Archives quotidiennes : 02/07/2012

Amapa (Metz) : mobilisation pour sauver les emplois

Le Républicain Lorrain, 1 juillet 2012 :

Les syndicats CFDT et CGT de l’Amapa (Association mosellane d’aide aux personnes âgées et handicapées) seront reçus au conseil général de la Moselle ce mardi 3 juillet, à 17h30. Une mobilisation massive des salariés est attendue devant l’hôtel du Département, à Metz. Face aux difficultés financières rencontrées par l’association, les deux syndicats revendiquent « le non-démantèlement de l’association et la sauvegarde des 2000 emplois ».

« Aujourd’hui, nos dirigeants sont en pleines négociations pour céder des pôles de maintien à domicile et des EHPAD, ainsi que les autorisations des futurs projets d’EHPAD sur la Meurthe-et-Moselle. Il est certain qu’il est important de reconstituer de la trésorerie, mais pas à n’importe quel prix. Se séparer d’une partie de notre activité ne réglera pas tous les problèmes existants », estiment les déléguées des deux syndicats, Mireille Schmitt (CGT) et Muriel André (CFDT). « Lors de l’assemblée générale du 25 juin, il a été indiqué que les salaires seront payés aux dates prévues. Si ça ne devait être le cas, les salariés se déplaceront au siège de l’Amapa pour réclamer leur dû ».

Publicités

Marignane : Grève des pilotes de Canadair

20 Minutes, 2 juillet 2012 :

Une partie des pilotes de bombardiers d’eau de la base de la Sécurité civile à Marignane a voté la grève dimanche, après une rencontre avec la direction vendredi. Dans la matinée dimanche, ils ont manifesté au rond-point de l’aéroport pour sensibiliser les automobilistes sur le manque de moyens dont ils disposent.

Au mois de mai, la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises avait annoncé vouloir laisser au sol cet été deux Canadair, et un avion de coordination Beechcraft 200 pour économiser de l’argent sur la maintenance. Les pilotes, qui restent réquisitionnables en cas de besoin, demandent à rencontrer Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur, et une rallonge de 10 millions d’euros pour assurer la maintenance de leur flotte. Ils sont les seuls en France à voler à bord des douze Canadair, neuf Tracker et deux de la 8 de la flotte de la Sécurité civile. Ils devraient manifester ce mercredi devant la préfecture.