Archives quotidiennes : 20/06/2012

Au troisième jour de grève, échos de la lutte des travailleurs de Veolia

La direction ne lâchant rien sur les revendications des salariés, la grève est reconduite chez Veolia Eau. Quelques échos de la lutte des travailleurs de Veolia à travers le pays ce 20 juin :

Agen : Pétarades, borne à incendie ouverte place de la Mairie d’Agen, sono poussée au maximum de sa puissance : tels étaient les signes extérieurs de la grogne des salariés de Véolia Eau Générale des eaux, mobilisés hier par un préavis de grève déposé lundi par les syndicats CGT et FO, suivis par l’UNSA, la CGC et par la CFDT et concernant entre autres les salaires.

À Agen, la quasi-totalité du personnel-une centaine de personnes- a observé l’appel à la mobilisation. Après un rassemblement sur le site de l’avenue de Colmar, un cortège a rallié le centre-ville, en direction de la place de l’hôtel de ville, après un passage à la fédération des eaux et avant une halte à la communauté d’agglomération d’Agen.

Lire la suite

Veolia Eau : La grève continue pour les salaires

AFP, 20 juin 2012 :

La grève nationale débutée lundi par des salariés de Veolia Eau pour une augmentation générale des salaires s’est poursuivie aujourd’hui après l’échec des négociations avec la direction, a-t-on appris auprès des syndicats. « On est au point mort pour l’instant. Les propositions de la direction ont été rejetées en bloc par les salariés réunis dans toute la France en assemblée générale », a dit à l’AFP Hervé Deroubaix, délégué central CFDT.

Travailleurs de Veolia en grève à Narbonne

La direction propose 0,5% d’augmentation générale, une prime exceptionnelle de 450 à 300 euros brut, soit 240 à 360 euros net en fonction de la rémunération, selon les syndicats. La CGT et FO, à l’origine du mouvement de grève, ont été rejointes par la CFDT, l’Unsa et la CFE-CGC. Ils réclament près de 100 euros d’augmentation et une prime de résultat de 500 euros net pour tous.

Lire la suite

PSA Poissy : Non aux licenciements des salariés handicapés

Tract de la CGT PSA Poissy, 19 juin 2012

Succès de la pétition

En une journée, plus de 1100 salariés ont signé la pétition contre la procédure de licenciement de Loan et pour la création de postes adaptés aux salariés qui ont des restrictions médicales. De nombreux salariés se sont reconnus dans le cas de Loan et ont voulu dénoncer la politique de Peugeot.

Procédures de licenciement injustes et scandaleuses.

Loan et maintenant 2 autres salariés sont menacés de licenciement. Ils ont des restrictions médicales et sous prétexte de ne pas savoir où les reclasser, la direction a entamé des procédures de licenciement au lieu de leur donner un poste de travail adapté. Pourtant la loi (L.1226-10) prévoit que l’emploi doit être maintenu, au besoin, par transformation de poste ou aménagement du temps de travail.

Une politique d’écœurement de PSA . . .

En clair, la direction supprime systématiquement les postes de préparation pour rajouter du travail aux ouvriers en poste sur chaîne. Elle fait coup double : les postes sont surchargés et des dizaines d’ouvriers se retrouvent sans travail, donc menacés.

Lire la suite

Espagne : Les femmes de mineurs protestent au coeur du Sénat

300 femmes de mineurs ont manifesté aujourd’hui devant les locaux du Sénat à Madrid pour dénoncer le vote de la fin des subventions publiques aux mines qui entraineront des fermetures de mines et des licenciements. Une centaine d’entre elles ont même réussit à entrer dans la salle du Sénat et lorsque le vote a commencé, elles ont manifesté au sein du Sénat avec des slogans comme « moins de police, plus de mines », « à bas les banquiers, vivent les mineurs ! », « moins pour les banques, plus pour les mineurs » avant de se faire expulser.

Manifestation des femmes de mineurs

Vidéo de la manifestation et de l’intervention des femmes de mineurs au sénat :

Fin de la grève à Sealynx de Charleval

L’Usine Nouvelle, 20 juin 2012 :

Les 500 salariés du fabricant de joints d’étanchéité pour l’automobile ont mis fin mercredi 20 juin à leur grève illimitée, après la signature d’un accord avec Renault.

