 25 000 à 30 000 emplois seraient en péril, dans des régions où des communes entières vivent de la mine depuis plusieurs générations. Il reste aujourd’hui une quarantaine de mines de charbon en activité en Espagne, situées principalement dans le nord. En pleine restructuration depuis les années 1990, les mines ont progressivement fermé, avec à la clef une réduction de plus de 40 000 emplois directs en 20 ans, et une production réduite à dix millions de tonnes en 2011. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s