La lutte des ouvriers de PSA c’est la lutte de tous les travailleurs

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière, 22 juin 2012 :

Le 28 juin les travailleurs de l’ensemble des sites PSA et des usines de sous-traitance du groupe manifesteront à partir de 10 heures devant le siège de PSA, 75 avenue de la Grande Armée, à Paris, à l’occasion de la réunion du Comité d’Entreprise Européen.

Après le plan de suppression de plus de 5.000 emplois, dont plus de 1000 à Sochaux/Belchamp, annoncé le 15 novembre 2011, et le licenciement de 600 ouvriers intérimaires en mars 2012 à l’usine de Mulhouse, l’enjeux de cette mobilisation est de lutter contre les fermetures de sites comme celui d’Aulnay-sous-Bois, de Sevelnord, ou de l’usine de Madrid.

A Sevelnord, la direction tente déjà de faire un odieux chantage à l’emploi pour remettre en cause les droits des ouvriers ; ce même genre de chantage avait conduit les ouvriers de l’usine Continental de Clairoix à accepter de travailler 40 heures payées 35 avant que la direction décide de fermer leur usine.

Concernant Aulnay-sous-Bois, le ministre du redressement productif Montebourg ne s’est engagé sur rien lors d’une réunion en présence de l’ensemble des syndicats du site et de Denis Martin, responsable de PSA le 18 juin 2012. Pire, le maire PS d’Aulnay-sous-Bois, présent à cette réunion, a demandé à la direction de PSA de dire rapidement quand l’usine fermera. Mais les ouvriers d’Aulnay ne luttent pas pour connaître la date de leur licenciement mais justement pour empêcher la fermeture de l’usine et la suppression de leurs emplois.

A Poissy, la direction fait la chasse aux travailleurs handicapés pour les licencier. Et dans tous les sites, c’est des horaires de plus en plus flexibles, des samedis travaillés ou des périodes de chômage technique, des anciens qui n’en peuvent plus des cadences, de la charge de travail qui augmente, alors que de jeunes ouvriers en intérim se retrouvent à galérer au chômage. Parce qu’à PSA comme dans les entreprises sous-traitantes, du travail il y’en a ! C’est bien là la logique pourrie du capitalisme qui fait qu’une partie d’entre nous crève de trop travailler quand d’autres crèvent du chômage pour conserver les fortunes et les profits de la famille Peugeot et d’une poignée d’actionnaires.

Accepter la fermeture de PSA Aulnay ou d’un autre site, c’est faciliter pour la direction de Peugeot la fermeture dans l’avenir d’autres usines. Accepter le chantage patronal à Sevelnord, c’est faciliter d’autres attaques contre l’ensemble des salariés du groupe. De l’argent, PSA en a pour garantir tous les emplois des usines du groupe et des entreprises sous-traitantes et d’embaucher les intérimaires, pour répartir le travail entre toutes les usines plutôt que de fermer certains sites, virer les intérimaires ailleurs et imposer des samedis travaillés et l’accroissement de la charge de travail dans d’autres usines !

Au delà des travailleurs de PSA et des usines sous-traitantes, les suppressions d’emploi et projets de fermetures d’usines sont des attaques contre toute la population, en particulier dans des bassins d’emploi comme celui de la Seine-Saint-Denis (PSA Aulnay), de Mulhouse, du Pays de Montbéliard (PSA Sochaux) ou d’Hordain (Sevelnord) par exemple.

Une victoire des travailleurs de PSA contre les licenciements et les fermetures d’usine serait, au contraire, une victoire pour tous les travailleurs et toutes les travailleuses. Ce serait une victoire pour toute la classe ouvrière contre les licenciements et la dictature du capital, un recul du patronat et du gouvernement à son service sur cette question fondamentale pour toutes les travailleuses et tous les travailleurs !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s