Archives quotidiennes : 05/07/2012

Algérie. Syndicats autonomes : «Jamais les libertés syndicales n’ont été autant piétinées».

El Watan.com 5/07/2012 :

Après plusieurs actions de protestation pour dénoncer les entraves à l’activité syndicale et les mesures «illégales» prises à l’encontre de syndicalistes, la Coordination des syndicats autonomes, regroupant une dizaine de formations issues des secteurs de l’éducation, de la santé et de l’enseignement supérieur, saisit le président de la République comme ultime espoir pour faire annuler ces mesures.

Dans une lettre adressée au premier magistrat, «au moment où la célébration officielle de la fête de l’indépendance bat son plein», la Coordination des syndicats autonomes dresse un tableau noir des conditions dans lesquelles évoluent les syndicalistes et autres forces actives de la société. «Nous assistons à un effondrement programmé et dangereux de la cohésion sociale. Nous assistons à la tétanisation de la société. Celle-ci ne réagit plus, elle est bloquée ; d’abord par un déficit démocratique réel, ensuite par les pratiques d’une certaine caste politique qui étouffe les quelques espaces de liberté et les aspirations démocratiques par la peur et la menace», peut-on lire dans le document. Les signataires de cette lettre mettent en exergue «le recul constaté sur le terrain» des libertés syndicales, «une dérive dangereuse» dans l’exercice du droit syndical et «une remise en question» du droit de grève.

Lire la suite

Publicités

Stracel : blocage du site et cadres enfermés.

Fr3.fr 5/07/2012 :

Les salariés ont décidé d’enfermer les cadres dirigeants après avoir bloqué le site.

A Strasbourg, le Comité d’établissement de Stracel, qui avait lieu aujourd’hui, aurait mal tourné. Les salariés nous ont informé avoir bloqué le site et enfermé les cadres dirigeants sur place. Lors de cette réunion, les syndicats demandaient le report du plan social au mois de septembre.

Mercredi 4 juillet

Chez Stracel à Strasbourg, depuis l’annonce du projet de reprise hier, la production est à l’arrêt et les salariés attendent des réponses claires de la direction car l’ensemble des 250 emplois seront supprimés, avant la création de 140 postes.

Mardi 3 juillet

Depuis 10 mois l’avenir de l’usine Stracel et de ses 250 salariés ne semblait tenir qu’à un fil. Depuis l’annonce, par la direction du groupe UPM, de vendre son usine, les salariés vivaient dans l’incertitude. Ce matin la direction est venu les informer de la négociation exclusive avec un conglomérat européen pour la cession du site.

Lire la suite

Rassemblements à Alger à l’occasion du 5 juillet, des militants arrêtés, d’autres tabassés par la police.

TSA 5/07/2012 : 

Deux militants du Comité national pour la défense des droits des chômeurs (CNDDC) ont été arrêtés par la police après avoir tenu dans la matinée de ce jeudi 5 juillet un rassemblement à la place du 1er Mai avec des dizaines d’autres militants, a‑t‑on appris auprès de Yacine Zaïd, membre du comité et défenseur des droits de l’Homme. « L’un des militants arrêtés a été tabassé par les policiers. Il a été blessé à l’œil », précise‑t‑il.

« La police n’est pas intervenue au début du rassemblement car il y avait des médias, dont des télévisions étrangères. Elle a attendu leur départ pour entamer les arrestations », raconte Tahar Belabes, l’un des porte‑parole de ce comité, qui a été arrêté puis relâché dans l’après‑midi. « On était près d’une soixantaine de personnes » au rassemblement du 1er Mai, ajoute‑t‑il.
Par ailleurs, les membres des familles de disparus interpellés pour avoir tenté d’organiser une manifestation, également place du 1er Mai, ont tous été relâchés, affirme Hacène Ferhati, membre de l’association. Les militants des droits des chômeurs et les membres de familles de disparus voulaient organiser une manifestation le jour de la fête de l’indépendance pour exprimer leurs revendications. 

Côte d’Ivoire. Grève générale contre la cherté de la vie et les licenciements abusifs.

Abidjan.net, 5/07/2012 :

 Les centrales syndicales maintiennent la pression.

