Archives quotidiennes : 10/07/2012

Faurecia condamné pour avoir abusé de l’intérim.

LePays.fr 10/07/2012 :

La Cour d’appel de Besançon a condamné Faurecia Systèmes d’échappement à Mandeure à verser des indemnités de l’ordre de 82 000 € au total, à des ex-intérimaires « qui occupaient des postes permanents ».

Philippe Ontivero a travaillé à Mandeure de 2004 à 2007 au même poste, puis a été remercié. Il fait partie des quatre intérimaires à avoir saisi le Conseil des prud’hommes en 2010. Motif : ils sont affectés aux mêmes postes depuis plus de dix-huit mois qui ne correspondent pas à des remplacements temporaires et qui ne sont pas liés à un surcroît d’activité.

Déboutés une première fois, ils font appel du jugement et, début juin, la cour d’appel de Besançon leur donne raison. Comme ils ne font plus partie de l’entreprise, les départs sont assimilés à des licenciements abusifs.

Les quatre intérimaires toucheront des indemnités allant de 17 000 € à 25 000 € (soit un montant total de 82 000 € que devra débourser l’entreprise). Faurecia devra également rembourser deux mois d’allocations chômage par salarié.

Lire la suite

Publicités

Espagne: la « marche noire » des mineurs en grève entre dans Madrid.

Le Parisien, 10/07/2012 :

En gilet jaune, casque sur la tête, les centaines de mineurs en grève de la « marche noire », venue à pied du nord de l’Espagne, sont entrés mardi dans Madrid, à la veille d’une grande manifestation pour crier le désespoir de toute une profession.

Aux cris de « Les voilà, ce sont les mineurs du charbon! », « Madrid brûle! », la colonne d’une soixantaine de mineurs venue d’Aragon, dans le nord-est, a parcouru les derniers kilomètres, avant de rejoindre l’autre colonne, arrivée des bassins miniers des Asturies et du Leon, dans le nord-ouest de l’Espagne. Tous ensemble, ils doivent participer mardi soir, à la lueur de leurs lampes frontales, à une marche nocturne vers le centre de Madrid, avant la manifestation de mercredi jusque devant le ministère de l’Industrie.

« Notre lutte est juste, nous venons seulement réclamer ce qui nous appartient », lance Manuel Cinoceda, un mineur en pré-retraite de 55 ans, venu de Teruel, au nord-est de Madrid.

Lire la suite

Italie. Les célèbres studios Cinecitta en grève.

24 Heures,  9/07/2012 :

Les emplois traditionnels des studios de cinéma romains seraient menacés, selon les protestataires.

Des dizaines de travailleurs des célèbres studios cinématographiques de Cinecitta, à Rome, ont décidé un mouvement de grève pour défendre les emplois traditionnels sur ce site qui fait partie « de la culture » du pays, a indiqué lundi un responsable syndical.

« Des dizaines d’ouvriers, d’artisans, doivent quitter ce site pour aller éventuellement travailler ailleurs, certaines tâches seront confiées à des sociétés externes et nous ne comprenons pas comment ces projets peuvent être synonymes de développement des studios », a déclaré Alberto Manzini, responsable régional de la branche spectacle et communication de la CGIL (gauche), la principale confédération syndicale italienne.

La société Cinecitta Studio Spa, propriétaire des studios, a prévu de sous-traiter plusieurs activités, comme la scénographie, la post-production ou les activités liées au parc automobile, provoquant l’ire des ouvriers qui ont obtenu le soutien de responsables politiques de gauche.

Lire la suite

Les salariés de Batorama lancent un préavis de grève pour vendredi 13 juillet.

L’Alsace.fr 10/07/2012 :

Les salariés de Batorama affiliés à la CFDT ont déposé un préavis de grève à compter du vendredi 13 juillet. Ils attendent d’être reçus par la direction de Batorama pour savoir si les négociations salariales et manageriales pourront aboutir.

« Ce préavis fait suite à l’échec de négociation sur les évolutions de salaires et les carrières des salariés ainsi que sur l’organisation et les conditions de travail », explique-t-on à la CFDT. « Si il y a effectivement grève vendredi, le trafic des Batoramas risque d’être fortement perturbé », promet le délégué de la CFDT Daniel Firholtz.

Une mauvaise nouvelle pour l’entreprise Batorama dont les croisières touristiques le long du canal de l’Ill à Strasbourg accueillent en ce moment de nombreux touristes, qui pourraient devoir annuler leur balade fluviale.

