Algérie. Syndicats autonomes : «Jamais les libertés syndicales n’ont été autant piétinées».

El Watan.com 5/07/2012 :

Après plusieurs actions de protestation pour dénoncer les entraves à l’activité syndicale et les mesures «illégales» prises à l’encontre de syndicalistes, la Coordination des syndicats autonomes, regroupant une dizaine de formations issues des secteurs de l’éducation, de la santé et de l’enseignement supérieur, saisit le président de la République comme ultime espoir pour faire annuler ces mesures.

Dans une lettre adressée au premier magistrat, «au moment où la célébration officielle de la fête de l’indépendance bat son plein», la Coordination des syndicats autonomes dresse un tableau noir des conditions dans lesquelles évoluent les syndicalistes et autres forces actives de la société. «Nous assistons à un effondrement programmé et dangereux de la cohésion sociale. Nous assistons à la tétanisation de la société. Celle-ci ne réagit plus, elle est bloquée ; d’abord par un déficit démocratique réel, ensuite par les pratiques d’une certaine caste politique qui étouffe les quelques espaces de liberté et les aspirations démocratiques par la peur et la menace», peut-on lire dans le document. Les signataires de cette lettre mettent en exergue «le recul constaté sur le terrain» des libertés syndicales, «une dérive dangereuse» dans l’exercice du droit syndical et «une remise en question» du droit de grève.

Le premier magistrat du pays a été interpellé sur le «pas dangereux» qui vient d’être franchi, récemment, avec la suspension arbitraire de Keddad Khaled, président du Syndicat national algérien des psychologues (Snapsy), abusivement décidée par le ministère de la Santé et promptement exécutée par la direction de la santé de la wilaya d’Alger, en violation des lois régissant l’activité syndicale dans notre pays. «Jamais dans l’histoire de l’Algérie démocratique une telle ligne n’a été transgressée, jamais les libertés syndicales n’ont été autant piétinées», s’alarment les syndicalistes. Les signataires de la lettre invitent le Président à prendre les mesures nécessaires afin «de faire cesser cet acharnement contre tous les délégués syndicaux, de renforcer le champ des libertés syndicales et d’œuvrer à la promotion du mouvement syndical national» afin, écrivent-ils, qu’il puisse assumer ses responsabilités, loin de toute pression et de tout marchandage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s