« Nous allons bousculer Adé Mensah, si rien n’est fait. C’est-à-dire, s’il tarde à signer le préavis de grève. Les syndicats sont toujours mobilisés. Nous nous sommes réunis, Adé a dit qu’il attend un coup de fil du directeur de cabinet du chef de l’Etat, à son retour de Genève. Le secrétaire général de l’UGTCI rassure qu’il n’a pas refusé de signer le préavis de grève mais qu’il donne une chance à la négociation », ont expliqué hier mercredi 4 juillet des syndicalistes interrogés au terme de la réunion tenue la veille à la Bourse du travail, siège social de l’UGTCI parles trois centrales syndicales ivoiriennes (UGTCI, FESACI et DIGNITE) et le collectif syndical dit des 2/3 de Zadi Gnagna Théodore. Lors de cette réunion houleuse du comité de restitution de la MUGEF-CI non ouverte à la presse, plusieurs intervenants ont carrément fait le procès du secrétair général de l’UGTCI. En accusant Adé Mensah d’être complice du pouvoir qui, selon eux, use de stratagèmes pour détourner les syndicats de leurs objectifs.

Lire la suite

Hôpital. Un rassemblement cet après-midi devant le site de Belfort.

Le Pays.fr 5/07/2012 :

C’est aujourd’hui à partir de 15 h 30 que l’intersyndicale appelle le personnel à un rassemblement « en tenue professionnelle » sur le site de Belfort alors que se réunit à la même heure ou presque un conseil de surveillance.

Distribution de tracts à l’entrée de PSA Peugeot Citroën par de nombreux militants du CHBM.

Distribution de tracts à l’entrée de PSA Peugeot Citroën par de nombreux militants du CHBM.

Au 21 e jour de grève au centre hospitalier de Belfort Montbéliard (CHBM), ce jeudi se présente sous le signe de la mobilisation générale pour tenter de faire échec au projet de suppression de 95 postes de travail d’ici à 2014. Hier, l’intersyndicale CGT, CFDT, FO, CNI et CASAP a distribué des tracts devant l’entrée principale de PSA Peugeot Citroën Sochaux. Une première dans le genre.

L’union locale CGT du Pays de Montbéliard réaffirme « son opposition aux 95 suppressions d’emplois prévus par la direction du CHBM. La CGT exige l’embauche des salariés précaires du CHBM (CDD, intérimaires). Tout comme dans l’Éducation nationale, le gouvernement doit faire de la santé une priorité nationale. L’union locale CGT continuera d’interpeller les élus pour régler au plus vite la situation, c’est aujourd’hui plus qu’urgent ! Attendent-ils un drame ? »

Lire la suite

La France privée de journaux en raison d’une grève de la Filpac CGT.

AFP, 5/07/2012 :

L’appel de la Filpac CGT à une journée sans journaux jeudi a été largement suivi de sorte que la quasi-totalité des quotidiens nationaux et en régions ne sont pas sortis des rotatives, leur version numérique étant toutefois disponible sur internet.

Le stand d'un kiosque à journaux à Paris, un jour de grève

Le stand d’un kiosque à journaux à Paris, un jour de grève

Un pointage effectué mercredi en soirée par la Filpac-CGT, faisait déjà état de la non-parution d’une quarantaine de titres, décidée en assemblée générale dans chacun des journaux.

Quelque titres sont cependant sortis comme La Provence ou La Dépêche, dans des éditions modifiées.

Le mouvement a été lancé au lendemain de l’échec d’une fusion entre les groupe Hersant Média et Rossel, alors que de nombreuses suppressions d’emplois sont envisagées dans le secteur de la presse selon le syndicat.

La Filpac demande un moratoire sur les licenciements et en appelle a un débat national, tandis que le patronat défend l’idée d’une négociation entreprise par entreprise.

Lire la suite

Sanofi va annoncer 1.000 à 2.000 suppressions d’emploi en France

AFP, le 5 juillet 2012 :

Le groupe pharmaceutique Sanofi va annoncer jeudi de 1.000 à 2.000 suppressions d’emploi en France lors d’un comité de groupe, affirme le quotidien Le Figaro, sans citer ses sources.

Ces restructurations toucheront les secteurs de la recherche dans les entités Sanofi (pharmacie) et Merial (médecine vétérinaire), de la production industrielle chez Pasteur (vaccins) et des fonctions support, comme les achats ou la comptabilité, au niveau de la direction générale.

Le laboratoire a déjà supprimé près de 4.000 postes en France entre 2009 et 2011, rappelle le quotidien à paraître jeudi.

En septembre, le directeur général Chris Viehbacher avait lancé un plan d’économies de 2 milliards d’euros, pour minimiser l’impact de la perte de brevets importants et la faible productivité de la recherche du groupe.

Ce plan n’avait pas jusqu’alors entraîné de pertes d’emplois en France même si les filiales européennes et américaines avaient été touchées.