Saint-Sulpice. Les ouvriers de Sleever en grève.

La Dépêche.fr, 10/07/2012 :

Les ouvriers des unités maintenance et production de l’entreprise Sleever International (105 employés) se sont mis en grève hier matin, à l’arrivée de l’équipe qui embauche à 5 heures du matin.

« Le climat se dégrade depuis plusieurs mois. Le malaise est important et la semaine dernière le personnel a décidé de passer à l’action », explique Patricia Cugnaud, déléguée du personnel CFDT et représentante au CE.

Le personnel à manifesté hier son inquiétude devant l'entreprise.

Le personnel à manifesté hier son inquiétude devant l’entreprise.

Hier après midi, devant le portail d’entrée de la société, les employés étaient présents malgré une chaleur étouffante. Les administratifs travaillent de jour, les ouvriers font les 3 x 8. Hier, les administratifs n’ont pas débrayé, la maîtrise et les cadres non plus. « Nous voulons une revalorisation des salaires, la prévoyance pour tous alors qu’elle n’est accordée qu’à quelques-uns et une revalorisation du coefficient pour les agents qui sont polyvalents », indique Damien Genin, délégué syndical CFDT. Il n’y a que sur ce dernier point que la direction a cédé : « Bien sûr, cela ne leur coûte rien », réplique un ouvrier.

Lire la suite

Norvège: fin de la grève des employés du pétrole.

Le Parisien, le 10/07/2012 :

Le ministère norvégien du Travail a annoncé mardi la fin de la grève des employés du pétrole en Norvège, où les partenaires sociaux avaient été convoqués quelques minutes avant qu’un « lock-out » des sites de production, décidée par l’organisation patronale OLF, n’entre en vigueur.

Le ministère norvégien du Travail a annoncé mardi la fin de la grève des employés du pétrole en Norvège, où les partenaires sociaux avaient été convoqués quelques minutes avant qu'un "lock-out" des sites de production, décidée par l'organisation patronale OLF, n'entre en vigueur.

Le ministère norvégien du Travail a annoncé mardi la fin de la grève des employés du pétrole en Norvège, où les partenaires sociaux avaient été convoqués quelques minutes avant qu’un « lock-out » des sites de production, décidée par l’organisation patronale OLF, n’entre en vigueur.

La menace du « lock-out » a poussé le gouvernement à intervenir à la dernière minute pour trouver une issue au conflit qui portaient sur le régime des retraites, lequel sera déterminé par arbitrage obligatoire. 

« Naturellement, nous nous sentons trahis » a indiqué le chef d’Industri Energi Leif Sande au journal électronique économique E24. Les syndicats ont toutefois appelé leurs membres à reprendre le travail immédiatement.

« Nous sommes maintenant soulagés de ne pas avoir à arrêter la production sur le plateau continental norvégien, cependant, nous étions prêts à mettre en oeuvre un « lock-out » si le gouvernement n’était pas intervenu« , a pour sa part souligné le négociateur pour OLF Jan Hodneland dans un communiqué publié sur le site internet de l’organisation.

Lire la suite

Commémoration des dix ans de la mort de Mansour Hekmat à Stokholm

Le vendredi 6 juillet, le Parti Communiste-Ouvrier d’Iran organisait une cérémonie à Stockholm pour les dix ans de la mort de Mansour Hekmat, militant communiste iranien, théoricien marxiste et principal fondateur du PCOI.

Le camarade Hamid Taqvaee, dirigeant du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, a expliqué l’actualité de la pensée de Mansour Hekmat pour comprendre le monde actuel et les contradictions entre les différentes forces de la bourgeoisie, en particulier dans le contexte actuel de la montée de la lutte des classes et de crises révolutionnaires. La camarade Farideh Arman a elle-aussi insisté sur l’actualité du communisme-ouvrier et le jeune camarade Kian Azar a raconté combien les écrits de Mansour Hekmat et la politique du communisme-ouvrier avait influencé son combat comme jeune communiste, qui n’a pas connu la révolution de 1979, dans l’Iran des mollah. Le camarade Pascal est intervenu en tant que travailleurs de France pour indiqué que le communisme-ouvrier n’est pas seulement une arme face au régime islamique ou pour les luttes ouvrières du Moyen-Orient mais pour la classe ouvrière de tous les pays pour en finir avec la société capitaliste, « ce monde qui marche sur la tête ».

Lire la suite