Les 500 salariés de Ruia Sealynx à Charleval (Eure) avaient entamé le 11 juin une grève avec un seul mot d’ordre : que Renault filialise leur entreprise au motif que le constructeur automobile est depuis des années l’unique décideur et financeur des activités du site.

« Renault représente 85 % de notre activité », affirme Jérémy Durdu, délégué CGT du site devenu en mai 2011 une filiale du groupe indien Ruia, et aujourd’hui en redressement judiciaire.

Lire la suite

La grève continue jeudi chez Merck Serono

AP, 20 juin 2012 :

Genève : Les employés de Merck Serono qui se sont mis en grève mercredi matin ont décidé de poursuivre leur action jeudi (demain). Une manifestation est également prévue dans l’après-midi, a annoncé le syndicat Unia. Le personnel, en colère, est bien décidé à se faire entendre.

Travailleurs de Merck Serono en grève, 20 juin

Plusieurs centaines d’employés de Merck Serono se sont mis en grève mercredi matin et ont manifesté sur le site genevois du groupe pharmaceutique. Les activités de l’entreprise ont été massivement ralenties, selon Unia.

Dès mardi soir, des dizaines d’employés ont occupé symboliquement le site et passé la nuit dans des tentes devant l’entrée principale. Mercredi ils ont décidé de poursuivre l’occupation du site et de passer une deuxième nuit dans les tentes. La colère ne tarit pas depuis l’annonce de la fermeture définitive du site.

Lire la suite

A Sousse des femmes empêchent des barbus d’aller à la mosquée

Melekher.com, 20 juin 2012 :

Au quartier de Khzema, des femmes ont empêché des hommes barbus d’aller à la mosquée. Ces femmes qui avaient peur pour leurs enfants ont trouvé la solution de fermer la mosquée pour protéger leurs enfants. Les hommes du quartier n’ont fait que soutenir les femmes de Khzema.

Les «Conti» de retour à l’Elysée et Matignon

AFP, 20 juin 2012 :

Une délégation d’ex-employés du fabricant de pneus est venue à Paris dénoncer le petit nombre de reclassements qui leur ont été proposés.

Une centaine de salariés de Continental faisaient mercredi la tournée des hautes instances de la République, frappant à la porte de l’Elysée puis de Matignon pour dénoncer des reclassements en nombre insuffisant après la fermeture en 2010 de l’usine de Clairoix (Oise).

«Va-t-on trahir la parole donnée et abandonner les travailleurs au drame du chômage de longue durée ? Ce serait indigne». A l’ombre de l’imposante statue du général De Gaulle sur les Champs-Elysées, Roland Szpirko, conseiller des Conti, lit in extenso la lettre adressée par les travailleurs de Continental-Clairoix et leur comité de lutte au président Hollande et au Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Lire la suite

Genève : Grève au SPMi

Tribune de Genève, 20 juin 2012 :

La moitié des employés du Service de protection des mineurs ont participé hier à une grève.

Ils dénoncent des conditions de travail de plus en plus mauvaises, qui conduisent à un fort taux d’absentéisme, atteignant aujourd’hui 15%! «Epuisés et inquiets pour les enfants qu’ils doivent protéger», la moitié des collaborateurs du Service de protection des mineurs (SPMi) – 200 personnes pour 150 postes au total – ont ainsi participé hier à une grève, soutenue par les syndicats SSP/VPOD et SIT.

«Le service n’est pas en mesure d’effectuer correctement sa mission», estiment des manifestants à bout. Un constat inquiétant alors que le SPMi a été violemment critiqué dans le passé, suite à de graves affaires entraînées par ses dysfonctionnements.

Lire la suite

Luttes pour les salaires à La Réunion

Témoignages, 20 juin 2012 :

La question du pouvoir d’achat est le point de départ de la lutte dans trois entreprises : SGM, la REP et la SAMR, toutes les trois situées dans la zone industrielle du Port.

Travailleurs de REP en grève

À la SAMR, un accord a été trouvé pour la reprise du travail. Mais à REP et à Georges Michel, c’est toujours le blocage. Une commission régionale de conciliation a été chargée par le préfet de rechercher une solution, elle se réunira demain.

Ces grèves reflètent une réalité : la dégradation du pouvoir d’achat. Si les travailleurs demandent une hausse de salaire supérieure à la proposition de la Direction, c’est bien parce que la vie est trop chère.

Lire la suite