Premiers échos des actions de solidarité avec la lutte au Québec

Le 23 juin, un rassemblement a été organisé à Copenhague (Danemark) devant le consulat canadien en soutien à la lutte des étudiants québecois. Une lettre de soutien (voir la lettre en anglais) aux étudiants en lutte au Québec a été lue au nom des syndicats étudiants Danske Studerendes Fællesråd (Danemark), Norsk Studentorganisasjon (Norvège) et Sveriges Förenade Studentkårer (Suède).

Rassemblement devant l’ambassade du Canada à Copenhague

Le 24 juin, une journée d’action internationale avait été appelée en soutien aux luttes des étudiants du Québec. Si la dépêche AFP parle de « 150 à 200 manifestants », France Infos donne le chiffre de 200 à 300 manifestants à Paris.

Manifestation à Paris

Manifestation à Paris

Dans d’autres villes de France aussi, il y a eu des actions et des mobilisations en ce 24 juin comme à Marseille avec 70 manifestant(e)s, à Besançon (voir ici), à Quimper (le 23 juin), Toulouse, etc.

En Suisse, une manifestation a eu lieu à Genève ce dimanche.

Dépêche Belga sur la manifestation à Bruxelles (Belgique) :

Une marche en solidarité avec les étudiants québécois a rassemblé, dimanche, à Bruxelles, environ 55 manifestants, selon le décompte effectué par la police de Bruxelles-Ixelles. Aucun incident n’a eu lieu.

Pour le jour de la fête nationale du Québec, plus d’une cinquantaine de jeunes ont répondu, à Bruxelles, à l’appel international de la Coordination de solidarité avec la lutte des étudiants québécois. Des manifestants de la Fédération des Etudiants Francophones (FEF), du Parti socialiste de lutte, d’Anonymous et de la Jeunesse ouvrière chrétienne se sont joints au mouvement. Partis à 15h de la place de l’Albertine, ils ont rallié la Bourse, où ils ont entonné des chants québécois. Arborant des pancartes « L’éducation est un droit, pas une marchandise », ils ont marqué leur opposition à l’augmentation de 75% des frais universitaires annoncée au Québec. « Nous reprochons au gouvernement libéral d’avoir refusé le débat avec les étudiants et d’avoir eu comme seule réponse la loi 78, dite ‘loi matraque’, qui empêche nos manifestations », revendique la porte-parole du mouvement. Le carré rouge de la lutte estudiantine épinglé sur leurs vêtements, les jeunes québécois frappaient sur des casseroles, devenues le symbole de la contestation populaire élargie. « La contestation étudiante au Québec a eu un écho important », poursuit la porte-parole. « Les décisions du gouvernement libéral ont été plus globalement décriées. C’est pourquoi nous marchons également contre le Plan Nord, le retrait du Canada du protocole de Kyoto et la loi sur l’impôt C-38. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s